Quantcast
FLASH
[20/03/2019] #CNN n’a pas annoncé à ses téléspectateurs que l’étudiant catholique injustement accusé par la chaîne les poursuit en justice à hauteur de 275 millions  |  Attentat terroriste à Milan : 1 migrant a détourné un bus scolaire avec 51 enfants et a mis le feu au bus. La police a rapidement secouru tous les enfants  |  AFP : Mahan Air Iran annule les vols pour Paris à partir du 1er avril. Le Trésor américain a sanctionné la compagnie aérienne en 2011  |  Nice : 2 frères, suspectés d’avoir poignardé 1 homme puis d’avoir tenté de l’écraser alors qu’il était secouru par des sapeurs-pompiers, sont en garde à vue  |  #Acte19 vers la grosse castagne ? Militaires de Sentinelle mobilisés. Macron : « Nous ne pouvons pas laisser une infime minorité violente abîmer notre pays et détériorer l’image de la France à l’étranger. Les prochains jours seront donc décisifs»  |  La police néo-zélandaise a arrêté le tireur de Christchurch alors qu’il était en route pour une 3e attaque  |  « Vous savez que la fête juive de Pourim a commencé quand vous voyez des girafes dans les synagogues »  |  #Israël : 3 colons arabes #palestiniens coupables de crimes terroristes ont été éliminés durant la nuit dans la province juive de Judée, illégalement occupée par les Palestiniens  |  [19/03/2019] Le parlement de Nouvelle-Zélande a ouvert sa session d’hier avec un texte de la sourate al-Baqarah, en arabe et en anglais – pourquoi il n’y a jamais ça pour les chrétiens massacrés par les islamistes ?  |  Bisounours : à Bordeaux, un homme avec un brassard « jihad » a attaqué un policier dans un commissariat  |  [18/03/2019] Tsahal vient d’appréhender plusieurs Palestiniens qui se sont infiltrés en Israël depuis Gaza – ce qui n’est jamais bon signe pour la sécurité des innocents  |  Le terroriste islamique d’#Utrecht a été arrêté par la police  |  Attentat islamique #Utrecht : La police a identifié le suspect dans la fusillade du train: Gökman Tanis, 37 ans, turc  |  La menace terroriste a atteint son plus haut niveau à #Utrecht à la suite de la fusillade (1 mort, 9 blessés). Toutes les mosquées ont été évacuées et les écoles fermées  |  Dans un tweet, la police #Utrecht qui enquête sur la fusillade sur la place 24oktoberplein ce matin évoque maintenant un « motif terroriste possible »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Christian Larnet le 17 décembre 2018

Le Pew Research Center, dans son analyse (1) des données Eurostat (2) et du département de la Sécurité intérieure américaine, est parvenu à établir un profil assez précis du nombre d’Africains subsahariens qui vivent en Europe.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Combien sont-ils

En 2017, près des trois quarts (72 %) de la population subsaharienne qui a émigrée en Europe était concentrée dans quatre pays seulement :

  • le Royaume-Uni (1,27 million),
  • la France (980 000),
  • l’Italie (370 000),
  • et le Portugal (360 000).

Aux États-Unis, les migrants d’Afrique subsaharienne sont ainsi répartis :

  • 42 % dans le sud des États-Unis,
  • 24 % dans le nord-est,
  • 18 % dans le Midwest,
  • et 17 % dans l’ouest.

Dans le cas de l’Europe, la population des migrants subsahariens a été stimulée par l’afflux de près d’un million de demandeurs d’asile (970 000) entre 2010 et 2017, selon une analyse du Pew Research Center des données d’Eurostat, l’agence statistique européenne.

En plus de ce nombre, des Africains subsahariens se sont également rendus en Europe en tant qu’étudiants internationaux et réfugiés réinstallés, grâce au regroupement familial et à d’autres moyens.

  • Environ 420 000 migrants d’Afrique subsaharienne de plus vivaient en Europe en 2017 (4,15 millions) qu’en 2010 (3,73 millions).
  • 1,55 million de migrants d’Afrique subsaharienne vivaient aux États-Unis en 2017, soit une augmentation d’environ 325 000 par rapport à 2010.
  • Les pays de l’UE, la Norvège et la Suisse ont reçu près d’un million de premières demandes d’asile d’Africains subsahariens entre 2010 et 2017, selon les données d’Eurostat, l’agence statistique européenne. (Ce nombre élimine le nombre de demandes retirées par les Africains subsahariens entre 2010 et 2017 pour tenir compte de la duplication possible des demandeurs d’asile dans plusieurs pays).
  • Mais les demandes d’asile ne sont pas le seul moyen pour les migrants subsahariens d’entrer en Europe. Certains entrent, par exemple, avec un visa familial ou un visa de travail, ou en tant que réfugiés réinstallés ou étudiants étrangers, de sorte que l’afflux total est probablement plus important.
  • En même temps, les dossiers du Département de la sécurité intérieure et du Département d’État des États-Unis indiquent que plus de 400 000 Africains subsahariens sont entrés aux États-Unis entre l’exercice 2010 et l’exercice 2016 en tant que résidents permanents légitimes ou réfugiés réinstallés. Un plus petit nombre d’Africains subsahariens sont également entrés aux États-Unis en tant qu’étudiants étrangers ou employés munis d’un visa de travail.

D’où viennent-ils

Le Nigeria et le Ghana ont été d’importantes sources de migrants subsahariens en Europe et aux États-Unis.

  • Plus de la moitié (51 %) des migrants d’Afrique subsaharienne vivant aux États-Unis en 2017 étaient nés dans seulement quatre pays : Nigéria, Éthiopie, Ghana et Kenya, selon les données sur la population migrante des Nations Unies.
  • Le Nigeria, le Ghana et le Kenya sont également d’importantes sources de migrants vers l’UE, la Norvège et la Suisse.
  • Les migrants subsahariens qui arrivent en Europe proviennent d’origines plus diverses :
    • plus de la moitié des migrants vivant en Europe étant nés en Afrique du Sud, en Somalie, au Sénégal, en Angola, en République démocratique du Congo et au Cameroun, en plus du Nigeria, du Ghana et du Kenya.

Certains pays d’origine de ces populations migrantes subsahariennes aux États-Unis et en Europe ont augmenté plus que d’autres.

  • Entre 2010 et 2017, le nombre total de migrants somaliens en Europe a augmenté de 80 000 personnes.
  • Au cours de la même période, la population totale d’Érythréens vivant en Europe a augmenté d’environ 40 000 personnes, selon les estimations de l’ONU.
  • Aux États-Unis, entre 2010 et 2017, plusieurs populations migrantes subsahariennes ont augmenté, dont celles du Nigeria (70 000 personnes), de l’Éthiopie (70 000) et du Ghana (40 000).

L’avenir

Entre février et avril 2017, le Pew Research Center a mené une enquête dans six des dix pays qui ont fourni un grand nombre des immigrants subsahariens, dont le Nigeria, le Sénégal, le Ghana et le Kenya – qui figurent parmi les dix premiers pays d’origine des migrants subsahariens en Europe.

L’enquête demandait aux répondants s’ils iraient vivre dans un autre pays, s’ils en avaient les moyens et la possibilité.

  • Au moins quatre personnes sur dix dans chaque pays d’Afrique subsaharienne interrogé ont répondu par l’affirmative,
  • Mais le chiffre monte à trois quarts pour le Ghana (75%)
  • et à trois quarts pour le Nigeria (74%).

Ils se préparent à migrer d’ici 5 ans

Beaucoup d’Africains disent qu’ils ont l’intention de déménager dans un autre pays au cours des cinq prochaines années. Parmi les six pays interrogés, voici la proportion de ceux qui prévoient d’émigrer dans les cinq ans qui viennent :

  • Sénégal : plus de quatre personnes sur dix (44 %),
  • Ghana : quatre personnes sur dix (42 %),
  • Nigeria : près de quatre personnes sur dix (38 %),
  • Tanzanie : moins d’une personne sur dix (8 %).

Tous ceux qui ont l’intention d’émigrer vont-ils vraiment quitter leur pays d’origine au cours des cinq prochaines années ? La réponse est probablement non. Mais les données provenant de sources officielles suggèrent que ce ne sera pas par manque d’efforts.

Ce qui les motive

De multiples facteurs expliquer la raison pour laquelle tant d’Africains subsahariens songent ou se préparent à quitter leurs pays.

  • La principale raison, bien que de nombreuses économies d’Afrique subsaharienne sont en croissance, est que de nombreux pays continuent d’afficher des taux de chômage élevés et des salaires relativement bas.
    • Il est peu probable que le marché de l’emploi s’améliore de sitôt à cause des taux de fécondité élevés qui se traduisent par un nombre encore plus élevé de personnes en concurrence pour un emploi.
    • Dans ce contexte, les Africains subsahariens songent à l’émigration vers des pays où les emplois sont plus nombreux et mieux rémunérés comme un moyen d’améliorer leurs perspectives économiques personnelles.
  • L’instabilité politique et les conflits sont d’autres facteurs qui poussent les Africains subsahariens à se déplacer.
    • Par exemple, le nombre de subsahariens déplacé à l’intérieur de leur propre pays a presque doublé, passant à 9 millions entre 2010 et 2016, selon les estimations du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).
    • En outre, le nombre total de réfugiés de pays subsahariens vivant dans d’autres pays subsahariens a augmenté d’environ 2,3 millions pendant la même période.
    • Dans le même temps, des rapports indiquent qu’entre 400 000 et un million d’Africains subsahariens se trouvent en Libye ; certains d’entre eux ont été vendus comme esclaves ou sont détenus dans des prisons.

(1) Pew Global
(2) Eurostat

Ces populations sont aussi parfois appelées « stocks de migrants ». Ils constituent le solde des augmentations et des diminutions de la population totale accumulée des migrants subsahariens pendant une période donnée.

Ce rapport de Pew concerne la migration annuelle des personnes nées en Afrique subsaharienne vers l’Europe et les États-Unis.

Les flux entrants peuvent augmenter le stock total de migrants si les flux entrants vers une région ou un pays dépassent les effets combinés des décès, des flux sortants et de la migration de retour vers les pays d’origine. Par conséquent, dans certains cas, les différences dans les stocks de migrants entre deux points dans le temps peuvent être inférieures aux flux entrants.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :