FLASH
[21:12] Plus de 100 blessés selon la Croix Rouge après de violents affrontements à Beyrouth  |  Le Havre : l’auteur pro-palestinien d’une prise d’otages dans une banque a été mis en examen et écroué  |  Le bâtiment de l’Association des banques à Beyrouth est complètement saccagé  |  Un groupe de manifestants prend le contrôle du ministère des Affaires étrangères du Liban  |  Trump fournit une aide d’urgence cruciale au Liban. Les États-Unis envoient de la nourriture, de l’eau et des fournitures médicales à Beyrouth  |  « Il faut tous les pendre » est le thème des manifestations aujourd’hui à Beyrouth. « Amenez-moi des députés et je les pendrai »  |  Des manifestants prennent d’assaut le ministère de l’énergie à Beyrouth  |  Des chercheurs britanniques et allemands créent un matériau en aluminium-céramique qui ne peut pas être coupé  |  Coronavirus : Donald Trump suspend l’impôt sur les salaires jusqu’à la fin de 2020  |  L’administration de Trump envoie des troupes fédérales pour calmer les émeutes de Memphis et St-Louis que les maires n’osent pas affronter  |  Bahaa Al-Hariri : Le Hezbollah contrôle le port de Beyrouth, et nous avons besoin d’urgence d’une enquête internationale  |  Le chef des douanes libanaises, son prédécesseur, et le directeur du port ont été arrêtés  |  Beyrouth dans la rue : « Terroristes, terroristes, le Hezbollah sont des terroristes »  |  Deux ressortissants libanais abattus à Téhéran dans la même rue que la maison d’Abu Mahdi al-Muhandis, assassiné avec Soleimani en janvier  |  L’aviation israélienne a lancé de lourdes frappes sur les terroristes au nord de Gaza  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 19 décembre 2018

L’ambassadrice des Etats-Unis auprès des Nations Unies Nikki Haley n’a pas froid aux yeux. Elle a fait ce mardi une déclaration courageuse qui ne sera pas citée dans les médias, parce qu’elle permet de mieux comprendre le conflit des Arabes contre Israël que n’importe quel discours.

Dreuz, une fois encore, remplit sa mission et vous informe sur ce sujet important passé en partie sous silence par les grands médias.

A force de censurer toujours les mêmes sujets et de pousser toujours le même narratif extrémiste, les médias ont fait de la profession une caricature d’elle-même. Heureusement, nous sommes-là, avec quelques autres médias honnêtes, pour relever le niveau et apporter au public l’information à laquelle il a droit.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Parmi les informations censurées – ou maladroitement déformées, il y a bien entendu les propos de la formidable Nikki Haley, l’ambassadrice des Etats-Unis de Trump auprès de l’ONU, qui quittera son poste le 31 décembre prochain.

Nikki Haley a fait une déclaration hier à l’ONU dont j’approuve totalement la teneur, car elle correspond à la réalité, et non au fantasmé monde du possible, du probable ou du peut-être.

Evoquant le plan de paix de l’administration Trump au Moyen-Orient, Haley a déclaré :

« Israël veut un accord de paix, mais il n’en a pas besoin ».

L’ambassadrice sortante a expliqué que sans aucun doute, un accord de paix aiderait Israël, mais les Palestiniens ont beaucoup à y gagner, et les Israéliens beaucoup à y perdre.

« Il est temps que nous affrontions une dure réalité : les deux parties bénéficieraient grandement d’un accord de paix, mais les Palestiniens en bénéficieraient davantage, et les Israéliens risquent [d’y perdre] davantage ».

« Ce qui attend le peuple palestinien avec un accord de paix, ce sont les perspectives d’une amélioration massive de sa qualité de vie et d’un contrôle beaucoup plus grand sur son avenir politique », a-t-elle déclaré au Conseil de sécurité de l’ONU à l’une de ses dernières interventions avant de quitter son poste aux Nations unies à la fin de l’année.

« Les Palestiniens obtiendraient un bien meilleur contrôle politique dans le cadre d’un accord de paix », a ajouté la première diplomate du monde, mais n’est pas allée aussi loin que les promesses des gouvernements américains précédents pour soutenir une nation palestinienne souveraine.

L’administration Trump devrait publier son plan de paix régional au début de 2019, après plusieurs retards. Très peu de détails ont été donnés au sujet du plan, mais Haley a affirmé qu’il serait très avantageux pour la région.

Elle a qualifié le plan américain de « choix entre un avenir prometteur qui abandonne les exigences fatiguées, anciennes et irréalistes du passé, ou un avenir plus sombre qui s’en tient aux points de discussion qui ont échoué ». Autrement dit, un plan que l’Autorité palestinienne rejettera une fois de plus, car son objectif n’est pas la paix, mais ce qui constitue le contenu de son nom : OLP, Organisation de libération de la Palestine [de la présence juive].

Haley a également qualifié l’ONU d’être « désespérément partiale » contre Israël. Les dizaines de résolutions prises pour condamner Israël tandis que les pires dictateurs du monde ne sont jamais ou presque mentionnés l’attestent.

Donald Trump a choisi Heather Nauert, porte-parole en chef du département d’État depuis avril 2017, pour remplacer Mme Haley après son départ.

Cette courte déclaration de Nikki Haley est probablement la plus importante que j’ai jamais entendue sur le conflit depuis longtemps. Elle corrobore les arguments que je défends depuis près de 10 ans, et elle permet à toute personne soucieuse d’élargir son champ de réflexion au-delà de la propagande habituelle, de mieux comprendre les enjeux de la région.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz