Quantcast
Publié par Piotr Stammers le 20 décembre 2018

Progressivement, sans doute parce que la France a longtemps été considérée à l’étranger comme le symbole de la qualité de la vie, le monde est choqué d’observer la dégradation rapide du pays des droits de l’homme où il faisait si bon vivre.

Le nouveau président du Brésil Jair Bolsonaro a lui aussi remarqué le brutal changement que les efforts des médias pour nier les faits et imposer une réalité alternative n’a pas plus réussi à convaincre à l’étranger qu’en France, et a déclaré : « à cause des migrants, c’est devenu insupportable de vivre dans certains endroits de France ».

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

« Tout le monde sait ce qui se passe en France. C’est simplement insupportable de vivre dans certains endroits », a déclaré le chef de l’Etat mardi dernier en direct sur Facebook.

« L’intolérance [des migrants] a tendance à continuer d’augmenter. Ceux qui sont allés là-bas, le peuple français les a accueillis de la meilleure façon possible.

Mais vous savez comment sont ces gens-là [en référence aux musulmans], ils ont quelque chose en eux, ils n’abandonnent pas leurs racines et veulent faire valoir leur culture, leurs droits acquis et leurs privilèges.

La France souffre à cause de ça, une partie de la population, une partie de l’armée, une partie des institutions commencent à se plaindre de ça. Nous ne voulons pas de ça pour le Brésil », a conclu le président.

Rejet du pacte de Marrakech

Jair Bolsonaro a également déclaré que son futur gouvernement « dénoncera et révoquera » le Pacte mondial sur les migrations de l’ONU, signé par le gouvernement sortant à Marrakech.

« Malheureusement, le ministre actuel des Affaires étrangères a signé le pacte. Nous ne sommes pas contre les migrants, mais nous devons avoir des critères très rigoureux pour entrer au Brésil. Nous allons dénoncer et révoquer ce pacte sur l’immigration », a-t-il dit.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Piotr Stammers pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz