Quantcast
FLASH
[15/11/2019] Cette nuit #Israël a bombardé les cibles terroristes du Jihad islamique en réponse aux dernières attaques de roquettes de #Gaza  |  [13/11/2019] Les partisans de Quaido envahissent l’ambassade du Venezuela au Brésil et annoncent la nomination d’un nouvel « ambassadeur »  |  Isère : 20 et 12 ans de prison requis contre le couple salafiste  |  #Israël/ #Gaza: la France condamne les tirs de roquettes terroristes sur l’Etat juif  |  #Israël : une roquette terroriste a percuté une maison d’Ashkélon, au sud du pays, lors du dernier tir de roquettes de #Gaza  |  L’armée de l’air israélienne vient de « BOUM » une escouade de terroristes du Jihad islamique qui tentaient de tirer des roquettes sur #Israël  |  Afghanistan: 7 morts dans l’explosion d’une voiture piégée près du ministère de l’intérieur à Kaboul  |  Après une nuit calme, les terroristes musulmans de Gaza ont tiré plusieurs roquettes sur des civils Israéliens du sud et de la région de Jérusalem #Gaza  |  [12/11/2019] Qui ? Le challenger de Trump, Mark Sanford quitte les primaires présidentielles du GOP  |  Les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa revendiquent la responsabilité d’attaques contre plusieurs sites près de la frontière #Gaza  |  Les FDI affirment que 190 roquettes ont été tirées depuis ce matin sur Israël. 50% sont tombées dans des espaces ouverts et le taux d’interception du Iron Dome est de 90%. #Israël #Gaza  |  Israël: Le ministre de la Défense Naftali Bennet a annoncé l’état d’urgence dans toutes les villes israéliennes à moins de 80 km de la frontière #Gaza. Ceci sera en vigueur pour les prochaines 48 heures  |  Journée de combats : Une roquette de Gaza frappe Kerem Shalom – Nouvelle vague d’attaques aériennes israéliennes de représailles sur #Gaza  |  Le Jihad islamique palestinien confirme la mort d’un autre de ses terroristes, Zaki Adnan Mohammed Ghannam. Il a été tué par une attaque aérienne des FDI aujourd’hui. #Gaza #Israël  |  L’armée israélienne affirme avoir attaqué des sites souterrains palestiniens du Djihad islamique pour le stockage et la production d’armes et un camp d’entraînement  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Manuel Gomez le 22 décembre 2018

L’un des plus célèbres architectes de notre époque, Jean Nouvel, à qui François Mitterrand avait confié le projet de l’Institut du Monde arabe, en 1987 à Paris, s’est vu sollicité pour réaliser le projet de «revitaliser» la Casbah d’Alger.

En réalité, il s’agit de rénover la vieille ville qui devient inhabitable et se dégrade un peu plus chaque année.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Jean Nouvel a réalisé certains des plus prestigieux édifices de ce XXIe siècle sur tous les continents de la Terre et, dans ses futurs projets, figurent les «Tours Duo» sur la Rive gauche de Paris, la «Tour de verre 55w53» à New-York, le Musée National du Qatar, etc.

On peut se poser la question, nous qui connaissons la Casbah d’Alger, qui l’avons traversé des dizaines de fois, jusqu’en 1962, montant des rues Bab-el-oued et Bab-azoun, par la place de Chartres, les rues de la Lyre, Marengo et Randon jusqu’aux boulevards de Verdun et de la Victoire, que peut bien espérer réaliser Jean Nouvel, à moins de tout détruire et de reconstruire du neuf. Mais dans quel style ?

Réaliser une architecture du présent, comme il se plaît à le faire, ou conserver une architecture berbéro-mauresque ?

Dès qu’elle a été connue, sa désignation a soulevé de vives polémiques et il a déjà été invité, par lettre du 20 décembre écrite par 400 personnalités arabes et européennes choquées par la convention signée entre la Wilaya d’Alger, la région Ile-de-France et les ateliers de Jean Nouvel, à se retirer de ce projet.

Et l’on peut les comprendre car il est difficile d’imaginer ce que pourrait faire Jean Nouvel de cette Casbah qui est, dit-on à Alger, le symbole puissant des luttes anticoloniales !

Et c’est à partir de là que tout devient risible.

Risibles les affirmations totalement absurdes de notables et politiques Algériens qui «rappellent que les Français ont détruit trois fois la Casbah d’Alger, à partir de 1830».

Rire même à gorge déployée quand il est dit que «la partie basse de la ville (donc de la Casbah) a été effacée pour être remplacée par une Place (La Place du Gouvernement, devenue Place des Martyrs) et qu’à cause de cette Place, «La Casbah» n’a plus accès à la mer depuis».

Que, plus tard, les affreux colonialistes que nous sommes ont construit des «immeubles Haussmanniens» (Vous savez ce genre d’immeubles qui font la renommée de notre capitale, Paris) et, qu’à la fin des années 30, les autorités coloniales «ont fait la guerre aux taudis», détruisant le quartier de la Marine.

Qu’au cours de «La bataille d’Alger», la destruction de la Casbah avait atteint son paroxysme quand, dans la nuit du 10 août 1956, des terroristes français avaient placé une bombe, dans une maison, rue de Thèbes, qui avait détruit plusieurs maisons et tué 80 habitants. (Dans cette fameuse maison de la rue de Thèbes, le communiste Timsit entreposait les explosifs et fabriquait les bombes qui massacraient nos femmes et nos enfants).

Enfin, que le 8 octobre 1957, ce sont les parachutistes français qui avaient dynamité la maison où s’étaient réfugiés «les derniers survivants du FLN à Alger» : Yacef Saadi, Ali la Pointe, Petit Omar, Zohra Drif et Hassiba Ben Bouali. (Notons au passage cette citation «les derniers survivants du FLN» ! N’est-ce pas la preuve, si elle était nécessaire, que la bataille était gagnée par notre armée et que ce sont les «politicards Français» qui ont trahi la France et son armée).

Il se trouve que j’ai été justement élevé dans ce quartier de la Marine, j’y ai fait mes premiers pas en pantalon court, mes premières courses dans les rues, le long des quais de l’Amirauté, me suis reposé sur les marches de la plus vieille mosquée d’Alger «Djamaâ El Kebir», (construite en 1097 et terminée en 1324) qui se situait rue de la Marine, rue qui descendait de la place du gouvernement jusqu’à l’entrée du port. Preuves que la basse Casbah n’a jamais été détruite car elle n’a jamais eu «les pieds dans la mer» car, entre elle et le port se trouvait un vaste terrain vague où se réunissaient la foule et où se vendaient les esclaves blancs et noirs (les gravures de l’époque en font foi).

Quant aux «Immeubles haussmanniens», comme ils disent, les notables et les élites algériens se sont empressés de les occuper et d’y loger avec leurs familles dès notre départ, en 1962.

Je veux bien que certaines personnalités algériennes déplorent le choix de Jean Nouvel mais, de grâce, qu’elles ne déforment pas l’Histoire de l’Algérie, ni celle d’avant 1830, ni celle d’après !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

(Source : quotidien TSA-Algérie)

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz