Publié par Salem Ben Ammar le 7 décembre 2018

La vraie lutte contre le communautarisme à forts relents arabo-musulmans qui gangrène les fondements mêmes de la République et fait peser de sérieuses menaces sur l’unité territoriale de la France est un vœu pieux tant que les citoyens français continuent à déserter des cités entières au profit des populations porteuses de valeurs culturelles et cultuelles d’un autre temps.

Lutter contre le communautarisme est de ne pas céder aux revendications culturelles et cultuelles des musulmans et de casser les ghettos afin que partout où l’on aille ça fleurit la France et non pas avoir peur de siroter sa bière sur un banc public à cause des risques de troubler l’ordre public pas républicain mais musulman dans le sens de ne pas heurter les musulmans dans leurs convictions.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

La lutte contre le communautarisme est aussi que pendant le ramadan des quartiers entiers ne soient pas soumis à la rigueur de la Charia et que les non-jeuneurs ne se cachent pas pour manger.

La lutte contre l’islamisation passe par la fin des répartitions spatiales des populations en raison de leurs origines ethniques.

Il faut changer le paysage urbain mais en a t-elle les moyens et la volonté ?

L’Apartheid social et ethnique de caractère religieux est inévitable si l’on continue dans la voie politique actuelle héritée de de Gaulle et ses cités de transit et les effets d’annonces pour nourrir d’illusions une frange de l’électorat convaincue que la reconquête des cités perdues est dans le bannissement, l’expulsion massive vers et la répression de ses habitants. Comme si la lutte contre le communautarisme qui est surtout musulman passe par l’attisement des foyers de feu aux conséquences désastreuses pour tout le territoire de la République.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Il n’y a pas de solution au communautarisme sans la mise en oeuvre d’un véritable projet urbain pour les cités et l’apaisement des tensions entre les composantes humaines de la communauté nationale.

Seule une République forte et humaine peut éviter à la France le sort des Afrikaners en l’Afrique du Sud.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

16
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz