Quantcast
FLASH
[21/04/2019] Le bilan provisoire des attentats du Sri Lanka se monte à 130 morts, et plus de 460 blessés  |  [18/04/2019] #Sarthe : Prise d’otages au supermarché Super U de Bessé-sur-Braye, les gendarmes sur place  |  Effet Trump: Les demandes hebdomadaires de prestations d’assurance-chômage chutent pour la cinquième semaine consécutive, tombant au niveau le plus bas depuis septembre 1969  |  Effet Trump: Les ventes au détail aux États-Unis augmentent au rythme le plus rapide depuis septembre 2017  |  Le président israélien Rivlin vient de charger Netanyahou de former son 5e gouvernement  |  [16/04/2019] Omar Barghouti : « j’ai fondé BDS pour boycotter Israël, pourquoi suis-je boycotté et interdit d’aller aux Etats-Unis ? »  |  Elections israéliennes : après tous les recomptes, Naftali Bennet et Ayelet Shaked sont retoqués  |  Notre Dame : Si les entreprises de rénovation sont coupables alors leurs assurances payerons. Le fait qu on accepte les dons laisse craindre que c’est un attentat  |  Incendie de Notre-Dame : la mairie de Paris débloque 50 millions d’euros pour la reconstruction. N’est ce pas formidable que la mairie ait autant d’argent bloqué !  |  Ca a du bon d’avoir des riches. Un milliardaire français offre 100 millions pour réparer Notre Dame  |  [15/04/2019] L’antisémite Alain Soral condamné à 1 an de prison pour négationnisme – un peu dommage, les autres vont maintenant être plus discrets au lieu d’être repérés et rééduqués  |  [11/04/2019] Effet #Trump : 55% des Américains approuvent la politique de Trump. 58% approuvent l’économie sous Trump (sondage Georgetown)  |  Le président soudanais Ahmad Al Bashir, criminel de guerre du Jihad, évincé par un coup d’État  |  La Haute Cour israélienne approuve la démolition de la maison du tueur de l’adolescente juive israélienne Ori Ansbacher  |  Julian Assange (WikiLeaks) a été arrêté par la police britannique  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 11 janvier 2019

L’auteur Patrick J. Walsh développe un point de vue intéressant sur la situation politique désastreuse dans laquelle se trouve la gauche américaine, que leur victoire à la Chambre des représentants lors des élections de mi-mandat a été totalement oblitérée par leur désastre au Sénat, et surtout, le fait que deux juges conservateurs siègent maintenant à la Cour suprême, offrant une majorité de 5 contre 9 aux constitutionnalistes.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les Américains adorent les combattants, explique Walsh. Même les médias, tous hostiles, admettent que le Président Trump est un champion du contre punch.

Extraits :

Quand Trump dit quelque chose, il le pense vraiment. Et ne recule pas

Depuis 2015, l’ancienne oligarchie médiatique a tenté sans succès d’épingler Donald Trump comme les lilliputiens avaient cloué Gulliver au sol, mais il brise avec mépris chacune de leurs cordes et de leurs flèches. Leurs cordes lilliputiennes n’ont pas réussi à lier ce géant politique.

Quand Trump dit quelque chose, il le pense vraiment. Et ne recule pas.

La plupart des présidents contemporains ont reculé sous la pression des médias qui se sont érigés en une sorte d’Inquisition – le nouveau bureau de l’inquisition laïque ! En reculant, les personnalités politiques deviennent alors les détenus de Media Corporation.

Le président Trump est la voix du peuple américain. La presse est celle d’une élite qui déteste ce mot.

Ils dénigrent le président Trump, disent que c’est un « populiste », un mot dérivé du mot latin « le peuple ».

Avec :

  • une économie en croissance,
  • des réductions d’impôts,
  • plus d’emplois,
  • des salaires plus élevés,
  • de meilleurs accords commerciaux pour le pays,
  • la nomination de juges conservateurs,
  • les négociations de paix avec la Corée du Nord,
  • une nouvelle politique du Moyen-Orient,
  • la promotion de la réforme de l’immigration,

le président Trump peut honnêtement revendiquer qu’il s’occupe bien du peuple américain.

Sa virulence rappelle celle d’un autre président au franc-parler, Harry S. Truman.

  • Truman a également ignoré les sondages d’opinions fabriqués.
  • Au cours de sa campagne de 1948, que la presse prédisait que Truman allait perdre, quelqu’un cria dans la foule à laquelle il s’adressait : « Donnez-leur l’enfer Harry ! »

Le slogan de la campagne de Trump devrait être « Tell it as it is, Trump » – « appelez un chat un chat, Trump » pendant qu’il continue à parler et à tweeter des vérités au peuple américain.

Le Parti Démocrate fonctionne à la va-vite

  • Ils n’énoncent aucune politique pour l’avancement de notre pays.
  • Ils ont substitué l’idéologie à la politique, et les slogans comme moyen d’étouffer toute discussion intelligente.
  • Leur réponse à l’intervention du président Trump en faveur d’un mur humanitaire pour protéger nos frontières était dénuée de toute substance. Elle consistait en de faibles attaques démagogiques et personnelles contre le président.
  • Avoir un programme basé sur des diatribes anti-Trump rend un mauvais service au peuple américain, et ce n’est pas le moyen de remporter une élection.

Les polémiques seules ne suffisent pas

  • Les partis doivent avoir quelque chose de positif à dire, pour critiquer les positions de l’autre parti.
  • Les électeurs savent qu’il n’y a pas de véritable discussion sur les politiques de Trump.
  • Ils entendent seulement de l’hyperbole, de l’hystérie et de l’obstruction.

L’Amérique aime les combattants, et l’équité

Attendez-vous à ce que les gens prennent leur revanche contre les médias

En plus d’aimer les combattants, le peuple américain aime l’équité et la justice. Et les médias grand public ont surjoué leur carte avec de faux reportages. Quiconque n’est pas d’accord avec le consensus qu’ils veulent imposer est qualifié de nazi, de raciste, de personne de faible intelligence ou de fou !

C’est une erreur stratégique.

Ils sont en retard sur leur temps.

Aujourd’hui, les gens disposent d’autres sources d’information en ligne et l’hégémonie oligarchique des médias grand public est en déclin.

Attendez-vous à ce que les gens prennent leur revanche contre les médias et leurs cohortes Démocrates en votant pour le candidat Républicain dans deux ans [pour la présidentielle] et rejettent les Démocrates du Congrès.

Pendant ce temps, les attaques continuelles contre le président renforcent sa popularité.

Contrairement aux médias, le président Trump comprend ce vieil adage politique :

« Qu’on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. L’essentiel, c’est qu’on parle de moi »

Et Dieu m’est témoin qu’ils sont si obsédés par sa lui, qu’ils parlent de Trump du matin au soir.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :