Quantcast
FLASH
[19/03/2019] Le parlement de Nouvelle-Zélande a ouvert sa session d’hier avec un texte de la sourate al-Baqarah, en arabe et en anglais – pourquoi il n’y a jamais ça pour les chrétiens massacrés par les islamistes ?  |  Bisounours : à Bordeaux, un homme avec un brassard « jihad » a attaqué un policier dans un commissariat  |  [18/03/2019] Tsahal vient d’appréhender plusieurs Palestiniens qui se sont infiltrés en Israël depuis Gaza – ce qui n’est jamais bon signe pour la sécurité des innocents  |  Le terroriste islamique d’#Utrecht a été arrêté par la police  |  Attentat islamique #Utrecht : La police a identifié le suspect dans la fusillade du train: Gökman Tanis, 37 ans, turc  |  La menace terroriste a atteint son plus haut niveau à #Utrecht à la suite de la fusillade (1 mort, 9 blessés). Toutes les mosquées ont été évacuées et les écoles fermées  |  Dans un tweet, la police #Utrecht qui enquête sur la fusillade sur la place 24oktoberplein ce matin évoque maintenant un « motif terroriste possible »  |  Attentat aux Pays-Bas à #Utrecht : L’unité anti-terroriste est sur place  |  Marseille : une étudiante de 21 ans poignardée à mort par un homme qui tentait de voler son smartphone  |  Le paradoxe de Gaza : les Palestiniens n’en peuvent plus du Hamas, mais Israël a besoin d’un ennemi qu’il connaît bien  |  Israël : attentat islamique évité au tombeau des Patriarches : le terroriste armé d’un couteau a été neutralisé  |  Pays Bas : 1 mort et 9 blessés dans ce qui ressemble à un attentat islamique à Utrecht – le suspect s’est enfui  |  [17/03/2019] Grande-Bretagne : une attaque au couteau à Stanwell où un jeune de 19 ans a été poignardé hier soir, a été classée « attentat terroriste »  |  Israël attentat terroriste islamiste : 2 morts  |  [16/03/2019] Les #GiletsJaunes attaquent : à Paris, les policiers dans 2 voitures de police ont dû rebrousser chemin pour éviter d’être attaqués  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Rosaly le 13 janvier 2019
M. Salvini : Stop aux trafiquants, Stop aux ONG, Je ne lâche pas

Après 19 jours passés en compagnie des 49 migrants récupérés en flagrante violation du droit international, dans une zone de secours assignée aux garde-côtes libyens, les pseudo-humanitaires de Sea Watch et Sea-Eye se lamentent du manque d’intérêt de l’UE à leur égard.

Ils n’ont pas tort, mais non dans le sens qu’ils déplorent. L’UE a pudiquement fermé les yeux et s’est montrée totalement indifférente aux activités des navires battant pavillon humanitaire, mais agissant comme des navires corsaires. En fait, par son attitude faussement indifférente, l’UE a encouragé et même soutenu financièrement certaines ONG. Or ces dernières, sans aucun respect des lois, violent les eaux territoriales libyennes, transportent des migrants en situation irrégulière et permettent ainsi aux trafiquants d’êtres humains d’utiliser cette route maritime vers l’Italie et l’Europe, sans laquelle ils ne pourraient s’enrichir sur le dos de leurs victimes.

Mais les corsaires de l’humanitaire ne se limitent pas à la connivence avec les trafiquants.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Grâce à l’hypocrite indifférence de cette UE, qui se veut la championne de l’humanitaire dans le seul but de détruire la civilisation européenne, ces flibustiers modernes deviennent également complices des « dommages collatéraux » qui endeuillent ce trafic d’êtres humains. 5.000 migrants noyés en Méditerranée en 2016, 3000 en 2017 et plus de 2000 personnes englouties dans les eaux de la mer bleue en 2018, tel est le triste bilan de ce trafic humanitaire. Ces personnes ne seraient pas mortes si elles n’avaient pas succombé aux sirènes des trafiquants leur assurant une traversée sûre garantie par les ONG.

Dans ce jeu pervers et dénué de tout scrupule, l’humanitaire n’est qu’une couverture de façade. Derrière ce faux angélisme se cache un objectif purement idéologique d’organisations soi disant humanitaires, qui semblent plus intéressées à imposer le droit à la migration, comme « préconisé » par le Pacte des migrations de l’ONU – pacte soi disant non contraignant à ce jour… – qu’à sauver des vies.

Bruxelles a depuis des années fait peser le poids de ces migrations sur l’Italie, refusant même d’appliquer l’accord de Dublin, qui imposerait aujourd’hui à l’Allemagne et aux Pays Bas, puisque les navires Sea Watch et Sea-Eye battent pavillon allemand et hollandais, d’accueillir les 49 migrants secourus. La seule nation qui ait enfin imposé des règles et des lois aux flibustiers de l’humanitaire, c’est l’Italie. Grâce à Marco Minniti et à Matteo Salvini, les activités illégales des ONG sans scrupules ont été en partie éradiquées. Mais il serait temps que l’UE ouvre les yeux. Sans actions ni réglementations européennes, les ONG et leurs navires redeviendraient le Cheval de Troie de l’immigration clandestine, source de chaos profond dans les Sociétés européennes.

En ce moment, en Italie, le cas du Sea Watch déchire le gouvernement jaune-vert. La tension monte à cause du Président du Conseil des Ministres, G. Conte. S’opposant à la ligne dure imposée par M. Salvini, G. Conte a déclaré lors de l’émission de la RAI « Porta a Porta » son intention d’accueillir 14-15 migrants secourus par l’ONG allemande Sea Watch au large des côtes libyennes, suscitant l’ire de Matteo Salvini.

« Si nous ne les faisons pas débarquer, j’irai les chercher en avion » avait affirmé Conte. Monsieur Conte est un gentil petit grillon au coeur tendre.

Réponse immédiate de Salvini, en voyage en Pologne en vue des élections européennes:

« Je ne donnerai jamais l’accord au débarquement , même si on affirme qu’il s’agirait là d’un cas exceptionnel. »

Pour Salvini, le seul fait de céder une seule fois ouvrirait à nouveau la porte au trafic d’êtres humains géré par des mafieux et des trafiquants d’êtres humains.

M. Salvini a la ferme intention de ne pas changer sa position. Les chiffres lui donnent d’ailleurs raison. Depuis le début de l’année, il n’y a pas eu un seul débarquement. L’année dernière, à la même période, sous le gouvernement PD de Paolo Gentilone, 453 clandestins avaient déjà débarqués en Italie. Un résultat historique qui plaît aux Italiens, à l’exception des bonnes âmes gauchistes et cléricales, qui hurlent au fascisme, telles des meutes de loups à la pleine lune.

« Nous somme en train de travailler au renvoi de nombreux clandestins, alors il n’est pas question d’en accueillir de nouveaux par mer ou par avion » a ajouté Matteo Salvini.

Cette déclaration de Salvini précède l’annonce faite par Malte d’un accord conclu avec Bruxelles prévoyant la redistribution des 49 migrants entre 8 pays européens dont l’Italie. Malte avait finalement autorisé le débarquement sur son territoire des 49 migrants à la condition qu’ils soient répartis dans différents pays de l’UE.

Au moment de l’annonce, Matteo se trouvait encore en Pologne. Sa réaction ne fut pas des plus tendres :

« Alors que nous discutons ici de la protection des frontières extérieures de l’Europe et de la sécurité, à Bruxelles, ils font semblant de ne pas comprendre et facilitent le « travail » des trafiquants. »

L’Italie, par la voix du PM Giuseppe Conte avait exprimé son engagement à accueillir au moins 15 personnes sur son territoire et ce malgré la ferme opposition de Matteo Salvini. Selon Conte, maintenir ces personnes à bord n’avait aucun sens. « Il y a des limites à ne pas franchir » avait-il ajouté.

« Il s’agit d’un cas exceptionnel, avec des femmes et des enfants qui sont en mer depuis plus de deux semaines : je ne veux pas trahir la ligne de cohérence du gouvernement, je pense que le système Italie peut supporter quelques femmes et leurs enfants. Séparer les mères des enfants ou les pères est contraire à nos principes. Salvini exprime une ligne partagée par le gouvernement, mais si nous marquions du signe de l’exception une intervention de ce type, la ligne du gouvernement ne saurait être taxée d’incohérence. »

Réponse immédiate de Salvini :

« Celui qui a vraiment à coeur le futur de milliers d’Africains doit empêcher l’arrivée de ces embarcations en Italie. Je ne donnerai jamais mon accord à un débarquement et aucune exception ne sera admise.

L’Italie a adopté une position de rigueur, de force, un changement par rapport au passé. Mais sa position est claire et structurée : dans la gestion des flux, une approche structurée est nécessaire. La déception vis-à-vis de l’Europe est forte. Tout le monde a une vérité : la nôtre est de nous opposer aux trafiquants. Et encore : nous avons enregistré une baisse drastique des débarquements. Comparé à 2017, une baisse de plus de 80% ! Toutefois, s’il n’existe pas un mécanisme de gestion européen commun, ce problème deviendra une urgence récurrente. »

Lundi, Salvini et Conte rencontreront à Rome D. Avramopoulos, le commissaire européen en charge des migrations, un fervent adepte d’une Europe sans frontière, grande ouverte à l’immigration de masse.

Il présentera les propositions de Bruxelles sur une meilleure gestion des débarquements. L’UE s’engagera à offrir une aide concrète afin d’accélérer l’examen des demandes d’asile et établir les conditions pour les rapatriements.

Mais attention ! Comme souligné par la Stampa, derrière cette « offre d’aide » se cache une autre exigence, bien plus dangereuse pour l’Italie : Bruxelles demandera au gouvernement italien d’ouvrir à nouveau les ports italiens aux migrants sauvés en mer. En d’autres termes, l’Italie est priée de revenir au bon vieux temps du gouvernement Renzi, quand tous les navires des ONG battant pavillons étrangers pouvaient débarquer à Lampedusa et autres ports du Sud des dizaines de milliers de migrants. Que de cheveux blancs en moins pour les dirigeants de l’UE et les autres membres de l’UE : c’était la belle époque d’avant l’arrivée au pouvoir de ce trublion fasciste, nazi, xénophobe.

Le président de la Commission européenne, Jean Claude Juncker, s’est montré sceptique et amer quant à l’avenir car il ne sera pas possible d’éviter une nouvelle affaire Sea Watch, du fait de l’inexistence d’un consensus grâce auquel un accord pourrait naître entre les Etats de l’UE. Tous les pays de l’UE souhaitent sauver les migrants en mer , mais à condition qu’ils débarquent seulement en Italie et y restent.

« Si les Etats de l’UE avaient adopté toutes les propositions de la Commission sur l’immigration, nous ne nous trouverions pas chaque jour, chaque semaine, chaque mois dans la situation actuelle » a déclaré Juncker. Sans ce trouble-fête, ce rabat-joie, cet empêcheur de tourner en rond de Salvini, la vie pour Juncker and Co serait encore un doux fleuve tranquille, mais les « lépreux » italiens en ont décidé autrement et le voilà au pouvoir.

La redistribution des migrants sur la base du volontariat semble avoir du plomb dans l’aile. Sans un groupe de pays volontaires d’au moins 7-8 états membres de l’UE, il sera impossible d’ouvrir la voie à un accord élargi et actuellement, selon le porte-parole de la Commission, ce groupe n’existe pas. La solidarité sur la question du partage des migrants demeure parfaitement théorique. Dès lors, l’affrontement risque de durer longtemps et les résultats pourraient être imprévisibles.

Il reste à souhaiter que Matteo Salvini ne se laisse pas convaincre par le Grec D. Avramopoulos , qui ferait mieux de se soucier de la situation de son pays submergé par une immigration sauvage qui met en péril le peuple grec.

Ce nouveau défi lancé à Salvini par les deux ONG, qui ont déjà annoncé leur volonté de repartir à la recherche de migrants à « secourir », n’a pas manqué de susciter des réactions en Italie. Entre les nombreux soutiens des « lépreux » à la politique de fermeté de Mattero Salvini et les anti-Salvini regroupant les intellectuels, les artistes, une grande partie du clergé, toutes les organisations et coopératives qui s’enrichissaient avec le business de l’humanitaire, j’ai relevé la réaction pour le moins inédite, mais non moins délirante d’un prêtre, qui rend la « Tribu blanche » responsable de la fermeture des ports et de la construction de murs.

Interrogé par TpiNews, le Père Alex Zanotelli, a exprimé toute sa douloureuse colère.

« Nous devrions avoir honte de notre comportement. Nous ne pouvons tolérer que les gouvernements jouent sur la peau de pauvres gens qui ont subi des tortures et des violences sexuelles en Libye. Il suffit de lire le dernier rapport de l’ONU pour s’en rendre compte. Ce à quoi j’assiste, c’est la déshumanisation de la Société.

Le problème n’est pas seulement italien, il est européen. Si seulement il n’était qu’européen. Regardez ce qui se passe actuellement aux USA, un gouvernement est en crise à cause d’un mur avec le Mexique. Et quelle serait l’origine du problème ? »

Selon le prêtre, seuls les Blancs :

« C’est un problème de la Tribu Blanche, qui se sent menacée partout. Pendant 5 siècles, la Tribu Blanche a conquis le monde : nous avons donné vie à l’esclavage, au colonialisme. Aujourd’hui, nous commençons à percevoir que nous sommes une minorité, que ces peuples progressent et se retrouvent chez nous. Ceci est valable pour l’Australie, les USA, l’Europe, le Canada. Nous étions si généreux quand les Africains étaient chez eux. Les Italiens adoptaient les Africains à distance. Je leur demande aujourd’hui : pourquoi ne pas les adopter à proximité ? »

ll parle également du « vieux racisme » :

« Le vieux racisme a toujours existé dans les diverses Sociétés, il y a toujours eu des boucs émissaires. C’étaient autrefois les Roms et les Juifs. Il a toujours existé en arrière -plan. Aujourd’hui par contre, nous avons un racisme méchant. Il y a tellement de méchanceté exprimée chez des gens comme Salvini, Orban,… que cela fait peur. La construction de murs, le rejet de l’autre sont des phénomènes nouveaux à bien des égards. Ne pas accueillir ces pauvres personnes à la merci des vagues, ces pauvres gens qui ont vécu des situations difficiles en Afrique relève d’une méchanceté que nous seuls avons pu inventer aujourd’hui ? »

Il prône également la désobéissance civile.

Je ne doute pas de la sincérité de la souffrance ressentie par ce prêtre, mais elle l’empêche d’être lucide. Sa vision manichéenne de nos Sociétés, son fanatisme humanitaire, son obnubilation du pauvre migrant, éternelle victime innocente de la seule méchanceté de la Tribu Blanche, lui font perdre tout sens de la réalité. Et ils sont encore nombreux à partager cet état d’esprit, cette compassion démesurée à l’égard des clandestins, au point parfois de sacrifier leur vie en les accueillant confiants et heureux, cet attachement profond à l’immigration de masse. Et dire que l’on traite les Européens d’égoïstes ! Quelle injustice !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Sources :

  • « I pirati del Mare e la Miopia di Bruxelles. » (Gli Occhi della Guerra)
  • « Il caso Sea Watch fa saltare i nervi. Conte: Vado a prendere i migranti in aereo e li porto in Italia. Salvini lo stoppa:Io non mollo. » (Il Giornale.it)
  • « Zanotelli contro chiusura ai migranti. « Colpa della tribu bianca. » (TPI.News extraits)

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :