FLASH
[22/02/2019] Fusillade mortelle à Colomiers, dans la banlieue ouest de Toulouse : 1 mort  |  [21/02/2019] L’administration dépense trop ? Pas grave, qu’ils payent : Île-de-France, nouvelle taxe sur les parkings  |  Excellente nouvelle : le jihadiste français Fabien Clain a été tué mercredi en Syrie  |  Jussie Smollett, l’acteur de Empire et proche d’Obama qui a fabriqué son attaque raciste par des pro-Trump, dort ce soir au poste  |  [20/02/2019] L’aviation israélienne a bombardé une position terroriste de Gaza en riposte à l’attaque avec explosifs attachés à un ballon plus tôt aujourd’hui  |  L’ado catho de Covington accusé à tort de propos racistes contre un natif indien, poursuit le Washington Post pour 250 millions de dollars pour avoir menti sur l’incident viral  |  [19/02/2019] Seulement quelques heures après avoir annoncé sa candidature, le socialiste Démocrate Bernie Sanders récole 1 million $ de dons – le gros pognon, il est chez les socialos  |  Trump lance une campagne mondiale pour mettre fin à la criminalisation de l’homosexualité dans des dizaines de pays, dirigée par l’ambassadeur des États-Unis en Allemagne, Richard Grenell (homosexuel)  |  #Marseille : l’homme a tiré sur la police qui a répliqué le blessant grièvement  |  #Marseille : un homme a attaqué au couteau 4 personnes  |  Val de Marne : des inscriptions « mort aux juifs » ont été retrouvées devant l’école juive et la synagogue de Bry-sur-Marne  |  [18/02/2019] @MikeGapes: « Quand j’ai rejoint le parti travailliste en 1968, j’ai rejoint un parti politique et non une secte stalinienne »  |  Félicitations au Sénégal pour son élection à la présidence du « Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien »  |  Les antisémites de BDS vont manifester à Ménilmontant mardi contre l’antisémitisme pour tenter de faire croire qu’ils ne sont pas antisémites. Qui pensent-ils tromper ?  |  A l’instant : en Syrie, deux explosions dans la province d’Idlib détenue par les rebelles ont tué au moins 15 personnes  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 18 janvier 2019

La police judiciaire interroge l’ex-conseiller d’Emmanuel Macron sur les conditions d’utilisation de deux passeports diplomatiques après son licenciement de l’Elysée en juillet.

Quatre jours avant d’être à nouveau auditionné par une commission d’enquête sénatoriale, Alexandre Benalla a fait, ce jeudi matin, un retour remarqué par la case garde à vue. Comme nous l’avons révélé cet après-midi, l’ex-chef adjoint de cabinet d’Emmanuel Macron doit une nouvelle fois s’expliquer dans les locaux de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne.

Cette fois, il ne s’agit pas des violences commises contre des manifestants le 1er mai dernier. Les enquêteurs de la police judiciaire l’interrogent sur « l’affaire dans l’affaire » : les conditions de délivrance et d’utilisation de ses quatre passeports – deux diplomatiques et deux dits de service – après avoir été limogé de l’Elysée l’été dernier. Les passeports diplomatiques auraient été présentés une vingtaine de fois entre le 1er août et le 31 décembre.

À la fin du mois de l’année, Mediapart révélait que Benalla voyageait encore avec des documents destinés à faciliter le passage des frontières dans le cadre de ses nouvelles activités de consulting privées, notamment en Afrique : il se trouvait ainsi au Tchad début décembre, quelques semaines avant un déplacement officiel d’Emmanuel Macron. Le ministère des Affaires étrangères, qui avait demandé sans succès la restitution des titres à plusieurs reprises, avait saisi la justice. Le 29 décembre, le parquet de Paris ouvrait une enquête préliminaire, notamment pour « abus de confiance » et « usage sans droit d’un document justificatif d’une qualité professionnelle ».

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Lors de sa première audition devant le Sénat dans l’affaire des violences du 1er mai, Alexandre Benalla avait assuré avoir laissé ces documents de voyage dans le bureau qu’il occupait à l’Élysée. A-t-il menti ? Son entourage a, depuis, fait savoir qu’un salarié de la présidence lui avait restitué les passeports en octobre, sans préciser son identité. Cette version est démentie par l’Élysée. Les policiers vont désormais devoir déterminer qui, d’Alexandre Benalla ou de la présidence de la République, dit vrai.

Investigations élargies

En milieu de semaine, les investigations ont été élargies après un nouveau rebondissement. Mercredi, lors de son audition au Sénat, le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron a lâché une petite bombe. Patrick Strzoda, visiblement agacé, a en effet révélé qu’Alexandre Benalla n’aurait jamais dû obtenir le passeport de service qui lui a été délivré par le ministère de l’Intérieur le 28 juin dernier. Selon le haut fonctionnaire, l’administration a été bernée par une lettre à en-tête du chef de cabinet de l’Élysée dactylographiée et non signée.

« Nous soupçonnons une falsification faite par M. Benalla », s’est publiquement ému Patrick Strzoda. Au point que la présidence de la République a transmis mercredi au parquet un signalement pour des soupçons de « faux, usage de faux et obtention indue d’un document administratif ».

De son côté, Me Yassine Bouzrou, avocat du syndicat de police Vigi, estime « scandaleux que le procureur de Paris n’ait pas requis la confiscation de ces passeports alors qu’il savait qu’un coffre-fort avait déjà été déplacé du domicile de M. Benalla avant la perquisition ».

Ce volet de l’enquête ne prend pas en compte la non-restitution d’un téléphone Teorem, destiné à sécuriser les communications et nécessitant une habilitation secret-défense. Un appareil que l’ex-conseiller avait conservé de ses anciennes fonctions, comme l’a révélé Le Canard enchaîné.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Source : Leparisien

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :