Publié par Christian Larnet le 10 janvier 2019
Luigi Di Maio et Matteo Salvini soutiennent les Gilets jaunes

La tension monte entre Paris et Rome ce mardi alors que l’Italie a affiché son soutien au mouvement des Gilets jaunes.

Luigi Di Maio, vice-premier ministre et ministre du Travail et de l’Industrie, et Matteo Salvini ont tous les deux apporté leur soutien au mouvement français des Gilets jaunes (1).

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

  • « Gilets jaunes, ne faiblissez pas ! », a écrit le vice-premier ministre Luigi Di Maio, chef de file du Mouvement cinq étoiles (M5S, anti-système), sur le blog du parti.

Di Maio a également déclaré que son Mouvement 5 étoiles est « prêt à soutenir les Gilets jaunes ».

  • « Je soutiens les citoyens honnêtes qui protestent contre un président gouvernant contre son peuple », a affirmé de son côté l’autre vice-premier ministre, Matteo Salvini, patron de la Ligue (conservateur et libéral), ajoutant toutefois condamner avec une « totale fermeté » la violence des dernières manifestations.
  • Condamnant lui aussi les violences, Luigi Di Maio, dont le mouvement prône la démocratie directe, a offert l’aide de son mouvement et plus particulièrement de sa plate-forme internet, baptisée « Rousseau », pour « organiser des événements sur le territoire » ou encore « choisir des candidats » et « définir le programme électoral » via son système de vote.

En réponse, le ministre français des Affaires européennes du gouvernement Macron, Nathalie Loiseau, a été sévèrement agacée par leurs commentaires (2), et a dit lundi soir sur Twitter au gouvernement italien de « balayer devant sa porte », rappelant que la France se gardait bien de « donner des leçons ».

Les bras m’en tombent. Quel toupet ! L’impudent Macron s’arroge le droit de traiter les électeurs de Salvini ainsi que son gouvernement de lépreux, et lui dit d’aller balayer devant sa porte ! Quelle arrogance, quelle déchéance morale de la part de ce président en perdition.

« Peut-être oublie-t-elle que Macron nous compare à la lèpre »

« Que d’hypocrisies », a répondu sur Facebook Luigi Di Maio à Nathalie Loiseau.

« Peut-être ne se souvient-elle pas du président Macron quand il nous comparait à la lèpre en parlant de notre gouvernement », a-t-il ajouté.

« Le peuple français demande le changement et une meilleure prise en compte de ses exigences. Je ne peux pas ne pas partager ces souhaits », a-t-il ajouté, critiquant au passage la politique colonialiste de la France en Afrique.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

(1) News Yahoo
(2) Europe 1

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

31
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz