Quantcast
FLASH
[18/11/2019] Horrible nouvelle – La majorité des Américains ne veut pas de destitution, 76 % ne font pas confiance aux démocrates et croient que les médias font pression pour la destitution  |  [17/11/2019] La zone verte fortifiée de Bagdad, qui abrite des ambassades et des bâtiments gouvernementaux, a été touchée par une roquette. Pas de victime  |  Deux croix gammées ont été découvertes dans les toilettes d’une école du Maryland  |  Tout va mieux avec Macron : 7 Français sur 10 préfèrent avoir froid plutôt qu’allumer le chauffage  |  Netanyahou dimanche matin « Notre politique de sécurité n’a pas changé, pas même légèrement. Nous avons gardé toute notre liberté d’action et nous porterons atteinte à ceux qui veulent nous atteindre”  |  [16/11/2019] C’est reparti. Les foules de Téhéran crient « Mort au Dictateur » et « Reza Shah repose en paix. »  |  Syrie : Une grosse explosion frappe un terminal de bus à Al-Bab sous contrôle turc. 10 civils auraient été tués, milices Kurdes soupçonnés  |  Regime répressif de Macron contre les Gilets Jaunes : 24 interpellations et plus de 2000 contrôles avant la manif de Paris  |  [15/11/2019] Cette nuit #Israël a bombardé les cibles terroristes du Jihad islamique en réponse aux dernières attaques de roquettes de #Gaza  |  [13/11/2019] Les partisans de Quaido envahissent l’ambassade du Venezuela au Brésil et annoncent la nomination d’un nouvel « ambassadeur »  |  Isère : 20 et 12 ans de prison requis contre le couple salafiste  |  #Israël/ #Gaza: la France condamne les tirs de roquettes terroristes sur l’Etat juif  |  #Israël : une roquette terroriste a percuté une maison d’Ashkélon, au sud du pays, lors du dernier tir de roquettes de #Gaza  |  L’armée de l’air israélienne vient de « BOUM » une escouade de terroristes du Jihad islamique qui tentaient de tirer des roquettes sur #Israël  |  Afghanistan: 7 morts dans l’explosion d’une voiture piégée près du ministère de l’intérieur à Kaboul  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 4 février 2019

Source : Liberation

Ces deux dernières années, de plus en plus de femmes, en particulier chez les jeunes, renoncent au hijab, y compris chez les ministres, les députés et les fonctionnaires.

Toutes les semaines, chronique de la vie quotidienne, sociale et culturelle dans les pays arabes.

Une émission de milieu d’après-midi sur une chaîne égyptienne dédiée aux femmes est consacrée à la cuisine. Deux présentatrices s’activent entre les légumes coupés et les casseroles sur le feu tout en donnant des précisions sur leur recette. L’image serait tout à fait traditionnelle si les deux dames n’étaient pas apprêtées comme pour une grande soirée. L’une, en robe noire à strass avec une épaule nue, laisse tomber ses cheveux longs en grandes boucles. L’autre, en satin rouge, affiche un grand décolleté et une crinière noire. Une apparence impensable il y a quelques années encore en Egypte, où la même émission était animée par des femmes portant le hijab.

Loin d’être réservé à la télévision, le phénomène du renoncement au hijab s’est accéléré ces deux dernières années, en particulier chez les jeunes Egyptiennes. Celles-ci s’irritent de devoir expliquer ou justifier leur décision en affirmant leur droit à «la liberté de choix» dans ce domaine. Dans les discussions sur les réseaux sociaux, elles récusent un lien avec la vague anti-islamiste et la diabolisation des Frères musulmans par le régime autoritaire du Président Abdel Fattah al-Sissi depuis 2014. Il reste que le nombre de femmes qui apparaissent tête découverte dans l’espace public, y compris parmi les ministres, les députés et les fonctionnaires, est en nette augmentation.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

On s’était en effet habitué depuis des décennies à voir plus de 90 % des Egyptiennes dans les rues, tête recouverte d’un voile étroitement serré autour du cou. Certes, cela n’a jamais interdit à leur coquetterie de s’exprimer par des foulards aux couleurs éclatantes, aux tissus brillants et aux imprimés voyants, encadrant souvent un visage lourdement maquillé. Tandis que leurs jupes longues très moulantes soulignant leurs formes contredisent l’objectif du hijab de cacher l’apparence des femmes. On avait oublié que, dans les années 60, l’écrasante majorité des étudiantes à l’université du Caire, comme des femmes dans les rues de la capitale, ne portaient pas de couvre-chef. Qu’elles se référaient encore au geste historique des premières militantes nationalistes des années 20, qui avaient ôté leur voile en signe d’émancipation religieuse, sociale et nationale.

La vague actuelle de renoncement au symbole des années de conservatisme social et religieux qui a touché l’ensemble des pays arabo-musulmans est sans doute bienvenue. Si seulement les Egyptiennes ne poussaient pas l’excès jusqu’à présenter des émissions de cuisine en tenue de gala…

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz