FLASH
[22/02/2019] Fusillade mortelle à Colomiers, dans la banlieue ouest de Toulouse : 1 mort  |  [21/02/2019] L’administration dépense trop ? Pas grave, qu’ils payent : Île-de-France, nouvelle taxe sur les parkings  |  Excellente nouvelle : le jihadiste français Fabien Clain a été tué mercredi en Syrie  |  Jussie Smollett, l’acteur de Empire et proche d’Obama qui a fabriqué son attaque raciste par des pro-Trump, dort ce soir au poste  |  [20/02/2019] L’aviation israélienne a bombardé une position terroriste de Gaza en riposte à l’attaque avec explosifs attachés à un ballon plus tôt aujourd’hui  |  L’ado catho de Covington accusé à tort de propos racistes contre un natif indien, poursuit le Washington Post pour 250 millions de dollars pour avoir menti sur l’incident viral  |  [19/02/2019] Seulement quelques heures après avoir annoncé sa candidature, le socialiste Démocrate Bernie Sanders récole 1 million $ de dons – le gros pognon, il est chez les socialos  |  Trump lance une campagne mondiale pour mettre fin à la criminalisation de l’homosexualité dans des dizaines de pays, dirigée par l’ambassadeur des États-Unis en Allemagne, Richard Grenell (homosexuel)  |  #Marseille : l’homme a tiré sur la police qui a répliqué le blessant grièvement  |  #Marseille : un homme a attaqué au couteau 4 personnes  |  Val de Marne : des inscriptions « mort aux juifs » ont été retrouvées devant l’école juive et la synagogue de Bry-sur-Marne  |  [18/02/2019] @MikeGapes: « Quand j’ai rejoint le parti travailliste en 1968, j’ai rejoint un parti politique et non une secte stalinienne »  |  Félicitations au Sénégal pour son élection à la présidence du « Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien »  |  Les antisémites de BDS vont manifester à Ménilmontant mardi contre l’antisémitisme pour tenter de faire croire qu’ils ne sont pas antisémites. Qui pensent-ils tromper ?  |  A l’instant : en Syrie, deux explosions dans la province d’Idlib détenue par les rebelles ont tué au moins 15 personnes  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 4 février 2019

Source : Liberation

Ces deux dernières années, de plus en plus de femmes, en particulier chez les jeunes, renoncent au hijab, y compris chez les ministres, les députés et les fonctionnaires.

Toutes les semaines, chronique de la vie quotidienne, sociale et culturelle dans les pays arabes.

Une émission de milieu d’après-midi sur une chaîne égyptienne dédiée aux femmes est consacrée à la cuisine. Deux présentatrices s’activent entre les légumes coupés et les casseroles sur le feu tout en donnant des précisions sur leur recette. L’image serait tout à fait traditionnelle si les deux dames n’étaient pas apprêtées comme pour une grande soirée. L’une, en robe noire à strass avec une épaule nue, laisse tomber ses cheveux longs en grandes boucles. L’autre, en satin rouge, affiche un grand décolleté et une crinière noire. Une apparence impensable il y a quelques années encore en Egypte, où la même émission était animée par des femmes portant le hijab.

Loin d’être réservé à la télévision, le phénomène du renoncement au hijab s’est accéléré ces deux dernières années, en particulier chez les jeunes Egyptiennes. Celles-ci s’irritent de devoir expliquer ou justifier leur décision en affirmant leur droit à «la liberté de choix» dans ce domaine. Dans les discussions sur les réseaux sociaux, elles récusent un lien avec la vague anti-islamiste et la diabolisation des Frères musulmans par le régime autoritaire du Président Abdel Fattah al-Sissi depuis 2014. Il reste que le nombre de femmes qui apparaissent tête découverte dans l’espace public, y compris parmi les ministres, les députés et les fonctionnaires, est en nette augmentation.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

On s’était en effet habitué depuis des décennies à voir plus de 90 % des Egyptiennes dans les rues, tête recouverte d’un voile étroitement serré autour du cou. Certes, cela n’a jamais interdit à leur coquetterie de s’exprimer par des foulards aux couleurs éclatantes, aux tissus brillants et aux imprimés voyants, encadrant souvent un visage lourdement maquillé. Tandis que leurs jupes longues très moulantes soulignant leurs formes contredisent l’objectif du hijab de cacher l’apparence des femmes. On avait oublié que, dans les années 60, l’écrasante majorité des étudiantes à l’université du Caire, comme des femmes dans les rues de la capitale, ne portaient pas de couvre-chef. Qu’elles se référaient encore au geste historique des premières militantes nationalistes des années 20, qui avaient ôté leur voile en signe d’émancipation religieuse, sociale et nationale.

La vague actuelle de renoncement au symbole des années de conservatisme social et religieux qui a touché l’ensemble des pays arabo-musulmans est sans doute bienvenue. Si seulement les Egyptiennes ne poussaient pas l’excès jusqu’à présenter des émissions de cuisine en tenue de gala…

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :