Quantcast
FLASH
[13/12/2019] Royaume-Uni : Les pro-#Brexit, anti-immigration, anti-Europe rejettent le socialisme dans un raz-de-marée électoral par 368/202 sièges  |  [11/12/2019] #Netanyahou songe à recruter l’ancien directeur de campagne de #Trump, Corey Lewandowski, pour sa prochaine campagne électorale  |  Sondage : #Trump devant tous les candidats Démocrates dans le Michigan  |  #Obama a refusé de donner une aide militaire à l’#Ukraine, mais @CBSNews prétend que #Trump met l’Ukraine en danger face à la #Russie  |  Un Islamiste a fait encore un attentat-suicide, à l’extérieur de la principale base américaine en #Afghanistan  |  [10/12/2019] La Finlande inaugurera la plus jeune Premier ministre du monde, Sanna Marin, 34 ans  |  Les Américains soupçonnent l’#Iran d’être à l’origine des attaques à la roquette contre des bases irakiennes accueillant des forces américaines près de l’aéroport international de Bagdad  |  [08/12/2019] Les autorités saoudiennes enquêtent pour savoir si le terroriste de #Pensacola s’est radicalisé lors d’une visite dans le royaume l’année dernière, selon deux responsables saoudiens  |  #Pensacola. Le FBI détient 10 Saoudiens après l’attaque, et en recherche d’autres qui ont participé avec le terroriste à une fête pour regarder des vidéos de tueries de masse  |  Les avions à réaction de l’armée de l’air israélienne ont frappé un camp terroriste de #Hamas, des entrepôts d’armes, des bureaux et des postes de sécurité à #Gaza  |  [07/12/2019] A 20h54 heure locale, 3 roquettes ont été tirées depuis #Gaza sur #Israël, 2 interceptées. Ni @Reuters, @AFP n’en parlent  |  [06/12/2019] En raison d’une aggravation des menaces de l’#Iran, #Israël a testé avec succès des tirs de missile capable de porter une tête nucléaire  |  [04/12/2019] Fatigué des blabla, #Trump annule la dernière conférence de l’Otan et rentre à Washington  |  [30/11/2019] Le terroriste du #LondonBridge était un proche de l’infâme prédicateur islamiste Anjem Choudary  |  La Bolivie rétablit ses liens diplomatiques avec #Israël  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 4 février 2019

Source : Liberation

Ces deux dernières années, de plus en plus de femmes, en particulier chez les jeunes, renoncent au hijab, y compris chez les ministres, les députés et les fonctionnaires.

Toutes les semaines, chronique de la vie quotidienne, sociale et culturelle dans les pays arabes.

Une émission de milieu d’après-midi sur une chaîne égyptienne dédiée aux femmes est consacrée à la cuisine. Deux présentatrices s’activent entre les légumes coupés et les casseroles sur le feu tout en donnant des précisions sur leur recette. L’image serait tout à fait traditionnelle si les deux dames n’étaient pas apprêtées comme pour une grande soirée. L’une, en robe noire à strass avec une épaule nue, laisse tomber ses cheveux longs en grandes boucles. L’autre, en satin rouge, affiche un grand décolleté et une crinière noire. Une apparence impensable il y a quelques années encore en Egypte, où la même émission était animée par des femmes portant le hijab.

Loin d’être réservé à la télévision, le phénomène du renoncement au hijab s’est accéléré ces deux dernières années, en particulier chez les jeunes Egyptiennes. Celles-ci s’irritent de devoir expliquer ou justifier leur décision en affirmant leur droit à «la liberté de choix» dans ce domaine. Dans les discussions sur les réseaux sociaux, elles récusent un lien avec la vague anti-islamiste et la diabolisation des Frères musulmans par le régime autoritaire du Président Abdel Fattah al-Sissi depuis 2014. Il reste que le nombre de femmes qui apparaissent tête découverte dans l’espace public, y compris parmi les ministres, les députés et les fonctionnaires, est en nette augmentation.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

On s’était en effet habitué depuis des décennies à voir plus de 90 % des Egyptiennes dans les rues, tête recouverte d’un voile étroitement serré autour du cou. Certes, cela n’a jamais interdit à leur coquetterie de s’exprimer par des foulards aux couleurs éclatantes, aux tissus brillants et aux imprimés voyants, encadrant souvent un visage lourdement maquillé. Tandis que leurs jupes longues très moulantes soulignant leurs formes contredisent l’objectif du hijab de cacher l’apparence des femmes. On avait oublié que, dans les années 60, l’écrasante majorité des étudiantes à l’université du Caire, comme des femmes dans les rues de la capitale, ne portaient pas de couvre-chef. Qu’elles se référaient encore au geste historique des premières militantes nationalistes des années 20, qui avaient ôté leur voile en signe d’émancipation religieuse, sociale et nationale.

La vague actuelle de renoncement au symbole des années de conservatisme social et religieux qui a touché l’ensemble des pays arabo-musulmans est sans doute bienvenue. Si seulement les Egyptiennes ne poussaient pas l’excès jusqu’à présenter des émissions de cuisine en tenue de gala…

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, suivez notre fil Twitter, puis retweetez-nous. C’est ainsi que les idées que vous défendez circulerons !

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz