FLASH
[22/02/2019] Fusillade mortelle à Colomiers, dans la banlieue ouest de Toulouse : 1 mort  |  [21/02/2019] L’administration dépense trop ? Pas grave, qu’ils payent : Île-de-France, nouvelle taxe sur les parkings  |  Excellente nouvelle : le jihadiste français Fabien Clain a été tué mercredi en Syrie  |  Jussie Smollett, l’acteur de Empire et proche d’Obama qui a fabriqué son attaque raciste par des pro-Trump, dort ce soir au poste  |  [20/02/2019] L’aviation israélienne a bombardé une position terroriste de Gaza en riposte à l’attaque avec explosifs attachés à un ballon plus tôt aujourd’hui  |  L’ado catho de Covington accusé à tort de propos racistes contre un natif indien, poursuit le Washington Post pour 250 millions de dollars pour avoir menti sur l’incident viral  |  [19/02/2019] Seulement quelques heures après avoir annoncé sa candidature, le socialiste Démocrate Bernie Sanders récole 1 million $ de dons – le gros pognon, il est chez les socialos  |  Trump lance une campagne mondiale pour mettre fin à la criminalisation de l’homosexualité dans des dizaines de pays, dirigée par l’ambassadeur des États-Unis en Allemagne, Richard Grenell (homosexuel)  |  #Marseille : l’homme a tiré sur la police qui a répliqué le blessant grièvement  |  #Marseille : un homme a attaqué au couteau 4 personnes  |  Val de Marne : des inscriptions « mort aux juifs » ont été retrouvées devant l’école juive et la synagogue de Bry-sur-Marne  |  [18/02/2019] @MikeGapes: « Quand j’ai rejoint le parti travailliste en 1968, j’ai rejoint un parti politique et non une secte stalinienne »  |  Félicitations au Sénégal pour son élection à la présidence du « Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien »  |  Les antisémites de BDS vont manifester à Ménilmontant mardi contre l’antisémitisme pour tenter de faire croire qu’ils ne sont pas antisémites. Qui pensent-ils tromper ?  |  A l’instant : en Syrie, deux explosions dans la province d’Idlib détenue par les rebelles ont tué au moins 15 personnes  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Christian Larnet le 6 février 2019

Une note d’information à l’intention du comité du budget de lundi indique que Toronto ne peut plus accueillir un afflux continu de réfugiés qui veulent être logés dans le système de refuges de la ville.

Cet article est paru dans le Toronto Sun du 4 février (1). Ce qu’il révèle éclairera ceux qui aimeraient savoir ce que coûte l’immigration.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

« Le système des refuges de Toronto est en danger immédiat d’être submergé », affirme Paul Raftis, directeur général du service des refuges, du soutien et du logement de la ville, dans un bulletin de sept pages.

Paul Raftis note – comme nous l’avons déjà entendu dire – qu’en moyenne 18 nouveaux demandeurs du statut de réfugié cherchent un logement dans des refuges urbains chaque jour et que, du début septembre dernier à la fin de l’année seulement, 2 066 migrants irréguliers se sont présentés aux refuges de Toronto.

Malgré l’ajout de plus de 2 500 lits dans les refuges aux frais de la ville, il y avait une liste d’attente de 330 personnes en date du 9 janvier.

Le coût total de l’hébergement, de l’alimentation et du soutien aux réfugiés a atteint 67,1 millions de dollars en 2017 et 2018. Le gouvernement fédéral n’a remboursé à la ville que 26 millions de dollars par intermittence.

Comme le dit Raftis, une partie de cet argent provient des réserves de la ville – mises de côté pour faire face à d’autres urgences en matière de services sociaux – et plus de 60 millions de dollars auraient pu être utilisés pour  » d’autres services  » qui aident les sans-abri et les quasi-abris à se loger.

En plus de rembourser les dépenses restantes de 2017 et 2018, soit quelque 43 millions de dollars, la Ville s’attend à recevoir un autre financement stable de 45 millions de dollars du gouvernement fédéral pour faire face aux coûts en 2019.

Aucun membre du Comité du budget n’a posé une seule question au sujet de cette note d’information lundi.

Ce n’est pas du tout surprenant étant donné que la plupart d’entre eux préféreraient ignorer le fait que la crise actuelle du logement est en grande partie attribuable au fait que 40 % des lits sont occupés par les réfugiés que le premier ministre Justin Trudeau a accueillis à bras ouverts au Canada en janvier 2017 – sans plan pour les accueillir.

C’est un facteur énorme, de même que la conférence de presse très publique tenue le même mois par de nombreux membres du conseil municipal qui ont réitéré que Toronto est une ville sanctuaire.

Raftis note que malgré les demandes répétées de la ville à la province et au gouvernement fédéral d’adopter une stratégie régionale qui permettrait de se décharger d’une partie des pressions exercées par les réfugiés à l’extérieur de Toronto, peu de choses se sont produites.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Un  » projet pilote  » fédéral n’a logé que cinq à dix familles au-delà des frontières de Toronto et maintenant le gouvernement fédéral refuse d’aller plus loin avec une réponse régionale à moins que la province ne se joigne aux discussions. La province a déclaré qu’au-delà de la contribution de 3 millions de dollars qu’elle a versée à Toronto en mai (pour l’hébergement temporaire dans deux résidences universitaires), elle ne  » soutiendra pas financièrement  » le logement des réfugiés.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

  1. Toronto Sun
Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :