Publié par Christian Larnet le 8 février 2019

A Oulu en Finlande, les migrants sont interdits d’accès dans les écoles et les garderies finlandaises à la suite de viols multiples d’enfants.

La municipalité finlandaise de Oulu annonce que les migrants ne sont plus autorisés à visiter les écoles et les garderies, rapporte Samhällsnytt (1)

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

La raison en est que les parents se sont plaints des soi-disant « visites d’intégration » et se sentent inquiets pour leurs enfants après la récente vague de viol contre des toutes jeunes filles.

Selon la police finlandaise, les auteurs présumés sont des hommes migrants venus dans le pays ces dernières années et la plupart des victimes de viol sont des fillettes.

La municipalité d’Oulu, en Ostrobotnie du Nord, est l’un des endroits que les médias ont mis en lumière en rapport avec la vague de viol. À Oulu, la police enquête sur au moins dix migrants pour des infractions sexuelles graves contre des filles d’à peine dix ans.

Les parents se sont plaints et ont exprimé leur inquiétude sur la façon dont la municipalité peut permettre au projet d’intégration ESIKOTO de continuer.

ESIKOTO est une expérience d’intégration où les migrants visitent les écoles et les garderies pour en apprendre davantage sur la société à travers des cours et des groupes d’étude. Elle est également censée promouvoir le multiculturalisme.

Cependant, le multiculturalisme est allé trop loin vers la culture des pays de ces migrants, où se marier avec une petite fille est souvent autorisé, et la direction municipale choisit maintenant de répondre à la demande des parents et de mettre fin au projet d’intégration.

Mika Penttilä, responsable de l’éducation et de la culture dans la municipalité, confirme qu’avec les organisateurs du projet, ils ont décidé qu’il n’y aurait plus de visites.

Récemment, les médias ont également publié de nouvelles statistiques sur les crimes sexuels dans la municipalité d’Oulu.

Arto Karnaranta, chef adjoint de la police, explique qu’en un an seulement, entre 2017 et 2018, les infractions sexuelles ont augmenté de 20 %. Et la seule chose qui a changé dans la région, c’est la présence des migrants d’origine moyen-orientale et africaine.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

  1. Samnytt

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz