Quantcast
FLASH
[21/04/2019] Des écoles de Barcelone retirent 200 livres jugés sexistes de leurs bibliothèques : dont le petit chaperon rouge et la belle au bois dormant.. Les ayatollahs de la bien-pensance nous étouffent  |  Attentats Sri Lanka mise à jour : 200 morts, 525 blessés, 8 bombes  |  Le bilan provisoire des attentats du Sri Lanka se monte à 130 morts, et plus de 460 blessés  |  [18/04/2019] #Sarthe : Prise d’otages au supermarché Super U de Bessé-sur-Braye, les gendarmes sur place  |  Effet Trump: Les demandes hebdomadaires de prestations d’assurance-chômage chutent pour la cinquième semaine consécutive, tombant au niveau le plus bas depuis septembre 1969  |  Effet Trump: Les ventes au détail aux États-Unis augmentent au rythme le plus rapide depuis septembre 2017  |  Le président israélien Rivlin vient de charger Netanyahou de former son 5e gouvernement  |  [16/04/2019] Omar Barghouti : « j’ai fondé BDS pour boycotter Israël, pourquoi suis-je boycotté et interdit d’aller aux Etats-Unis ? »  |  Elections israéliennes : après tous les recomptes, Naftali Bennet et Ayelet Shaked sont retoqués  |  Notre Dame : Si les entreprises de rénovation sont coupables alors leurs assurances payerons. Le fait qu on accepte les dons laisse craindre que c’est un attentat  |  Incendie de Notre-Dame : la mairie de Paris débloque 50 millions d’euros pour la reconstruction. N’est ce pas formidable que la mairie ait autant d’argent bloqué !  |  Ca a du bon d’avoir des riches. Un milliardaire français offre 100 millions pour réparer Notre Dame  |  [15/04/2019] L’antisémite Alain Soral condamné à 1 an de prison pour négationnisme – un peu dommage, les autres vont maintenant être plus discrets au lieu d’être repérés et rééduqués  |  [11/04/2019] Effet #Trump : 55% des Américains approuvent la politique de Trump. 58% approuvent l’économie sous Trump (sondage Georgetown)  |  Le président soudanais Ahmad Al Bashir, criminel de guerre du Jihad, évincé par un coup d’État  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 11 février 2019

On prend les mêmes et on recommence. Pourquoi pas ? Si les Français ont été capables de l’élire une fois, c’est parce qu’ils n’ont pas cherché à savoir qui il est. Et puis Marine Le Pen est très utile : elle arrive toujours à point pour faire élire celui dont personne ne veut…

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Source : Ladepeche

Cela fait des mois qu’il guette. Comme un chasseur patient, il a attendu sans bruit, avec confiance et sérénité. Il savait qu’un jour, une faille dans la majorité, amènerait vers lui quelques marcheurs en plein doute. C’est chose faite.

Dans son bureau de la rue de Rivoli, François Hollande a reçu, début janvier, un pilier de La République en Marche. Un pilier vacillant qui s’interroge sur la tournure prise par le quinquennat d’Emmanuel Macron. «C’est moi qui aie sollicité la rencontre, avoue à La Dépêche, Hugues Renson, vice président de l’Assemblée nationale. Nous avons énormément parlé du référendum de 2005 sur la constitution européenne. Il m’a dit : les sondages donnaient 70% pour le oui, tous les partis de gouvernement appelaient à voter oui, tous les médias étaient pour le oui et ça a été non parce que le référendum est un truc passionnel. Et il a ajouté : il est toujours beaucoup plus difficile de justifier son oui que de mettre un non». Les deux hommes ont, bien entendu, en tête, le référendum auquel réfléchit actuellement Emmanuel Macron. Et l’un des deux, au moins, escompte un camouflet. En effet, François Hollande ne désespère pas de voir la gauche revenir au pouvoir en 2022. Lui qui, un an et demi avant la présidentielle de 2012, n’était même pas testé dans les sondages, le répète à l’envi : «En politique, tout est possible». Qu’un candidat trébuche dans la chambre d’un Sofitel et les cartes sont rebattues. Alors pourquoi pas en 2022 ?

Excepté la longue conférence qu’il a donné, mercredi soir, devant les étudiants de Sciences Po, depuis début décembre, l’ancien locataire de l’Élysée s’est pourtant fait discret. Finies les dédicaces et les petites phrases, il se consacre à la rédaction des nouveaux chapitres de son livre. «La crise des Gilets Jaunes me donne raison. À quoi ça sert désormais que je dise qu’Emmanuel Macron est lointain et hautain», se réjouit-il auprès de ses interlocuteurs.

François Hollande considère que le mouvement est un moment de bascule du quinquennat. «Avant on était dans le post-Hollande, l’anti Hollande», a-t-il l’habitude de dire, «la crise nous fait entrer dans un moment nouveau, c’est la fin du quinquennat». Désormais l’heure est donc à la reconquête. Le scénario tient en trois phases : écarter les candidats qu’il n’estime pas assez capés pour passer l’obstacle. C’est le cas d’Olivier Faure qu’il pousserait, en sous-main, à se présenter aux Européennes afin de le fragiliser un peu plus. L’ancien Président a peu goûté l’inventaire sans concession fait récemment par le nouveau secrétaire du PS. «Il n’est pas nécessaire de s’autoflageller, les électeurs font très bien ce travail», a-t-il taclé mercredi soir à Sciences Po, lâchant : «Si vous allez à genoux voir vos partenaires ils ne viendront pas».

Justement, les partenaires constituent la deuxième phase du scénario de retour. François Hollande considère que les municipales seront un moment essentiel. «Les appareils, aujourd’hui, sont irréconciliables mais les électeurs le sont. Il y a un moment où on peut faire cette grande réconciliation, c’est aux municipales parce que les électeurs n’accepteront pas que l’on multiplie les listes à gauche», analyse-t-il selon les confidences faites par l’un de ses proches à La Dépêche. Et ce dernier ajoute : «Ensuite il faut transformer l’essai en créant une alchimie jusqu’à la présidentielle». Troisième étage de la fusée : ramener, dans le giron du PS, quelques déçus d’Emmanuel Macron et de sa politique jugée trop libérale. L’ancien Président reçoit donc à tour de bras, sans rancœur, ses anciens compagnons de route passés à En Marche comme le député de Rennes et premier questeur de l’Assemblée nationale, Florian Bachelier. On l’imagine se délectant, mercredi soir, à la lecture du mail du député du Maine-et-Loire, Matthieu Orphelin, dans lequel celui-ci, en désaccord sur de nombreux dossiers, annonce son départ du groupe En marche. L’ancien chef de l’Etat espère aussi beaucoup rallier les élus du groupe parlementaire Territoires et Liberté, créé en octobre 2018. Ses membres, qui assurent n’être ni dans la majorité ni dans l’opposition, pourraient basculer le moment venu. «Hollande prend sa part dans la construction d’une sorte de parti démocrate à l’américaine, assez fort pour combattre les conservatismes des extrêmes», assurait récemment, au Figaro, l’un des membres du groupe, le député des Bouches-du-Rhône François-Michel Lambert.

Dans cette aventure, l’entourage de François Hollande assure que l’ancien Président est totalement désintéressé et, craignant l‘avènement d’une démocratie populiste, ne pense qu’à l’avenir de la gauche. «Si quelqu’un ou quelqu’une est en capacité de se présenter, il sera le premier à le ou la soutenir. Si ça ne se passe pas, il le fera, il se représentera. Mais ce n’est pas son objectif», assure un proche. François Hollande espérerait une candidature de l’ancien ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve mais ne serait, sans doute, pas contre une revanche. En attendant, il se délecte de cette phrase, entendue à longueur de dédicaces depuis le début de la crise des Gilets Jaunes : «Avec vous, c’était mieux. Vous, au moins, vous êtes humain».

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :