Publié par Magali Marc le 13 février 2019

La firme québécoise de génie-conseil, SNC-Lavalin, qui emploie 52 000 personnes dans le monde, est accusée d’avoir versé des millions de dollars de pots-de-vin à des haut placés du régime Kadhafi en Libye pour y obtenir des contrats entre 2001 et 2011.

Le Globe and Mail a publié un article, la semaine passée, dans lequel il est écrit que des membres du cabinet Trudeau auraient fait pression sur Mme Wilson-Raybould, la Ministre de la Justice et Procureure Générale du Canada, afin que les procédures judiciaires contre SNC-Lavalin soient abandonnées pour éviter les conséquences économiques d’une condamnation.

Les leaders de l’opposition, Ms Scheer et Singh, ont demandé à Justin Trudeau de faire preuve de plus de transparence et de clarifier les allégations d’ingérence du bureau du premier ministre dans le dossier des poursuites contre SNC-Lavalin.

En fait, négocier un accord avec une organisation accusée d’une infraction afin de lui éviter une condamnation n’est pas illégal. Une modification du Code criminel le permet depuis 2018, mais seulement à condition que le procureur général y consente.

Trudeau, la mine déconfite

Sous le coup de ces critiques, le Premier Ministre Trudeau a déclaré lundi qu’il se réjouit «… de l’enquête du commissaire à l’éthique. C’est une question dont on a beaucoup parlé ces derniers jours et je pense qu’il est extrêmement important que les Canadiens puissent continuer à avoir confiance en notre système

En procédant comme il l’a fait, Trudeau s’est assuré que les médias anglophones canadiens allaient se faire l’écho des allégations de pressions indues sur la Ministre de la Justice.

Les leaders de l’opposition sont tombés dans le piège et maintenant ils ont l’air de reprocher à Justin Trudeau d’avoir chercher à assurer la survie d’une firme de génie-conseil montréalaise que les Québécois considèrent à juste titre comme un fleuron de l’économie.

Tout ça pour avoir versé des bakchichs au gouvernement de Khadafi, comme si ce n’était pas la pratique habituelle pour obtenir des contrats juteux quand on fait affaire avec un gouvernement corrompu du Moyen Orient !

D’après Michel Girard du Journal de Montréal, une condamnation de SNC-Lavalin auraient des conséquences catastrophiques : pendant 10 ans, SNC-Lavalin ne pourrait obtenir aucun contrat public, tant de la part du gouvernement fédéral que des gouvernements provinciaux. Même chose avec les contrats internationaux appuyés par la Banque mondiale. Et sa réputation sera ternie à jamais.

De plus, SNC-Lavalin ferait face à :

  • une grosse déconfiture en Bourse
  • de colossales pertes pour la Caisse de dépôt et placement du Québec qui est le principal actionnaire avec près de 20 % des actions
  • une chute dramatique du chiffre d’affaires qui s’élève à 10 milliards $ actuellement
  • une grande portion des 50 000 employés (dont 3400 au Québec et 5600 dans les autres provinces) devront se chercher un nouvel emploi
  • d’immenses pertes au niveau des retombées économiques et fiscales pour le Québec et le Canada

Si Andrew Scheer insiste pour que le PM fasse preuve de plus de transparence, Trudeau pourra continuer à prendre un air contrit de victime d’un opposant anglophone.

C’est tout ce qu’il faut à Justin Trudeau, dont l’étoile commençait à pâlir, pour récolter un maximum de votes au Québec et assurer sa réélection.

S’il continue de s’acharner sur Trudeau concernant cette affaire, Andrew Scheer peut faire une croix sur les appuis qu’il a réussi à obtenir jusqu’à présent au Québec.

Les tenants et aboutissants de cette affaire sont complexes et on ne peut pas s’attendre à ce que les électeurs qui s’intéressent aux élections tout au plus un mois avant le jour du vote, se souviennent que Trudeau a peut- être commis une action condamnable ou du moins qu’il a manqué de transparence.

Trudeau sait de quel côté son pain est beurré. En s’arrangeant pour être perçu comme une victime des méchants Anglos pour avoir voulu sauver une firme québécoise, il s’assure du vote des Québécois qui s’en souviendront, le 21 octobre, et choisiront celui qui leur donne l’impression de défendre les intérêts du Québec.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Sources :

  • https://torontosun.com/news/national/liberal-mp-joins-opposition-call-for-investigation-into-snc-lavalin-controversy-ethics-probe-launched/wcm/0cb0b5c0-5b59-44dd-a620-2ee6c41a8de6
  • https://www.tvanouvelles.ca/2019/02/10/andrew-scheer-invite-justin-trudeau-a-plus-de-transparence
  • https://www.journaldemontreal.com/2019/02/12/qui-veut-la-fin-de-snc-lavalin

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz