Quantcast
FLASH
[08/12/2019] Les autorités saoudiennes enquêtent pour savoir si le terroriste de #Pensacola s’est radicalisé lors d’une visite dans le royaume l’année dernière, selon deux responsables saoudiens  |  #Pensacola. Le FBI détient 10 Saoudiens après l’attaque, et en recherche d’autres qui ont participé avec le terroriste à une fête pour regarder des vidéos de tueries de masse  |  Les avions à réaction de l’armée de l’air israélienne ont frappé un camp terroriste de #Hamas, des entrepôts d’armes, des bureaux et des postes de sécurité à #Gaza  |  [07/12/2019] A 20h54 heure locale, 3 roquettes ont été tirées depuis #Gaza sur #Israël, 2 interceptées. Ni @Reuters, @AFP n’en parlent  |  [06/12/2019] En raison d’une aggravation des menaces de l’#Iran, #Israël a testé avec succès des tirs de missile capable de porter une tête nucléaire  |  [04/12/2019] Fatigué des blabla, #Trump annule la dernière conférence de l’Otan et rentre à Washington  |  [30/11/2019] Le terroriste du #LondonBridge était un proche de l’infâme prédicateur islamiste Anjem Choudary  |  La Bolivie rétablit ses liens diplomatiques avec #Israël  |  Près de 3 000 faux permis de conduire américains envoyés par la Chine ont été interceptés par la douane américaine  |  Le terroriste islamiste du pont de Londres avait demandé de l’aide pour être déradicalisé, selon son avocat  |  [29/11/2019] Alerte rouge: tir de roquettes à l’instant dans le sud d’#Israël  |  Evacuation de la #garedunord de Paris après la découverte d’un engin explosif dans un sac  |  Les talibans disent qu’ils sont prêts à reprendre les pourparlers de paix après la visite impromptue de #Trump pour thanksgiving  |  Le Premier ministre irakien déclare qu’il remet sa démission au Parlement  |  [28/11/2019] La Bolivie rétablit ses relations diplomatiques avec #Israël, qu’elle avait rompues en 2009 sous la direction du président de gauche Evo Morales, qui estimait qu’Israël n’avait pas le droit de se défendre contre les tirs de roquettes depuis #Gaza  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Manuel Gomez le 17 février 2019

Il est des réalités géopolitiques que « Les jeunes de moins de vingt ans ne peuvent pas connaître », ni d’ailleurs « bien d’autres moins jeunes », et qui pourtant remettent l’Histoire à l’endroit, la rétablissent dans son authenticité, que cela plaise ou non à certains.

Il n’est nullement question dans cet article d’intercéder en faveur soit de Francisco Franco, soit de Philippe Pétain, mais de rétablir la vérité sur les circonstances très particulières de la signature de l’armistice le 22 juin 1940, six jours après que le Maréchal Pétain se soit vu confier le destin de la France (16 juin 1940).

Une France en pleine débâcle, des millions de morts, des millions de prisonniers, des millions de français fuyant sur les routes, sous la mitraille de l’aviation allemande.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Tenter de poursuivre les hostilités, sur la demande des Anglais afin de sauver leur pays, était illusoire : avec quelle armée ? Et probablement des centaines de milliers de morts en plus.

Le président de la République, Albert Lebrun, et le président du Conseil, Paul Reynaud, se sont réfugiés à Bordeaux, avec le gouvernement de ce qui était la France en fuite.

La décision est prise, puisqu’il n’en existe aucune autre possible, de faire appel à celui qui reste dans la mémoire, et dans le présent, des Français, comme le « dernier sauveur ».

Puisqu’il est question « de fuite », n’oublions pas celle de Charles de Gaulle qui prend le chemin de Londres, après avoir constaté, avec amertume, qu’il n’était pas retenu comme ministre dans le gouvernement formé en toute urgence par Pétain !

Il est intéressant de réapprendre ces événements, dans leur contexte dramatique.

Le Maréchal Pétain était, à l’époque (1939), ambassadeur de France à Madrid et ami très proche du dictateur Franco.

Devant l’offre qui lui est faite de « venir sauver la France », une tache qu’il sait impossible dans l’état de la situation, Pétain hésite : il sait qu’il devrait répondre « Présent », même si ce que l’on lui demande est irréalisable, mais il hésite longuement, durant des heures.

C’est Francisco Franco qui intervient et lui demande, malgré ses hésitations, d’accepter.

Non pas pour « sauver la France », après tout peu lui chaut qu’elle soit perdue puisqu’elle était loin d’être son alliée au cours de cette guerre civile qui lui a permis de conquérir son pays, mais « surtout pour sauver l’Espagne ».

L’Allemagne l’a aidé dans son combat fratricide, lui a prêté son aviation, ses stratèges, sa marine, et Franco ne pourra pas lui refuser « de rentrer » en Espagne, dans la poursuite logique de son invasion. Il considère donc, puisqu’il est également un très fin stratège, « qu’il est absolument nécessaire de barrer la route de l’Espagne à l’armée nazie » et c’est le message qu’il transmet à Philippe Pétain, avant son départ.

L’armistice est donc signé ce 22 juin 1940 par le général Huntziger, sur ordre du nouveau chef du gouvernement (Il n’a jamais été président de la République), le Maréchal Pétain.

Mais les généraux allemands, malgré la présence d’Hitler, se sont laissés « flouer » en acceptant une partition de la France en deux zones, laissant une zone libre qui leur barrait le passage vers la péninsule Ibérique, selon l’exigence de Franco.

Imaginons un instant que cette « zone libre » n’ait pas existé ? Les forces allemandes, bloquées sur les côtes de la Manche, se seraient dirigées vers l’Espagne, qui leur était largement ouverte, aurait occupé sans difficulté le rocher de Gibraltar, contrôlant l’entrée en mer Méditerranée, puis poursuivi sans danger leur progression dans tout le Maghreb, Maroc, Algérie puis Tunisie, et ce ne sont pas les quelques milliers de soldats (à l’époque) sous les ordres du capitaine Leclerc et bien loin du théâtre des opérations, qui auraient pu leur opposer une quelconque résistance.

D’autant plus que les forces allemandes auraient été accueillies très favorablement par les islamistes, qui non seulement partageaient une fascination réciproque pour le nazisme (voir l’existence de divisions SS islamistes) mais qui attendaient de « ces nouveaux conquérants » la possibilité de se débarrasser sans coup férir du « colonialisme français », pour eux le principal objectif à atteindre : « Eradiquer toutes présences religieuses, autres que la religion musulmane, dans tout le monde islamique et, en premier lieu, en Afrique-du-Nord – La valise ou le cercueil »

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, suivez notre fil Twitter, puis retweetez-nous. C’est ainsi que les idées que vous défendez circulerons !

Les forces armées allemandes installées en Afrique-du-Nord, le débarquement américain, en novembre 1942, auraient été impossible et aurait dû être remis à plus tard.

Ce qui aurait retardé d’autant la reconquête de l’Europe par le Sud, aurait coûté des milliers de morts supplémentaires et, surtout, laissé la route libre aux forces armés russes pour envahir seules l’Allemagne, jusqu’aux frontières françaises, et l’occuper exclusivement.

Ce que les forces armées alliées voulaient éviter à tout prix !

N’oublions pas que ce débarquement des forces alliées en Afrique-du-Nord a été le motif prioritaire de l’invasion de la « zone libre » par les forces allemandes, en 1942.

Je vous laisse le soin de juger si la stratégie employée par Franco et Pétain a été bénéfique ou non ? Prétendre qu’elle ne l’a pas été, et cela uniquement pour les options choisis par la suite par les gouvernements de Vichy, sous la direction tout d’abord de l’Amiral Darlan mais, surtout, du pro-Allemand Pierre Laval, va à l’encontre des « réalités historiques ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz