Quantcast
FLASH
[23/03/2019] Violences contre les #Giletsjaunes: Une femme gravement blessée à Nice après une charge. Tombée au sol, sa tête a percuté un plot. France 3 PACA publie une vidéo de la scène  |  Somalie : des immeubles gouvernementaux de Mogadishu frappés par une série d’attaques d’al Shabaab à la voiture piégée  |  [21/03/2019] En réponse aux explosifs déclenchés par le Hamas à la frontière, Tsahal a détruit des postes de contrôle du Hamas  |  Golan : réponse de Netanyahou à Trump : « vous venez d’écrire l’Histoire »  |  Trump à l’instant : « Après 52 ans, il est temps que les États-Unis reconnaissent pleinement la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan, qui revêt une importance stratégique et sécuritaire cruciale pour l’État d’Israël et la stabilité régionale ! »  |  [20/03/2019] #CNN n’a pas annoncé à ses téléspectateurs que l’étudiant catholique injustement accusé par la chaîne les poursuit en justice à hauteur de 275 millions  |  Attentat terroriste à Milan : 1 migrant a détourné un bus scolaire avec 51 enfants et a mis le feu au bus. La police a rapidement secouru tous les enfants  |  AFP : Mahan Air Iran annule les vols pour Paris à partir du 1er avril. Le Trésor américain a sanctionné la compagnie aérienne en 2011  |  Nice : 2 frères, suspectés d’avoir poignardé 1 homme puis d’avoir tenté de l’écraser alors qu’il était secouru par des sapeurs-pompiers, sont en garde à vue  |  #Acte19 vers la grosse castagne ? Militaires de Sentinelle mobilisés. Macron : « Nous ne pouvons pas laisser une infime minorité violente abîmer notre pays et détériorer l’image de la France à l’étranger. Les prochains jours seront donc décisifs»  |  La police néo-zélandaise a arrêté le tireur de Christchurch alors qu’il était en route pour une 3e attaque  |  « Vous savez que la fête juive de Pourim a commencé quand vous voyez des girafes dans les synagogues »  |  #Israël : 3 colons arabes #palestiniens coupables de crimes terroristes ont été éliminés durant la nuit dans la province juive de Judée, illégalement occupée par les Palestiniens  |  [19/03/2019] Le parlement de Nouvelle-Zélande a ouvert sa session d’hier avec un texte de la sourate al-Baqarah, en arabe et en anglais – pourquoi il n’y a jamais ça pour les chrétiens massacrés par les islamistes ?  |  Bisounours : à Bordeaux, un homme avec un brassard « jihad » a attaqué un policier dans un commissariat  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 20 février 2019

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Source : Jeuneafrique

Au Maghreb et chez les Maghrébins d’Europe, la confusion tradition-modernité crée les situations les plus cocasses. La tradition, on ne sait pas toujours ce que c’est ; au besoin, on l’invente. La modernité, c’est d’abord la vitesse. « Tout, tout de suite », c’est la devise des jeunes Maghrébins de deuxième génération.

Le dernier exemple hilarant de ce choc modernité-tradition concerne la tabâa ou la zbiba, comme disent les Égyptiens, c’est-à-dire la petite tache brune qui orne le front des fidèles très pieux : à force de heurter le sol de leur front pendant les cinq prières quotidiennes, une sorte d’hématome permanent se forme. Et le fidèle déambule fièrement, arborant la tache foncée qui le signale à l’attention admirative de ses concitoyens.

Depuis que les islamistes ont pris le pouvoir en Égypte et en Tunisie, on voit de plus en plus d’hommes politiques arborant la tabâa sur les chaînes satellitaires – Al-Jazira, Al-Arabiya, etc. Par une sorte de mimétisme assez naturel, des centaines de jeunes Marocains des Pays-Bas veulent aussi l’avoir, la tache sur le front. C’est très in. C’est le dernier cri de la mode. Mais comme ce sont des jeunes modernes, impatients, pressés, ils veulent la tache tout de suite, ici et maintenant. Ils se heurtent violemment la tête en priant (boum, boum, boum) mais ça donne des migraines, et l’hématome est lent à venir. Il paraît que ça peut prendre des années. C’est là qu’un Casablancais d’Amsterdam a eu une idée de génie, il y a quelques mois. Tatoueur de son état, il offrit de tatouer directement la tache sur le front des pioupious pieux – pieux et pressés. Pour 50 euros, ils obtiennent ainsi, sans attendre, la preuve qu’ils sont de vrais dévots.

Mais puisqu’il s’agit d’une histoire de Marocains, forcément il y a vite des bisbilles. Les pieux « bios », si j’ose dire, c’est-à-dire ceux qui ont cultivé naturellement la tabâa, découvrirent l’astuce du tatouage et se mirent à pousser les hauts cris. Ce n’est pas très catholique, cette affaire-là (et pour cause) ! Ils sollicitèrent un imam qui pondit illico une fatwa qui leur donna raison : se faire tatouer une tabâa n’est pas licite. C’est même haram, c’est une ruse maléfique suggérée par Belzébuth.

Du coup, sentant le vent tourner, le tatoueur s’est adapté à la situation postfatwa : il propose maintenant d’effacer la tache qu’il a lui-même faite. Pour 50 euros. Comme me le disaient mes profs à l’École des ponts et chaussées, « faire ou défaire, c’est toujours travailler ».

Mais, vous le savez, effacer un tatouage, c’est quasiment impossible. Il en reste toujours une sorte de barbouillis. Les jeunes rappelés à l’ordre par l’imam se promènent maintenant avec cette deuxième tache qui prouve leur pieuse obéissance à la fatwa. C’est donc un signe positif. Pour deux fois 50 euros, et en l’espace de quelques mois, ils peuvent désormais exhiber un brevet indiscutable de conformité au dogme. Comme quoi la modernité est vraiment plus rapide que la tradition…

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :