Publié par Gaia - Dreuz le 24 février 2019

Benalla a travaillé pour Montebourg. Montebourg l’a viré. Le patron, qui ne valait pas mieux que l’employé, se demande pourquoi Macron l’a embauché. La réponse est dans la question.

Source : Rtl

Arnaud Montebourg a évoqué les « raisons accablantes » qui ont motivé le licenciement d’Alexandre Benalla lorsque ce dernier travaillait pour lui. L’ancien ministre ne comprend pas comment il a pu ensuite être embauché à l’Élysée.

Arnaud Montebourg ne mâche pas ses mots sur Alexandre Benalla et s’interroge. Invité du Journal inattendu sur RTL depuis le salon de l’agriculture, l’ancien ministre a réagi sur l’affaire qui empoisonne le gouvernement et l’Élysée depuis plusieurs mois. 

Arnaud Montebourg avait employé Alexandre Benalla comme chauffeur personnel avant de le licencier en juillet en 2012. Interrogé sur le fait que Benalla a nié avoir été renvoyé par Arnaud Montebourg après un délit de fuite en voiture, l’ancien ministre a répondu : « La commission d’enquête (du Sénat NDLR) a retrouvé le document administratif du licenciement d’Alexandre Benalla, il y avait des raisons publiées dans le rapport. Les raisons sont accablantes », a-t-il précisé en faisant allusion aux motifs de son renvoi.

« Ce que je sais, c’est qu’il était arrivé le 21 juin et qu’il est parti le 1er août. Cela fait cinq semaines. Je me suis trompé de quatre semaines, mais lui, ne peut pas nier le problème de comportement qu’il a eu », a encore ajouté l’ancien ministre.

Et l’ancien ministre de commenter l’embauche ensuite d’Alexandre Benalla en tant que chargé de mission à l’Élysée, malgré ses frasques : « Ça ne me regarde pas, mais je pense que vous avez un personnage extrêmement sulfureux et dangereux. Je ne comprends pas comment quand quelqu’un est viré pour des motifs tout à fait établis, on le réembauche à un poste supérieur. C’est bizarre ce monde« , a encore déclaré l’ancien ministre.

Dans un rapport explosif, la commission d’enquête du Sénat a pointé une série de « dysfonctionnements majeurs au sein des services de l’État » qui ont pu « affecter » la sécurité du président et « les intérêts » du pays, évoquant notamment des « pouvoirs excessifs laissés à un collaborateur inexpérimenté ». 

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

17
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz