Publié par Gilles William Goldnadel le 4 mars 2019

Gilles-William Golnadel dénonce les propos d’Aurélien Taché comparant «voile et serre-tête», qu’il voit comme une lâcheté clientéliste face à l’islamisme.

Dans un univers médiatique névrotique, il n’est pas interdit de se demander s’il n’est pas plus sécure de proférer quelques mensonges de bon aloi plutôt que des vérités urticantes.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Aurélien Taché, autrefois socialiste, représente le parti En Marche dans le Val-d’Oise.

L’étiquette de ce parti protéiforme l’autorise à pratiquer dans cette banlieue un clientélisme à l’égard des islamistes que ne renierait pas un communiste de bonne facture ou un Insoumis de la meilleure eau soumis à la tendance de Madame Obono.

Un esprit confiant serait porté à croire que les dirigeants de son parti fronceraient les sourcils à certaines de ses déclarations multiculturalistes. La dernière fois que je le croisais lors d’une émission télévisée populaire, il m’expliqua gentiment que le peuple français n’existait pas vraiment. Cette semaine, sur la 5, croisant le fer contre Zineb el Rhazaoui qui lui enjoignait de dénoncer le voile islamique que certains font porter à de toutes jeunes filles , il s’y refusait obstinément en comparant cette obligation d’essence religieuse aux serre-tête d’autres filles de France…

La conception du couvre-chef des sous-chefs de la République en Marche pourrait sembler assez décoiffante aux citoyens en mal de bonnet phrygien.

Monsieur Castaner nous parlait des fichus des grands-mères, Monsieur Taché traite des serre-tête des petites-filles. La conception du couvre-chef des sous-chefs de la République en Marche pourrait sembler assez décoiffante aux citoyens en mal de bonnet phrygien. 

Mais en réalité, leur parti est, en même temps, de droite et de gauche, patriotique et universaliste. Leur chef à géométrie morale et politique variable qui considère parfois qu’un mâle blanc n’est plus tout à fait compétent pour administrer les banlieues doit penser que Monsieur Taché est à sa place dans le Val-d’Oise pour vendre à ses administrés les laitues convenues, les scaroles confessionnelles et les pissenlits sans racines qu’il convient d’écouler dans ce département.

Cette semaine, Monsieur le député s’est exprimé dans l’hebdomadaire l’Obs, où il a ses habitudes, pour donner son point de vue sur l’antisémitisme. C’est dans ces conditions qu’il a considéré que Messieurs Ciotti et Onfray avaient rejeté sur l’ensemble de la communauté musulmane la responsabilité de l’antisémitisme dans les banlieues.

Il se trouve qu’il s’agit d’une contre-vérité, et je mets au défi celui qui l’a proférée de me mettre sous le nez une seule déclaration des précités qui pourraient me contredire.

Mais, en dehors du présent article, personne ne viendra confondre l’auteur du mensonge.

Nul décodeur au monde. Car ce pur mensonge est un mensonge idéologiquement pur, et ce pieux mensonge est un mensonge pieux qui fait partie du catéchisme habituel de l’église cathodique dont l’idéologie est assise sur la croyance faussement gentille et non sur le fait vrai mais brutal.

Au lieu de cela, le décodeur idéologique préférera traquer la méchante vérité.

C’est ainsi qu’un décodeur d’un journal vespéral a préféré faire un mauvais procès à Alexandre Arcady et Eric Zemmour pour avoir dit et redit qu’il n’y avait plus d’enfants juifs dans les écoles publiques de la Seine-Saint-Denis.

Notre journaliste sourcilleux n’a pas imaginé un seul instant qu’il ne fallait pas prendre les deux hommes au pied de la lettre ou plutôt de les pendre au pied du chiffre nul. Certains ont cru d’ailleurs pouvoir trouver quatre enfants de confession mosaïque dans une école publique. Et ce serait trop demandé au vétilleux fact-checker de relire ses deux collègues du Monde Messieurs Davet et Lhomme qui reconnaissaient récemment que les juifs avaient quitté en masse le département du 93.

Dès lors, il serait surprenant que leurs enfants s’y soient maintenus. Mais dans un ultime déni, le décodeur obstinément sceptique, objectait l’absence de statistiques ethniques…

Car il fallait absolument, au terme d’une semaine où l’antisémitisme était vu sous la lumière la plus crue, le tamiser un peu sous un éclairage plus doux. 

Retour à Monsieur Taché. En dénonçant fallacieusement une islamophobie fantasmatique et imaginaire sous l’angle obtus de l’amalgame stigmatisant, il était en fait le seul à faire porter sur l’entière communauté musulmane innocente la question d’une responsabilité collective que nulle personne publique responsable ne songeait à incriminer. Ravages de l’antiracisme dévoyé.

Dans cette inélégante foulée, voici enfin son tweet qui ornait l’interview qu’il vantait:

«En Marche ne doit pas reproduire les erreurs du passé. Il nous faut des listes vraiment inclusives aux prochaines municipales. Aujourd’hui il n’y a pas un noir ou un arabe parmi les maires des 50 plus grosses villes. Nous devons changer cela».

Le XXe siècle était le siècle du racisme de l’occident, le XXIe devient celui de l’antiracisme oxydant.

Racialisme obsessionnel quand tu nous tiens. Les mêmes qui proscrivent les statistiques ethniques, qui défendent toute utilisation de la notion de race, qui voueraient aux gémonies toute description trop crue de la couleur de la peau de certaines bandes ethniques, se font les experts-comptables des listes électorales raciales et les clercs de notaires les plus obsédés de la chromatique des élus.

Le XXe siècle était le siècle du racisme de l’occident, le XXIe devient celui de l’antiracisme oxydant.

Les experts-comptables et les notaires idéologiques sont les mêmes ronds-de-cuir idéologiques de l’obsession de la différence sous tous les temps et sous tous les cieux.

C’est ainsi que l’idéal de l’Amérique est en train de mourir sous le coup de la folie maniaque qui traque l’hétérosexuel mâle blanc américain avec le même zèle que Gobineau traquait les races impures.

Science raciste hier, religion racialiste aujourd’hui, que de crimes mensongers on commet en ton nom.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gilles-William Goldnadel. Publié avec l’aimable autorisation du Figaro Vox.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

22
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz