Publié par Jean-Patrick Grumberg le 4 mars 2019

Le président Trump a annoncé samedi qu’il a l’intention de signer un décret exécutif obligeant les universités à prendre des mesures pour garantir la liberté d’expression (les conservateurs font l’objet d’une violente censure).

Nicholas Sandmann, accusé par les médias, sans preuve, d’avoir agressé un natif indien, simplement parce qu’il est blanc, catholique et pro-Trump

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Il y a juste quelques semaines, tous les médias se sont mobilisés pour diffuser en boucle une vidéo coupée, faisant croire à l’agression par Nicholas Sandmann, un étudiant catholique pro-Trump, contre un natif indien, lors d’une manifestation contre l’avortement. Tout était mensonger, et l’étudiant a lancé des poursuites contre les médias, réclamant jusqu’à 250 millions de dollars au Washington Post, qui a été le plus virulent.

Quelques jours plus tard, une autre vidéo faisait surface, montrant un étudiant Démocrate donnant un coup de poing en plein visage à Hayden Williams, un étudiant conservateur qui tenait un stand sur le campus de Berlekey pour recruter d’autres étudiants pour l’organisation Turning Point USA.

Dois-je préciser que presque aucun média n’a consacré une seule ligne à l’agression ? Je ne pense pas, vous avez maintenant compris à quel point les médias sont vicieux.

Mais l’incident n’est pas passé inaperçu de tous. En tous cas pas du président.

A peine rentré de sa rencontre avec le dictateur nord-coréen au Vietnam, Trump a fait une annonce importante pour la protection de ce droit fondamental, la liberté d’expression constamment menacée par la gauche :

« Nous rejetons les codes de discours oppressifs, la censure, le politiquement correct et toute autre tentative de la gauche dure pour empêcher les gens de contester des idées ridicules et dangereuses. Ces comportements sont dangereux », a dit M. Trump. « Au lieu de cela, nous croyons en la liberté d’expression, y compris sur internet et sur les campus des universités.

Aujourd’hui, je suis fier d’annoncer que je signerai très bientôt un décret exigeant que les collèges et les universités protègent la liberté d’expression s’ils veulent des subventions fédérales. »

L’annonce a été faite après qu’il eut fait monter Hayden Williams sur scène lors de la Conférence d’action politique des conservateurs ou CPAC.

Pissotières pour travestis contre liberté d’expression : chacun sa classe

Trump a donc menacé que le refus de se conformer au décret imposerait une lourde pénalité budgétaire.

« S’ils veulent nos dollars – et nous leur en donnons par milliards – ils doivent permettre à des gens comme Hayden et à de nombreux autres jeunes et plus âgés de parler et ils doivent respecter la liberté d’expression. Si ce n’est pas le cas, cela leur coûtera très cher », a-t-il averti.

Il est intéressant de noter que par ordre exécutif, le président Obama avait également menacé les écoles de leur couper les fonds.

Le motif ? Des pissotières spéciales pour travestis.

Le 13 mai 2016, Le président Obama a ordonné à toutes les écoles de faire en sorte que toutes les toilettes soient transgenres, faute de quoi elles ne recevraient plus de financement fédéral.

La liberté d’expression s’est imposée comme l’une des principales motivations des conservateurs au cours des dernières années, en particulier après que plusieurs orateurs conservateurs de premier plan, comme Milo Yiannopoulos, eurent été contraints d’annuler des événements sur les campus dans tout le pays.

En 2017, Trump avait demandé que la liberté d’expression soit protégée, mais les universités américaines sont tombées entre les mains de l’extrême gauche, et il est bien connu que la gauche ne tolère aucun débat, et aucune opinion divergente.

« Si l’U.C. Berkeley n’autorise pas la liberté d’expression et pratique la violence sur des innocents qui ont un point de vue différent – [ils ne recevront] PAS DE FONDS FÉDÉRAL ? », avait tweeté Trump après qu’une conférence avec Yiannopoulos a été annulé suite à des violences déclenchées par la gauche.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

16
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz