Publié par Christian Larnet le 8 mars 2019

La police a arrêté 35 citoyens grecs et un Albanais sur l’île grecque de Lesbos pour avoir édifié une croix métallique géante destinée à dissuader les migrants et les réfugiés d’atteindre l’île, rapporte Euronews (1)

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Ils ont été arrêtés pour occupation arbitraire de la propriété publique et construction illégale. Le site sur les falaises d’Apellia à Mytilène – la capitale de Lesbos – se trouve sur le terrain de la célèbre forteresse de l’île et est protégé par la loi archéologique.

Une croix en ciment avait été érigée de la même manière en août 2018, suscitant la colère du groupe local « Coexistence et communication en mer Égée », qui dénonçait le monument comme « offensant pour le symbole du christianisme, symbole d’amour et de sacrifice, et non de racisme et d’intolérance ». Elle qualifiait ceux qui l’avaient érigée de « croisés en herbe » et appelait les autorités à la démanteler.

Il a été détruit par des vandales dans la nuit un mois plus tard, mais personne n’a été arrêté.

Ce monument était le dernier d’une série d’événements considérés comme anti-migrants. Des croix blanches ont été peintes près des plages fréquentées par les migrants et les réfugiés et certains résidents locaux ont également expulsé certains migrants et réfugiés des plages.

Certains locaux ont ensuite exigé la restauration de la croix, dont le parti de droite « Citoyens libres », qui a affirmé dans une déclaration du mois dernier que « la masse syriaque, qui ravage le pouvoir de notre pays, a atteint son objectif suprême : la destruction totale et l’extinction de tous les éléments grecs et chrétiens de notre culture orthodoxe grecque ».

L’île grecque, située dans la mer Egée près des côtes de la Turquie, est devenue l’une des principales portes d’entrée de l’Europe lorsque la crise des migrants et des réfugiés a atteint de nouveaux sommets en 2015. Des années plus tard, des milliers de personnes vivent encore dans des camps surpeuplés.

Dans un court clip vidéo, l’un des locaux arrêtés dit : « Il semble que nous ayons dérangé beaucoup de gens. Les accusations pour lesquelles nous avons été arrêtés sont ridicules. Et s’ils l’abattent (la croix), nous la relèverons à nouveau. Ils doivent comprendre que c’est notre terre, notre religion et notre symbole. »


Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

  1. Euronews

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

12
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz