Quantcast
FLASH
[23/03/2019] Violences contre les #Giletsjaunes: Une femme gravement blessée à Nice après une charge. Tombée au sol, sa tête a percuté un plot. France 3 PACA publie une vidéo de la scène  |  Somalie : des immeubles gouvernementaux de Mogadishu frappés par une série d’attaques d’al Shabaab à la voiture piégée  |  [21/03/2019] En réponse aux explosifs déclenchés par le Hamas à la frontière, Tsahal a détruit des postes de contrôle du Hamas  |  Golan : réponse de Netanyahou à Trump : « vous venez d’écrire l’Histoire »  |  Trump à l’instant : « Après 52 ans, il est temps que les États-Unis reconnaissent pleinement la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan, qui revêt une importance stratégique et sécuritaire cruciale pour l’État d’Israël et la stabilité régionale ! »  |  [20/03/2019] #CNN n’a pas annoncé à ses téléspectateurs que l’étudiant catholique injustement accusé par la chaîne les poursuit en justice à hauteur de 275 millions  |  Attentat terroriste à Milan : 1 migrant a détourné un bus scolaire avec 51 enfants et a mis le feu au bus. La police a rapidement secouru tous les enfants  |  AFP : Mahan Air Iran annule les vols pour Paris à partir du 1er avril. Le Trésor américain a sanctionné la compagnie aérienne en 2011  |  Nice : 2 frères, suspectés d’avoir poignardé 1 homme puis d’avoir tenté de l’écraser alors qu’il était secouru par des sapeurs-pompiers, sont en garde à vue  |  #Acte19 vers la grosse castagne ? Militaires de Sentinelle mobilisés. Macron : « Nous ne pouvons pas laisser une infime minorité violente abîmer notre pays et détériorer l’image de la France à l’étranger. Les prochains jours seront donc décisifs»  |  La police néo-zélandaise a arrêté le tireur de Christchurch alors qu’il était en route pour une 3e attaque  |  « Vous savez que la fête juive de Pourim a commencé quand vous voyez des girafes dans les synagogues »  |  #Israël : 3 colons arabes #palestiniens coupables de crimes terroristes ont été éliminés durant la nuit dans la province juive de Judée, illégalement occupée par les Palestiniens  |  [19/03/2019] Le parlement de Nouvelle-Zélande a ouvert sa session d’hier avec un texte de la sourate al-Baqarah, en arabe et en anglais – pourquoi il n’y a jamais ça pour les chrétiens massacrés par les islamistes ?  |  Bisounours : à Bordeaux, un homme avec un brassard « jihad » a attaqué un policier dans un commissariat  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ftouh Souhail le 14 mars 2019

Une énième accusation aberrante pour diaboliser lEtat juif dans la rue arabe et au-delà. Des journaux arabophones rapportent que les services de renseignement d’Israël (Mossad) pourraient être derrière l’accident qui a coûté la vie à 157 personnes, le 10 février 2019, pour assassiner des scientifiques égyptiens.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

On n’ a jamais vu une accusation aussi grave et grotesque contre les services secrets israéliens. Selon la nouvelle rumeur qui circule actuellement dans les médias et les réseaux sociaux arabes, des agents israéliens seraient responsables de la mort de tous les passagers du Boeing 737 Max d’Ethiopian Airlines.

Des sources arabes rapportent que le procureur égyptien, Nabil Sadiq, a reçu une lettre, sous forme de communiqué, de la part dun avocat bien connu au Caire qui accuse des espions juifs de l’agence de renseignement israélienne davoir abattu l’avion éthiopien afin de tuer des scientifiques égyptiens à bord.

La même source ajoute que dans une lettre au procureur général égyptien, l’avocat Amr Abdel Salam a invité la justice égyptienne à envoyé une équipe de procureurs en coordination avec le ministère des Affaires étrangères pour suivre les enquêtes menées par les autorités éthiopiennes afin de déterminer les causes de l’accident et si l’incident est en raison d’une défaillance technique ou est-il provoqué?

L’avocat égyptien Amr Abdel Salam a incité le procureur général du Caire
à prendre les mesures nécessaires au niveau international si le Mossad est impliqué et exprimé que, selon lui, son pays doit se venger des martyrs de la science.

J’ai tenté de comprendre par quel mécanisme d’esprits irrationnels ce genre de juristes arabes abrutis pensent ? Les Arabes souffrent-ils de troubles de la personnalité à tendance paranoïaque ?

Cela pose un gros doute sur la façon dont les Arabes pensent. Surtout lorsqu’il s’agit des gens qui sont supposés être parmi l’élite de la société arabe.

Cette nouvelle accusation comique s’inspire librement de l’antisémitisme des Arabes. Nul ne peut nier que le monde arabe est, dans sa majorité, antisémite et cette haine des juifs a redoublé d’intensité et de profondeur depuis 1948. Cet antisémitisme arabe fonctionne comme une paranoïa dépourvue d’argumentation.

Déjà en 2010, le Mossad a été accusé d’avoir « lâché les requins » sur les touristes à Charm el-Cheikh en Egypte ! Les Israéliens ont le droit d’exprimer leur exaspération face aux mensonges arabes répétés.

Russia today en arabe, « RT Arabic » vient aussi de rependre cette nouvelle accusation diffamatoire contre les services secrets israéliens.

Plusieurs scientifiques égyptiens à bord du vol d’Ethiopian Airlines

Des médias arabes ont rapporté que « 6 scientifiques égyptiens » étaient en mission officielle à Nairobi, la capitale du Kenya;

Les « 6 scientifiques » sont le Dr. Ashraf Al Turki, Chef du Département de la recherche sur les insectes, de l’Institut de recherche sur la protection des plantes du Centre de recherche agricole au Caire, l’ingénieure Dua ‘Atef Abdul Salam, assistante de recherche au Centre de recherches sur le désert et l’ingénieur égyptien Abdul Hamid Faraj Majli Nofal, de la Division de la production animale

L’accident a également entraîné la mort de deux traductrices, Susan Abu Farah et Esmat Aransa et enfin l’un des programmeurs les plus en vue en Egypte du service informatique de la Banque Misr, qui a travaillé pour Visa International, Nassar Al-Azab.

Le juriste égyptien a précisé dans un communiqué de presse que : « les trois premières victimes étaient en visites officielles et ont été envoyées par l’État pour améliorer la production génétique des plantes et des animaux, à la lumière des efforts déployés par l’Égypte pour pénétrer au plus profond de l’Afrique, parallèlement à sa présidence de l’Union africaine. »

L’avocat égyptien Amr Abdel Salam mentionne que la victime Ashraf Al Turki, est l’un des scientifiques égyptiens les plus importants dans son domaine en Égypte, en Afrique et au Moyen-Orient, qui mène des dizaines de recherches importantes, toutes liées à la quarantaine agricole et au développement des cultures, ainsi que ses relations avec des scientifiques étrangers dans son domaine. Les deuxième et troisième victimes travaillent au Centre de recherches sur le désert et à la Division des animaux.

Il a souligné aussi que « la quatrième victime et la cinquième, à savoir Susan Abou Farah et Esmat Aransa, sont l’un des plus importants traducteurs travaillant dans l’Union africaine, et elles ont travaillés dans de nombreuses instances internationales et elles étaient sur le point de se rendre à Nairobi pour s’acquitter de la tâche officielle à l’Union africaine« .

A propos de la sixième victime, Nassar Al-Azab, est l’un des programmeurs les plus en vue du service informatique de la Banque Misr, qui travaillait pour Visa International, se rendait à Nairobi, la capitale kenyane, pour assister à une conférence spéciale de l’organisation.

Les Américains sont en courant selon l’avocat égyptien Amr Abdel Salam

Ce juriste arabe sinoque rapporte aussi dans son communiqué que :

Le crash de l’avion quelques minutes après le décollage, avec six des meilleurs scientifiques égyptiens à bord, alors qu’ils étaient tous en mission officielle dans la capitale Nairobi, suscite la suspicion.

Ce qui suscite les doutes en particulier, selon cet avocat parano, est que « L’ambassade des États-Unis à Addis-Abeba, capitale de l’Ethiopie, a publié une déclaration le 8 mars 2019 enjoignant vivement à ses citoyens de ne pas se rendre à l’aéroport international d’Addis-Abeba Bole et de ne pas prendre aucun avion le 10 mars à cause des manifestations prévues« 

A la fin de son communiqué, l’avocat égyptien Amr Abdel Salam persiste et signe que le Mossad a largué l’avion d’Ethiopian Airlines, et il
a conclu que les Israéliens ont assassiné aussi des scientifiques égyptiens dans le passé :

Les services de renseignements étrangers, à leur tête le Mossad israélien, ont assassiné un certain nombre de scientifiques égyptiens au cours des dernières décennies comme Samira Moussa, scientifique égyptienne des sciences atomiques , assassinée en 1952 en Californie ainsi que Jamal Hamdan, assassiné par le Mossad israélien en 1993 et le scientifique atomique égyptien Samir Naguib, Et le scientifique Dr. Mustafa Musharraf, qui a été assassiné en 1950 et Yahya al Mashhad, assassiné en 1980. « 

L’avocat égyptien Amr Abdel Salam

Des recherches sur cet avocat, dans la presse égyptienne, montrent que Amr Abdel Salam est un islamiste à la solde de la confrérie des Frères musulmans interdite dans son pays.

Selon un article de presse de 2016, intitulé « Amr Abdel Salam un avocat qui a vendu son âme au diable pour la gloire« , il est décrit comme un défenseur systématique devant les tribunaux et les médias des terroristes salafistes qui ont tués des soldats égyptiens.

Il est aussi le Vice-président de l’Organisation internationale des droits de l’homme Al Haq, une ONG islamique qui défend les terroristes palestiniens.

Les raisons du crash du Boeing d’Ethiopian Airlines n’ont rien à voir avec Israël

Les circonstances du crash du Boeing 737 Max d’Ethiopian Airlines, qui a coûté la vie à 157 personnes le 10 mars 2019, rappellent le crash du vol Lion Air d’octobre 2018 en Indonésie. À l’époque, la défaillance d’un capteur de l’avion avait été pointée du doigt.

Les similitudes apparentes entre les deux accidents amènent à croire que cette catastrophe aérienne puisse avoir pour origine un défaut inhérent à ce modèle.

Les professionnels du secteur de l’aéronautique ont même identifié un suspect : une sonde située à l’avant qui pourrait présenter un défaut technique. Ce dispositif, baptisé AOA (Angle of Attack ou capteur d’incidence), mesure l’inclinaison de l’avion en vol.

Un rapport préliminaire des autorités indonésiennes, publié en novembre 2018, avait indiqué que ce capteur avait pu fournir des données erronées. Un mécanisme automatique se serait alors déclenché pour rectifier la trajectoire. Mais, en se basant sur de fausses données, ce dispositif aurait fait piquer l’avion du nez au lieu de stabiliser sa trajectoire, et le pilote n’a pas réussi à le redresser.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Ftouh Souhail pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :