Quantcast
FLASH
[25/03/2019] 45 minutes après le cessez-le-feu obtenu auprès du Hamas par l’Egypte, 5 alertes signalées en 1 minute au sud israélien (région de Sderot)  |  Alerte #Israël: Les résidents vivant dans le sud sont priés de rester près des abris anti-aériens. Des abris publics anti-missiles ont été ouverts. Chemins de fer fermés entre Ashkelon et Beer Sheva  |  Mme Viorica Dancila, Premier ministre de Roumanie, a annoncé qu’elle a engagé les procédures d’ouverture de l’ambassade de Roumanie à #Jérusalem  |  [24/03/2019] Les Démocrates, qui cherchent éperdument un motif pour l’impeachment de Trump ont enfin trouvé : « son crime, c’est qu’il est Trump »  |  L’Hatikva a été jouée au Qatar quand Israël a remporté une médaille d’or en gymnastique  |  Les autorités libanaises ont arrêté à Beyrouth un double ressortissant libano-canadien soupçonné d’espionnage pour le compte des services de renseignements israéliens  |  Des inondations massives inondent le nord de l’Iran, forçant l’armée à réagir  |  Aberrant! Une pétition appelant le Premier ministre néo-zélandais à recevoir le prix Nobel de la paix remporte plus de 20.000 signatures  |  Le scrutin en sortie des urnes en Thaïlande indique que l’opposition remporte le plus grand nombre de sièges, Mais pas assez pour former le gouvernement  |  Des suspects munis de passeports israéliens arrêtés pour avoir utilisé de fausses cartes d’identité au Maroc  |  #Israël a arrêté en Judée-Samarie illégalement occupée par les #Palestiniens, 12 colons terroristes arabes, et saisi des fonds destinés à des opérations terroristes  |  [23/03/2019] Violences contre les #Giletsjaunes: Une femme gravement blessée à Nice après une charge. Tombée au sol, sa tête a percuté un plot. France 3 PACA publie une vidéo de la scène  |  Somalie : des immeubles gouvernementaux de Mogadishu frappés par une série d’attaques d’al Shabaab à la voiture piégée  |  [21/03/2019] En réponse aux explosifs déclenchés par le Hamas à la frontière, Tsahal a détruit des postes de contrôle du Hamas  |  Golan : réponse de Netanyahou à Trump : « vous venez d’écrire l’Histoire »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 16 mars 2019

Terrible signe des temps. De l’affaire du voile d’Etam à la tuerie de Nouvelle-Zélande, le même désespoir de voir l’islam avancer.

Source : Lefigaro

Le témoignage d’une adolescente voilée affirmant avoir été victime de discrimination à l’embauche dans une boutique Etam a entraîné une vive polémique. La marque a suspendu une employée. Jeannette Bougrab y voit un signe de plus de notre faiblesse face à l’islamisme qui cherche à imposer sa loi.

Une étudiante portant un hijab assure, dans une vidéo, avoir été mal reçue par la responsable d’un magasin Etam à qui elle demandait du travail. Face aux appels au boycott, l’enseigne a mis à pied sa salariée. A-t-elle eu raison de le faire?

Jeannette BOUGRAB.- Qu’une responsable d’une boutique de lingerie ait été méprisante et odieuse, je veux bien le croire. Mais il ne faut pas se tromper de combat. Aujourd’hui le voile islamique est devenu un étendard politique. Sa signification a été reconstruite, détournée, instrumentalisée par les islamistes obsédés par le corps de la femme. La femme ne s’appartient pas.

Le voile est le signe de cette volonté hégémonique des intégristes musulmans d’imposer leur monde. En décontextualisant totalement ce cas d’espèce, on nous présente une version arrangeante de cette triste affaire et ainsi d’occulter le sens réel et profond de cette énième provocation contre la laïcité. Les islamistes dans les démocraties et les États de droit testent nos limites pour demain pouvoir les franchir plus facilement.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

La mise à pied de cette salariée à la suite d’une campagne calomnieuse et violente montre notre faiblesse face à une minorité bruyante qui aura toujours raison face à une majorité silencieuse.

Que répondez-vous à ceux qui accusent la responsable de discrimination?

Une femme adhérant à un dogmatisme religieux qui relègue la femme à un statut d’infériorité et refusant la mixité, entre dans une boutique qui vend des strings.

En décontextualisant totalement ce cas d’espèce, on nous présente une version arrangeante de cette triste affaire et ainsi d’occulter le sens réel et profond de cette énième provocation contre la laïcité.

On peut comprendre que la responsable ait été surprise. Petite précision si notre femme voilée venait à être recrutée, elle aurait tout de même à recevoir et conseiller des femmes et des hommes voulant acheter de la lingerie fine. Accepterait-elle de le faire? J’en doute. Cela n’excuse en rien d’une part des propos blessants à l’endroit de cette candidate voilée et d’autre part les menaces dont est désormais l’objet la vendeuse. S’il y a discrimination, il appartient à la justice de le dire et non à une meute anonyme et menaçante.

«Oui au sexy!», tweetait l’enseigne lundi. N’ya-t-il pas une part d’hypocrisie de la part d’Etam?

C’est le moins qu’on puisse dire. Je cite le verset 31 de la Sourate 24 du Coran qui fonde l’obligation du port du voile: «Et dis aux croyantes qu’elles baissent leurs regards, et qu’elles gardent leur chasteté, et qu’elles ne montrent de leurs parures que ce qui en paraît, et qu’elles ne montrent leurs parures qu’à leur mari, ou à leur père, ou au père de leur mari, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou à leurs compagnes, ou aux esclaves que leurs mains possèdent, ou aux domestiques mâles qui n’ont pas le désir, ou aux garçons qui n’ont pas encore puissance sur les parties cachées des femmes.»

Dire qu’Etam organise des défilés extravagants tentant désespérément d’égaler sa concurrente américaine Victoria Secrets où des mannequins en culotte juchés sur des talons aiguilles déambulent sur un podium ou encore les affiches de femmes lascives en soutien-gorge qui meublent le mobilier urbain de nos rues, j’avoue le grand écart auquel devra se livrer Etam me paraît périlleux.

La jeune femme, qui se présente comme «Oumaima» sur Twitter, et a choisi comme illustration de profil, le dessin d’une femme voilée faisant un bras d’honneur. Ces vidéos sont immédiatement reprises par le CCIF. Cette affaire pourrait-elle être instrumentalisée de toutes pièces par des militants islamistes?

Ce n’est pas déjà le cas? Avez-vous regardé et écouté la vidéo jusqu’au bout? Cette jeune femme commence son témoignage par une salutation en arabe et dénigre la France en expliquant que notre pays ne respecte pas la liberté cultuelle. Je me porte en faux contre de telles affirmations. Pire Oumaima (petite mère en arabe) comme elle se fait appeler, répète regretter de ne pas avoir giflé la vendeuse de chez Etam. Où va-t-on?

Cette jeune femme commence son témoignage par une salutation en arabe et dénigre la France en expliquant que notre pays ne respecte pas la liberté cultuelle.

«Si parce que vous portez un foulard vous n’êtes pas embauchée, c’est une discrimination à l’embauche», a martelé le chef de l’État récemment dans une réunion réservée aux femmes». A-t-il raison de tenir ce genre de discours?

Je rappelle que dans les services publics, les agents sont astreints à une obligation de neutralité. Cette jeune femme ne pourrait pas être employée dans une administration. Quant au secteur privé, depuis la décision de la Cour de cassation rendue en assemblée plénière le 25 juin 2014, les choses sont claires. Si la Cour affirme que le principe de laïcité n’a pas vocation à s’appliquer dans une entreprise privée dès lors que celle-ci ne gère pas un service public, elle admet qu’un employeur puisse restreindre cette liberté en raison de la nature de la tâche à accomplir par l’employé. Si Etam pense que des femmes voilées, par opposition aux femmes «impures» qui elles ne le portent pas, peuvent vendre des strings dans une boutique où des femmes comme des hommes peuvent se présenter, qu’il assume!

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

La loi dit que les entreprises privées peuvent, dans leur règlement intérieur, interdire aux salariés qui sont en contact avec le public le port visible de tout signe politique, philosophique ou religieux sur le lieu de travail…

Depuis la décision Baby loup, la Cour de cassation a admis le licenciement d’une employée d’une crèche pour faute grave parce qu’elle avait contrevenu au règlement intérieur prescrivant la neutralité du personnel dans un but de préservation de la conscience des jeunes enfants. Rien n’interdit aujourd’hui si cela est justifié de demander à une entreprise d’exiger la neutralité de la part de ses employés. Je pense que ce principe est équilibré et permet d’instaurer une relation de confiance entre des clients et une société. Le vivre ensemble à la française se fonde dans l’universel.

La France a abdiqué au nom d’un multiculturalisme les principes qui faisaient le socle de notre nation. C’est la raison pour laquelle les attaques contre la laïcité sont plus nombreuses et présentes.

Au-delà de cette affaire, la question du voile est au cœur du débat français depuis plusieurs années et encore plus depuis plusieurs semaines avec une multiplication des polémiques comme celle du hijab de Décathlon. Comment le voile est-il devenu un tel enjeu de société en France?

Comme écrivait Paul Morand, l’histoire comme une idiote mécaniquement se répète. La France a abdiqué au nom d’un multiculturalisme les principes qui faisaient le socle de notre nation. C’est la raison pour laquelle les attaques contre la laïcité sont plus nombreuses et présentes. Il m’arrive, je l’avoue, de comprendre les récents propos de l’ancienne Ministre chargée des droits des femmes, Yvette Roudy, quand elle déclare: «Moi, j’interdirais le voile islamique, c’est un entrisme de l’islam dans nos foyers.»

Dans votre dernier livre, Lettre aux femmes voilées et à ceux qui les soutiennent, vous montrez aussi que c’est un enjeu encore plus tragique dans bien des pays…

En Iran, des femmes sont battues et arrêtées pour oser braver la loi des Mollahs. On ne doit jamais oublier que l’une des premières décisions de Khomeiny quand il accède au pouvoir est d’imposer le voile pour toutes. Les Occidentaux ont refusé de voir qu’à travers ce geste, on installait un totalitarisme niant la moitié de l’humanité. Les Occidentaux n’ont pas soutenu ces milliers d’Iraniens qui manifestèrent pourtant dans les rues de Téhéran pour dénoncer ce recul pour les droits des femmes.

En Iran, des femmes sont battues et arrêtées pour oser braver la loi des Mollahs. En France, on préfère organiser des manifestations place de la République pour défendre le port du voile.

Aujourd’hui on apprend par sa famille que Nasrin Sotoudeh, prix Sakharof, avocate iranienne vient d’être condamnée à 38 années de prison et 149 coups de fouet pour avoir notamment défendu des femmes qui ont retiré leur voile en pleine rue. Je pense qu’il y a une forme d’indécence de la part de ceux qui se murent dans un silence coupable refusant de défendre les femmes qui sont torturées dans des geôles en Iran ou en Arabie Saoudite pour avoir refusé de porter ce maudit voile. En France, on préfère organiser des manifestations place de la République pour défendre le port du voile. Le monde tourne à l’envers.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :