Quantcast
FLASH
[12/11/2019] Israël: Le ministre de la Défense Naftali Bennet a annoncé l’état d’urgence dans toutes les villes israéliennes à moins de 80 km de la frontière #Gaza. Ceci sera en vigueur pour les prochaines 48 heures  |  Journée de combats : Une roquette de Gaza frappe Kerem Shalom – Nouvelle vague d’attaques aériennes israéliennes de représailles sur #Gaza  |  Le Jihad islamique palestinien confirme la mort d’un autre de ses terroristes, Zaki Adnan Mohammed Ghannam. Il a été tué par une attaque aérienne des FDI aujourd’hui. #Gaza #Israël  |  L’armée israélienne affirme avoir attaqué des sites souterrains palestiniens du Djihad islamique pour le stockage et la production d’armes et un camp d’entraînement  |  #Gaza : l’enterrement d’Abu Ata, le chef du Jihad islamique éliminé par Israël ce matin, a lieu à midi. Après, les Israéliens s’attendent à une pluie de missiles  |  Les avions de combat israéliens ont commencé à frapper des cibles terroristes du Jihad islamique à #Gaza  |  Les citoyens israéliens ont été ciblés par plus d’une centaine de roquettes terroristes depuis ce matin.  |  Une roquette terroriste de #Gaza a atteint une entreprise de Sderot (sud d’Israël) – pas de victime  |  Précision pour les journalistes mal informés : le Jihad islamique est un groupe terroriste, pas un “groupe militant”  |  #Gaza : Sources sécuritaires à I24news : élimination d’une cellule à bord d’une moto prête à tirer des missiles. Deux morts. Trois blessés. Il s’agirait de la première opération de #Tsahal depuis l’élimination cette nuit  |  Une roquette tirée depuis Gaza a mis le feu à un champ en Israël près de la frontière  |  Tragiques effets du terrorisme islamique ordinaire : les médecins se battent pour sauver la vie d’une fillette de 8 ans, qui s’est effondrée à Holon, suite à une sirène d’attaque à la roquette  |  Israël : les alertes rouges continuent un peu partout dans le sud et le centre du pays. Holon, près de Tel Aviv, a été visé par 2 roquettes  |  Israël : une maison de Sderot a été touchée par les missiles islamises – pas de blessés  |  Israël annonce que 200 missiles ont été tirés depuis ce matin. Imaginez comment vous vivriez ça si ça vous arrivait !  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 16 mars 2019
Le monstre nazi, Brenton Tarrant

« L’échec de Marine Le Pen à la présidentielle parmi les raisons qui auraient motivé le passage à l’acte du tueur en Nouvelle-Zélande » affirme Anne Renaut de l’AFP, laissant clairement entendre, dans un tweet dégoulinant de haine pour ce président qui ne pense pas comme elle, que la victoire de Macron a armé le bras du tueur. Que ne dit mot consent, l’AFP n’avait pas, au moment d’imprimer ces lignes, demandé à sa journaliste de supprimer son tweet.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Nicolas Chapuis, journaliste au Monde, est certainement aux anges aussi. Il disait être « dégoûté que le tueur de Toulouse ne soit pas un nazi ». Son souhait est exaucé. 7 ans plus tard, il tient sa revanche : le tueur de la mosquée est un nazi. J’imagine, avec une gêne profonde en pensant à ce monstre, la jouissance de Chapuis. Parce que je ne suis pas moralement à la hauteur.

Nicolas Chapuis, après l’attentat commis par Mohamed Merah contre des enfants juifs et leur père dans une école juive de Toulouse en 2012 : « Off de rédaction : « putain je suis dégoûté que ça soit pas un nazi ».
Tristan Dessert (TV Suisse) : « Ca aurait été effectivement plus simple »…

Je ne parviens pas à être comme eux. Je tente, en vain, d’atteindre la droiture morale du camp du bien, du camp Chapuis, qui ce soir jubile enfin : le tueur est un nazi.

Il me fait souffrir, cet attentat. 49 innocents massacrés par un monstre, un psychopathe. Si j’étais maire d’une ville de France, je n’en ferais certainement pas un citoyen d’honneur comme ces mairies françaises avec Marwan Barghouti, le même genre de monstre.

J’essaie de ne pas penser aux corps gisants au sol, 49 corps, des enfants parmi eux. 49 familles déchirées, détruites. 49 souffrances qui ne compensent pas celles du Bataclan ou de Nice. Oui. Un attentat ne compense un autre attentat que dans le monde des terroristes.

Pauvre de moi. Misérable que je suis, qui pense que des morts civils innocents sont toujours des morts de trop, quel que soit le camp. Pourquoi ne trouvais-je pas cette force tranquille des Chapuis, qui ont leurs bons morts et leurs mauvais morts, leurs bons terroristes, et leurs mauvais terroristes.

Quand le terroriste est palestinien, qu’il tire à la Kalashnikov dans une synagogue de Jérusalem, Chapuis et les siens au Monde m’expliquent l’acte de résistance de l’homme désespéré. Jouissance du sentiment de bien …

Je tente de suivre la logique des journalistes, mais n’y parviens pas :

  • Ceux qui tirent sur les juifs en Israël, tirent des missiles depuis Gaza sur les écoles, et poignardent des Israéliens dans les rues sont des militants, poussés à bout par le désespoir.
  • Brenton Tarrant, qui a tiré sur les musulmans pendant les prières du vendredi serait donc aussi un courageux militant, un brave désespéré tout excusé ?

Je ressens une profonde peine en songeant à tous ces morts disais-je. Il est vrai que je n’ai pas la haine des musulmans mais de l’islam.

J’ai une peur bleue de l’islam, oui. J’ai la frousse d’un système politique qui m’imposerait la loi de la charria. Les homosexuels, les laïcs, les femmes célibataires et les femmes libres, les juifs et les chrétiens, et tous les amoureux de la liberté ont forcément la frousse aussi. C’est cela un islamophobe : il a la phobie, la frousse qu’un jour l’islam au rang de dhimmi nous repousse.

Dans le sang des victimes, Brenton Tarrant a montré le fossé qui sépare l’islamophobie du racisme.

Sur Twitter, la journaliste de l’AFP, Anne Renaut, accuse donc le président Macron, par association, de porter la responsabilité de cette tuerie. Aveugle, elle n’a même pas supprimé son tweet. Aucun journaliste ne l’a contredite. La profession a acquiescé.

La victoire d’Emmanuel Macron sur Marine Le Pen serait une des raisons qui ont motivé le passage à l’acte du tueur ? Je n’aime pas leurs amalgames destinés à mettre à mal leurs opposants.

Ce matin, les médias tiennent Tarrant – sans rien savoir de lui – pour un homme sain d’esprit, comme ils voient tous les terroristes islamistes – sans rien savoir d’eux – comme des dérangés mentaux. Etrange TOC de la myopie médiatique : et si c’était tout l’inverse ? Et si le malade mental était le nazi, et les gens cohérents les terroristes islamistes ? Qui le sait. Certainement pas les médias.

Je ne peux comprendre que des journalistes aient à ce point la haine de Macron qu’ils lui fassent en quelque sorte porter par sa victoire, une part de responsabilité dans ce drame. Je n’ai aucune sympathie pour ce président, mais on me torturera pour que je torde les faits d’une façon si vilaine.

En revanche, il m’est difficile de ne pas accuser Anne Renaut, les journalistes-militants no border, les politiciens globalistes dans leur globalité. Eux portent une vraie part de responsabilité.

Eux jettent l’huile sur le feu de la raison à en devenir fou, à en devenir Brenton Tarrant, à force de diaboliser ceux qui voient ce que voient leurs yeux, ce Grand remplacement, tandis que les élites leur intiment de croire que ce qu’ils voient n’existe pas.

Eux ont motivé le passage à l’acte du tueur, l’attentat d’un désespéré, la rage criminelle d’un impuissant.

Jeannette Bougrab explique bien cela dans le Figaro (1) à propos de cette autre affaire, le voile chez Etam. C’est « notre faiblesse face à une minorité bruyante », dit Bougrab à propos de cette adolescente voilée, qui dit avoir été victime de discrimination à l’embauche dans une boutique Etam.

Voilà comment ce qui se cache derrière le voile de ces dames conduit à ces drames. Comment la violence politique niée d’un voile renvoie à celle armée contre une mosquée.

De la faiblesse face à une minorité bruyante d’une majorité silencieuse à la liberté confisquée, à la folie de confisquer bruyamment la vie d’une minorité.

La dictature douce, qui interdit aux peuples le droit de disposer d’eux-mêmes garanti par la charte qu’ils ont rédigée pour les en priver, ne pouvait et ne pourra laisser rien d’autre que des morts des deux côtés.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

  1. Le Figaro
Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz