Quantcast
FLASH
[23/04/2019] #Wisconsin : une arabo-israelienne admet avoir planifié des attaques terroristes aux États-Unis  |  Lourdes : Un homme tire des coups de feu et se retranche dans une maison, le RAID sur place  |  [22/04/2019] Qui en doutait ? Les attentats au Sri Lanka revendiqués par un mouvement local de la religion de paix d’amour et de tolérance, le National Thowheeth Jama’ath (NTJ)  |  Effet Trump : Le secrétaire d’État Mike Pompeo annoncera qu’à compter du 2 mai, le département d’État n’accordera plus de dispense de sanctions à aucun pays qui importe actuellement du pétrole iranien  |  [21/04/2019] L’acteur juif Zelinskiy vient de remporter haut la main les élections présidentielles en Ukraine  |  Des écoles de Barcelone retirent 200 livres jugés sexistes de leurs bibliothèques : dont le petit chaperon rouge et la belle au bois dormant.. Les ayatollahs de la bien-pensance nous étouffent  |  Attentats Sri Lanka mise à jour : 200 morts, 525 blessés, 8 bombes  |  Le bilan provisoire des attentats du Sri Lanka se monte à 130 morts, et plus de 460 blessés  |  [18/04/2019] #Sarthe : Prise d’otages au supermarché Super U de Bessé-sur-Braye, les gendarmes sur place  |  Effet Trump: Les demandes hebdomadaires de prestations d’assurance-chômage chutent pour la cinquième semaine consécutive, tombant au niveau le plus bas depuis septembre 1969  |  Effet Trump: Les ventes au détail aux États-Unis augmentent au rythme le plus rapide depuis septembre 2017  |  Le président israélien Rivlin vient de charger Netanyahou de former son 5e gouvernement  |  [16/04/2019] Omar Barghouti : « j’ai fondé BDS pour boycotter Israël, pourquoi suis-je boycotté et interdit d’aller aux Etats-Unis ? »  |  Elections israéliennes : après tous les recomptes, Naftali Bennet et Ayelet Shaked sont retoqués  |  Notre Dame : Si les entreprises de rénovation sont coupables alors leurs assurances payerons. Le fait qu on accepte les dons laisse craindre que c’est un attentat  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gilles William Goldnadel le 18 mars 2019
GILLES WILLIAM GOLDNADEL

Selon l’avocat Gilles-William Goldnadel, le traitement médiatique de l’attentat atroce commis en Nouvelle-Zélande n’est pas le même que celui réservé à des actes terroristes dont les auteurs présumés sont des islamistes radicaux.

Il eût été étonnant que l’idéologie névrotique et morbide qui accable notre pays depuis trop longtemps ne se soit pas emparée du drame des mosquées de Christchurch.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Commençons par un constat incontestable. L’ensemble, sans la moindre exception, de la classe politique, médiatique et intellectuelle française ont manifesté dans ces circonstances tragiques leur réprobation totale devant un acte inexcusable commis par un criminel exécrable et leur compassion à l’égard des 49 victimes musulmanes innocentes, dont un petit enfant de trois ans.

Ceci fermement posé, certaines réactions constatées à l’occasion de ce carnage montre la perversion intellectuelle d’une idéologie qui, ordinairement, blâme toute «instrumentalisation» d’un événement dramatique, selon le terme qu’elle utilise sans trop d’économie.

Lorsqu’un attentat islamiste est commis, la réaction pavlovienne de cette idéologie que je ne peux nommer autrement qu’islamo-gauchiste, encore qu’elle soit différemment quantifiable à des degrés divers chez les individus observés, est immédiatement d’interdire tout amalgame avec l’ensemble de la communauté musulmane ou avec la religion coranique dont les assassins se réclament.

Dans le cadre de la tragédie néo-zélandaise certains tenants du «pas d’amalgame», ont pratiqué le pire de tous avec une jouissance infinie.

Ce réflexe de bon aloi semble le plus souvent inutile, tant les sondages montrent qu’il ne vient pas à l’esprit des Français de reprocher à l’ensemble des musulmans des actes commis par les tenants les plus extrêmes de l’islamisme radical le plus extrémiste.

Parallèlement, et par capillarité, une bonne partie de la classe médiatique est parfois tentée de suggérer une approche psychiatrique ou une explication-excuse sociale, quand elle ne classe pas le criminel dans la catégorie du loup solitaire et désespéré.

Or, dans le cadre de la tragédie néo-zélandaise on constate, au rebours, que certains tenants du «pas d’amalgame», ont pratiqué le pire de tous avec une jouissance infinie.

L’exemple le plus grotesquement écœurant nous aura été servi par l’ancienne ministre Najat Vallaut-Belkacem. Dans un gazouillis sur Twitter, celle-ci instrumentalise ainsi le massacre: «Oui toutes nos pensées vont aux victimes de l’abject attentat de Christchurch, et oui cela devrait tous nous rassembler. Mais découvrir ici des messages d’indignation hypocrite y compris de ceux qui ont contribué, année après année, à promouvoir ça… Comment dire? Nausée.»

Après quoi, un doigt rageur pointe les hebdomadaires désignés à la vindicte publique, coupables d’avoir armé le bras de l’assassin antimusulman pour avoir mis en cause l’islamisme radical ou l’immigration massive: Courrier International, le Figaro Magazine, l’Express, Valeurs Actuelles, Marianne, le Point, sans oublier le magazine L’Histoire, coupable d’avoir consacré sa couverture aux Arabes de la Mecque et aux banlieues de l’islam…

Très probablement, l’ancienne et inoubliable ministre de l’Éducation Nationale est-elle allée chercher sa liste des coupables sur la toile électronique, dans une islamismosphère innommée qui en est à dresser la liste nominative des complices de la tuerie.

Les massacres quand ils ne sont pas commis par des occidentaux et que l’on ne peut amalgamer à d’autres occidentaux n’intéressent aucunement l’Occident névrotique.

Sans doute encore Mme la ministre moraliste mais distraite, a-t-elle oublié qu’elle vit dans un pays où certains fanatiques massacrent des journalistes coupables d’avoir offensé l’islam et ont le coup de couteau facile. Ce pays qui, pourtant, Dieu merci, n’a pas dressé de listes de journaux ou d’intellectuels responsables des massacres qui l’ont ensanglanté et continuent de le faire.

Certes, Mme la ministre n’est pas seule, chez les «pas d’amalgam»e, à cultiver l’amalgame névrotique et dangereux.

Un journal du soir croit très intelligent d’insister lourdement sur le misérable pathos de l’assassin crétin qui fait sienne l’analyse du grand remplacement démographique en livrant en pâture le nom de son concepteur intellectuel Renaud Camus, en oubliant, petit détail sans doute sans importance, que celui-ci ne prône aucunement la violence, comme le rappelle opportunément Jean-Yves Camus (Le Figaro 16-17 mars). Étrangement, le vespéral n’incrimine pas Karl Marx et le président Mao alors que l’assassin indique apprécier beaucoup la Chine communiste. Curieusement encore, et en dépit de son approche, le Monde n’avait pas cru devoir reprocher à Emmanuel Todd d’être apprécié de Ben Laden, ce dont ce dernier n’avait pas eu tort de ne point se justifier.

Pauvre Mozart, apprécié d’Adolf Hitler, et en passe d’être classé dans le parti nazi.

Le même Monde, dans un autre article du 16 mars de son correspondant local, encore que l’exercice soit difficile, tente d’accrocher Donald Trump en rappelant le drame antisémite de Pittsburgh commis par un membre de l’ultra droite. Amalgame quand tu nous tiens.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gilles-William Goldnadel. Publié avec l’aimable autorisation du Figaro Vox.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :