Quantcast
FLASH
[10/12/2019] La Finlande inaugurera la plus jeune Premier ministre du monde, Sanna Marin, 34 ans  |  Les Américains soupçonnent l’#Iran d’être à l’origine des attaques à la roquette contre des bases irakiennes accueillant des forces américaines près de l’aéroport international de Bagdad  |  [08/12/2019] Les autorités saoudiennes enquêtent pour savoir si le terroriste de #Pensacola s’est radicalisé lors d’une visite dans le royaume l’année dernière, selon deux responsables saoudiens  |  #Pensacola. Le FBI détient 10 Saoudiens après l’attaque, et en recherche d’autres qui ont participé avec le terroriste à une fête pour regarder des vidéos de tueries de masse  |  Les avions à réaction de l’armée de l’air israélienne ont frappé un camp terroriste de #Hamas, des entrepôts d’armes, des bureaux et des postes de sécurité à #Gaza  |  [07/12/2019] A 20h54 heure locale, 3 roquettes ont été tirées depuis #Gaza sur #Israël, 2 interceptées. Ni @Reuters, @AFP n’en parlent  |  [06/12/2019] En raison d’une aggravation des menaces de l’#Iran, #Israël a testé avec succès des tirs de missile capable de porter une tête nucléaire  |  [04/12/2019] Fatigué des blabla, #Trump annule la dernière conférence de l’Otan et rentre à Washington  |  [30/11/2019] Le terroriste du #LondonBridge était un proche de l’infâme prédicateur islamiste Anjem Choudary  |  La Bolivie rétablit ses liens diplomatiques avec #Israël  |  Près de 3 000 faux permis de conduire américains envoyés par la Chine ont été interceptés par la douane américaine  |  Le terroriste islamiste du pont de Londres avait demandé de l’aide pour être déradicalisé, selon son avocat  |  [29/11/2019] Alerte rouge: tir de roquettes à l’instant dans le sud d’#Israël  |  Evacuation de la #garedunord de Paris après la découverte d’un engin explosif dans un sac  |  Les talibans disent qu’ils sont prêts à reprendre les pourparlers de paix après la visite impromptue de #Trump pour thanksgiving  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gilles William Goldnadel le 18 mars 2019
GILLES WILLIAM GOLDNADEL

Selon l’avocat Gilles-William Goldnadel, le traitement médiatique de l’attentat atroce commis en Nouvelle-Zélande n’est pas le même que celui réservé à des actes terroristes dont les auteurs présumés sont des islamistes radicaux.

Il eût été étonnant que l’idéologie névrotique et morbide qui accable notre pays depuis trop longtemps ne se soit pas emparée du drame des mosquées de Christchurch.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Commençons par un constat incontestable. L’ensemble, sans la moindre exception, de la classe politique, médiatique et intellectuelle française ont manifesté dans ces circonstances tragiques leur réprobation totale devant un acte inexcusable commis par un criminel exécrable et leur compassion à l’égard des 49 victimes musulmanes innocentes, dont un petit enfant de trois ans.

Ceci fermement posé, certaines réactions constatées à l’occasion de ce carnage montre la perversion intellectuelle d’une idéologie qui, ordinairement, blâme toute «instrumentalisation» d’un événement dramatique, selon le terme qu’elle utilise sans trop d’économie.

Lorsqu’un attentat islamiste est commis, la réaction pavlovienne de cette idéologie que je ne peux nommer autrement qu’islamo-gauchiste, encore qu’elle soit différemment quantifiable à des degrés divers chez les individus observés, est immédiatement d’interdire tout amalgame avec l’ensemble de la communauté musulmane ou avec la religion coranique dont les assassins se réclament.

Dans le cadre de la tragédie néo-zélandaise certains tenants du «pas d’amalgame», ont pratiqué le pire de tous avec une jouissance infinie.

Ce réflexe de bon aloi semble le plus souvent inutile, tant les sondages montrent qu’il ne vient pas à l’esprit des Français de reprocher à l’ensemble des musulmans des actes commis par les tenants les plus extrêmes de l’islamisme radical le plus extrémiste.

Parallèlement, et par capillarité, une bonne partie de la classe médiatique est parfois tentée de suggérer une approche psychiatrique ou une explication-excuse sociale, quand elle ne classe pas le criminel dans la catégorie du loup solitaire et désespéré.

Or, dans le cadre de la tragédie néo-zélandaise on constate, au rebours, que certains tenants du «pas d’amalgame», ont pratiqué le pire de tous avec une jouissance infinie.

L’exemple le plus grotesquement écœurant nous aura été servi par l’ancienne ministre Najat Vallaut-Belkacem. Dans un gazouillis sur Twitter, celle-ci instrumentalise ainsi le massacre: «Oui toutes nos pensées vont aux victimes de l’abject attentat de Christchurch, et oui cela devrait tous nous rassembler. Mais découvrir ici des messages d’indignation hypocrite y compris de ceux qui ont contribué, année après année, à promouvoir ça… Comment dire? Nausée.»

Après quoi, un doigt rageur pointe les hebdomadaires désignés à la vindicte publique, coupables d’avoir armé le bras de l’assassin antimusulman pour avoir mis en cause l’islamisme radical ou l’immigration massive: Courrier International, le Figaro Magazine, l’Express, Valeurs Actuelles, Marianne, le Point, sans oublier le magazine L’Histoire, coupable d’avoir consacré sa couverture aux Arabes de la Mecque et aux banlieues de l’islam…

Très probablement, l’ancienne et inoubliable ministre de l’Éducation Nationale est-elle allée chercher sa liste des coupables sur la toile électronique, dans une islamismosphère innommée qui en est à dresser la liste nominative des complices de la tuerie.

Les massacres quand ils ne sont pas commis par des occidentaux et que l’on ne peut amalgamer à d’autres occidentaux n’intéressent aucunement l’Occident névrotique.

Sans doute encore Mme la ministre moraliste mais distraite, a-t-elle oublié qu’elle vit dans un pays où certains fanatiques massacrent des journalistes coupables d’avoir offensé l’islam et ont le coup de couteau facile. Ce pays qui, pourtant, Dieu merci, n’a pas dressé de listes de journaux ou d’intellectuels responsables des massacres qui l’ont ensanglanté et continuent de le faire.

Certes, Mme la ministre n’est pas seule, chez les «pas d’amalgam»e, à cultiver l’amalgame névrotique et dangereux.

Un journal du soir croit très intelligent d’insister lourdement sur le misérable pathos de l’assassin crétin qui fait sienne l’analyse du grand remplacement démographique en livrant en pâture le nom de son concepteur intellectuel Renaud Camus, en oubliant, petit détail sans doute sans importance, que celui-ci ne prône aucunement la violence, comme le rappelle opportunément Jean-Yves Camus (Le Figaro 16-17 mars). Étrangement, le vespéral n’incrimine pas Karl Marx et le président Mao alors que l’assassin indique apprécier beaucoup la Chine communiste. Curieusement encore, et en dépit de son approche, le Monde n’avait pas cru devoir reprocher à Emmanuel Todd d’être apprécié de Ben Laden, ce dont ce dernier n’avait pas eu tort de ne point se justifier.

Pauvre Mozart, apprécié d’Adolf Hitler, et en passe d’être classé dans le parti nazi.

Le même Monde, dans un autre article du 16 mars de son correspondant local, encore que l’exercice soit difficile, tente d’accrocher Donald Trump en rappelant le drame antisémite de Pittsburgh commis par un membre de l’ultra droite. Amalgame quand tu nous tiens.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gilles-William Goldnadel. Publié avec l’aimable autorisation du Figaro Vox.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, suivez notre fil Twitter, puis retweetez-nous. C’est ainsi que les idées que vous défendez circulerons !

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz