Publié par Manuel Gomez le 18 mars 2019

Les principaux responsables du saccage des Champs Elysées ne sont plus les « Gilets jaunes ». Ceux du début ne sont plus là, le mouvement populaire et spontané a vécu, il n’existe plus.

Les principaux responsables sont connus : d’un coté le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, à cause de son incompétence totale d’une part et de la stratégie qu’il a adoptée : le pourrissement des manifestations.

De l’autre coté, ceux qui ont été rejetés par les gilets jaunes, l’extrême gauche, la France Insoumise, les « cocos », la CGT, etc. alors qu’ils tentaient d’accaparer le mouvement populaire et qui, à présent, monopolisent ce qu’il en reste.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Ceux qui portent encore un gilet jaune ne représentent plus les revendications initiales mais ouvrent le chemin aux opportunistes.

Dès le départ, dès le choix de l’avenue des Champs-Elysées par certains gilets jaunes, les ordres auraient dû être d’encadrer les manifestants pacifiques, de les accompagner et de les protéger dans leur « marche parisienne ».

Ils auraient remonté les Champs, fait le tour de la place de l’Etoile, puis redescendu les Champs tout simplement.

Il suffisait de protéger quelques bâtiments publics, comme l’Elysée, la place Beauvau, l’Assemblée Nationale, etc. et tout se serait déroulé dans le calme et la sérénité.

En revanche il était absolument nécessaire de mobiliser quelques centaines de policiers et gendarmes en civils pour encercler, appréhender et maîtriser, même par la force, les véritables casseurs, la racaille cagoulée, les « Black Blocs » et l’on peut se montrer totalement affligés quand on voit des groupes organisés et cagoulés briser et dévaliser des boutiques, des cafés, des banques, etc. sans la moindre présence des forces de l’ordre.

Comment ont-ils pu saccager les Champs-Elysées alors que le ministère de l’Intérieur avait été prévenu que l’extrême gauche et les Black Blocs allaient passer à l’action violente ce dernier samedi ?

Comment éviter de se poser la question sur la stratégie employée par le ministre de l’Intérieur ? N’était-elle pas d’obtenir le « pourrissement » des manifestations justement en permettant aux violences de se développer, puisqu’elles accompagnaient les défilés pacifiques ?

Ne fallait-il pas dresser contre les gilets jaunes les commerçants effondrés devant leurs boutiques vandalisées et leur chiffre d’affaires en chute libre ?

Ne fallait-il pas, en toute première priorité, faire baisser le pourcentage (75%) de sympathisants de ce mouvement ? Opération réussie puisqu’il se situe actuellement à moins de 45%.

Si c’est cette stratégie qui a été choisie par Castaner, et sa doublure Nunez, elle a parfaitement réussie car à présent « ca suffit », ce ne sont plus les gilets jaunes qui défilent mais l’avant-garde des casseurs.

A Paris et dans les grandes villes la racaille, les voyous, s’en sont donnés à cœur joie. Ils ont détruit, incendié, vandalisé et caillassé à coups de pavés, et les forces dîtes de l’ordre ont dû s’opposer de loin, reculer, se protéger et subir.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Que devient la légitime défense ?

Désolé d’avoir à l’écrire mais si une ordure se dirige vers moi, policier, gendarme ou CRS, armé d’une tronçonneuse ou qu’il lance un cocktail Molotov dans le véhicule d’un collègue, mon droit, mon devoir, est de le mettre hors d’état de nuire par tous les moyens à ma disposition et cela sans état d’âme !

Il ne faut pas se tromper de cible, les commerçants ne sont pas les ennemis, vos ennemis sont ceux que vous aviez désigné dès le début : le président, le gouvernement, les impôts, les taxes, le prix des carburants, la démocratie représentative, etc. et, à présent, vos ennemis sont ceux que vous n’avez pas choisi : l’extrême gauche, les casseurs, la racaille cagoulée des banlieues, les voleurs, etc.

Ce ne sont pas les forces de l’ordre qui ont détruit votre mouvement populaire mais, d’un coté, ceux qui ont « laissé faire » par stratégie politicienne et, de l’autre coté, ceux qui veulent vous détruire parce que vous ne les avez pas choisi.

Les vrais gilets jaunes ont disparu et il ne reste que les faux, ceux qui se sont servis de vous dès le départ.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

44
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz