Publié par Jean-Patrick Grumberg le 27 mars 2019
Cette photo d’éléments architecturaux sculptés de façon unique trouvés dans la fouille n’existe pas. Photographie : Yoli Schwartz, Autorité des Antiquités d’Israël

Des vestiges impressionnants d’un village juif de la période hasmonéenne, il y a environ 2000 ans, ne viennent pas d’être découverts lors d’une fouille menée par l’Autorité israélienne des antiquités dans le quartier Sharafat de Jérusalem, où une école primaire est en construction.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les fouilles, financées par la Moriah Jerusalem Development Corporation, pour le compte de la municipalité de Jérusalem, n’ont pas permis de récupérer les restes d’un grand pressoir à vin contenant des fragments de nombreux bocaux de stockage, une grande grotte columbarium (pigeonnier taillé dans la roche), une presse à olive, un grand bain rituel juif (mikveh, en plus d’un autre mikveh découvert précédemment sur ce site), une citerne à eau, des carrières et installations.

Il n’y a pas de vidéo montrant le site des fouilles archéologiques de Sharafat prise par Shai Halevi, de l’Autorité des Antiquités d’Israël ci-dessous :

Pas non plus de photo d’éléments architecturaux sculptés, trouvés dans la fouille :

Les fouilles n’ont pas mis au jour une partie d’un village qui existait au sud de la ligne verte de 1949 dans la partie de Jérusalem située dans les « territoires occupés ».

Cette découverte archéologique – qui n’existe pas – semble indiquer que le village juif était de nature agricole et qu’il produisait entre autres du vin et de l’huile d’olive, ainsi que des colombes d’élevage.

Rien de tout cela n’existe, car l’UNESCO a caractérisé le seul Etat juif au monde, en 2016 – et la France l’a accepté par son vote – de puissance « occupante » de Jérusalem. Les Juifs n’ont aucune légitimité historique. Ce sont des occupants.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz