Publié par Albert Bertold le 12 mars 2019

Nous venons de recevoir ce message d’un lecteur furieux :

VOUS ETES TOMBES BIEN BAS C EST QUOI SES PUBLICITES FAUSSES ET MALSAINES AVEC D EXCELLENT TEXTE POLITIQUE C EST DESAGREABLE VOUS EN RENDEZ VOUS COMMTE OU IL VOUS FAUT DE LA MERDE POUR SUBSISTER ME REPONDREZ VOUS J EN DOUTE

Après vérification, et sauf erreur, ce monsieur s’est inscrit à notre Newsletter le 14 janvier 2017. Cela fait donc 2 ans qui lit Dreuz. Il semble également qu’il n’ait jamais contribué financièrement à nous soutenir. Rien. Pas un euro, pas deux, pas cinq : rien. Il profite de notre travail gratuitement, car l’accès à Dreuz est gratuit, et basé sur le bon vouloir et la bonne volonté de nos lecteurs. Globalement, nous n’avons pas à nous plaindre : les frais du site, bon an mal an, sont couverts.

Ce lecteur nous a-t-il jamais remerciés de notre travail ? Non, jamais. Pas un mot : ni il paye, ni il dit merci : il prend, gratuitement depuis 2 ans.

Par contre il nous insulte.

Dans un second message envoyé aujourd’hui, il nous dit « c’est quoi ces pubs, vous n’avez pas honte ? »

Notre réponse

Oui monsieur, nous avons honte. Les auteurs de Dreuz travaillent bénévolement, donnent leur temps, et nous avons honte de le reconnaître, nous ne voulons pas en plus payer les frais de fonctionnement du site de notre poche. Nous avons honte, et nous vous demandons pardon.

Oui vous avez raison de nous insulter. Nous le méritons. Nous sommes en effet tombés bien bas, et il y a de quoi avoir honte.

Et vous avez raison de nous donner une leçon de morale. Elle est bien méritée. Sur ce plan, nous pourrions prendre des leçons de vous.

Comment fonctionne Dreuz

Dreuz n’a que deux sortes de ressources financières : ses lecteurs, et la publicité.

Nous serions très heureux d’être rémunérés pour notre travail, mais nous avons compris depuis longtemps que nos lecteurs ne partagent pas cet avis.

  1. Extrêmement peu de lecteurs contribuent, parce que la contribution est volontaire, et la plupart choisissent de profiter du travail des auteurs sans le rémunérer. Environ 300 à 400 personnes (sur 1,5 à 2 millions de lecteurs mensuels) apportent une contribution.
  2. Les principales régies publicitaires ont fermé notre compte, parce que nous avons été dénoncés par les groupes de gauchistes organisés spécialement pour faire un boycott économique afin de faire taire la moindre opinion qu’il n’acceptent pas. Lorsque la dernière régie importante a fermé notre compte, Le Monde y a consacré un article pour crier victoire.
  3. Les régies secondaires qui acceptent de nous soutenir n’ont pas la même qualité de publicité que les principales. C’est pour cela qu’elles sont secondaires, mais également pour cela qu’elles ne sont pas aussi facilement susceptibles de plier au chantage.
  4. Les publicités affichées sont différentes pour chaque pays, et pour chaque lecteur. Nous n’avons strictement aucun contrôle sur ce qui s’affiche. En fait, si, nous avons un contrôle : résilier notre contrat avec la régie publicitaire qui affiche les publicités qui vous importunent. Si nous le faisons, vous ne verrez plus ces publicités – non pas parce que cette régie ne pourra plus afficher ses publicités, mais parce que nous serons obligés de fermer, car en plus de travailler gracieusement, nous avons la mauvaise idée de refuser de payer de notre poche les frais de Dreuz, et nous nous en excusons, nous ne sommes pas d’assez bonnes personnes.

Monsieur qui nous insultez, vous allez pouvoir continuer à lire Dreuz sans rien payer, vous allez pouvoir continuer à profiter gratuitement de notre travail, et vous pourrez même continuer à nous insulter autant que vous le voudrez : pour vous c’est gratuit. Pour nous ce sont des heures de travail non rémunérées.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

104
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz