Quantcast
FLASH
[20/11/2019] #Israël a encore bombardé des sites de caches d’armes en Syrie appartenant aux Iraniens, et arrêté 4 missiles tirés depuis la #Syrie  |  [18/11/2019] Horrible nouvelle – La majorité des Américains ne veut pas de destitution, 76 % ne font pas confiance aux démocrates et croient que les médias font pression pour la destitution  |  [17/11/2019] La zone verte fortifiée de Bagdad, qui abrite des ambassades et des bâtiments gouvernementaux, a été touchée par une roquette. Pas de victime  |  Deux croix gammées ont été découvertes dans les toilettes d’une école du Maryland  |  Tout va mieux avec Macron : 7 Français sur 10 préfèrent avoir froid plutôt qu’allumer le chauffage  |  Netanyahou dimanche matin « Notre politique de sécurité n’a pas changé, pas même légèrement. Nous avons gardé toute notre liberté d’action et nous porterons atteinte à ceux qui veulent nous atteindre”  |  [16/11/2019] C’est reparti. Les foules de Téhéran crient « Mort au Dictateur » et « Reza Shah repose en paix. »  |  Syrie : Une grosse explosion frappe un terminal de bus à Al-Bab sous contrôle turc. 10 civils auraient été tués, milices Kurdes soupçonnés  |  Regime répressif de Macron contre les Gilets Jaunes : 24 interpellations et plus de 2000 contrôles avant la manif de Paris  |  [15/11/2019] Cette nuit #Israël a bombardé les cibles terroristes du Jihad islamique en réponse aux dernières attaques de roquettes de #Gaza  |  [13/11/2019] Les partisans de Quaido envahissent l’ambassade du Venezuela au Brésil et annoncent la nomination d’un nouvel « ambassadeur »  |  Isère : 20 et 12 ans de prison requis contre le couple salafiste  |  #Israël/ #Gaza: la France condamne les tirs de roquettes terroristes sur l’Etat juif  |  #Israël : une roquette terroriste a percuté une maison d’Ashkélon, au sud du pays, lors du dernier tir de roquettes de #Gaza  |  L’armée de l’air israélienne vient de « BOUM » une escouade de terroristes du Jihad islamique qui tentaient de tirer des roquettes sur #Israël  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Christian Larnet le 7 avril 2019

L’allégeance à un système politico-religieux conquérant, l’islam, n’est pas une chose que les dirigeants chinois prennent à la légère. Et la gauche européenne, qui a pour la Chine un grand respect, ferait bien de prêter l’oreille.

Dans l’ouest de la Chine, une campagne de sécurité de l’Etat impliquant la détention d’un grand nombre de musulmans est passée à l’étape suivante : démolir leurs quartiers et purger leur culture.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Deux ans après que les autorités ont commencé à rassembler les résidents ouïgours d’Urumqi, d’origine musulmane, la vie et l’identité ouïgoure ont été déracinées. Quelques mosquées vides subsistent, tandis que les bidonvilles qui les entouraient ont été remplacés par des tours de verre et des commerces de détail comme on en trouve beaucoup en Chine.

  • Les étals de nourriture qui vendaient du nang frais, le pain plat circulaire qui est à la société ouïghoure ce que les baguettes sont aux Français, sont partis.
  • Les jeunes hommes qui cuisaient le nang ont disparu, comme beaucoup de leurs clients.
  • Les livres en ouïgour on disparu des rayons des magasins de la capitale de la région chinoise du Xinjiang, qui est depuis longtemps un centre de la communauté ouïgoure mondiale.

La transformation d’Urumqi est à la pointe d’une campagne menée par le Parti communiste chinois au pouvoir pour assimiler de force les Ouïghours. Pékin dit que les détentions de ces populations musulmanes servent à combattre le terrorisme, et la démolition, ainsi que les milliards de dollars d’investissements dans la région, apportent le développement.

« L’unité ethnique est la ligne de vie de tous les groupes ethniques en Chine et le fondement du progrès économique dans le Xinjiang », a déclaré le gouverneur de la région, Shohrat Zakir, à la session législative annuelle de la Chine la semaine dernière.

L’objectif du parti, disent les experts, est de renforcer son contrôle dans le Xinjiang en remodelant à son image la longue région récalcitrante et de faire de ce pays une plaque tournante des ambitions de développement mondial du président Xi Jinping.

Lorsque les plans de rénovation urbaine d’Urumqi ont été annoncés en 2017, le Xinjiang Daily, contrôlé par le parti, a déclaré que le gouvernement offrirait une compensation aux résidents contraints de déménager, et a planifié de nouveaux quartiers résidentiels « conçus en tenant pleinement compte des coutumes et des convenances de tous les groupes ethniques ». Les gouvernements d’Urumqi et du Xinjiang n’ont pas répondu aux demandes de commentaires sur la rénovation urbaine.

Le Parti communiste chinois avait précédemment mené une campagne agressive dans le Xinjiang pour contrer ce qu’il qualifie de « tendances extrémistes violentes » parmi les 14 millions de musulmans turcs de la région, dont la plupart sont des Ouïghours.

Pour atteindre ses objectifs de « déradicalisation », les autorités ont placé en détention ce que les experts des Nations Unies disent avoir été jusqu’à un million de musulmans dans un réseau de camps d’internement et soumis le reste à une surveillance numérique massive.

Une innovation dans la guerre mondiale contre le terrorisme

Les dirigeants chinois qualifient les camps de « centres de formation professionnelle », en les présentant comme une innovation dans la guerre mondiale contre le terrorisme et en contestant le chiffre d’un million.

« Nous ne pouvons plus avoir de culture », a déclaré un habitant ouïghour d’Urumqi qui travaille dans une entreprise publique de ressources naturelles. Il a dit qu’il avait cessé de visiter sa mosquée locale après que des fonctionnaires soient venus chez lui pour confisquer son Coran. « Plus personne n’y va. C’est trop dangereux », dit-il.

En supprimant certaines expressions de l’identité ouïghoure et en en transformant d’autres en kitsch culturel, le gouvernement tente d’affaiblir les liens ethniques, a déclaré Darren Byler, qui étudie la migration ouïghoure à l’Université de Washington.

Depuis le début de la période de réforme post-Mao dans les années 1980, Urumqi a été le théâtre d’attentats à la bombe, de protestations et d’autres actes de troubles ethniques. Les émeutes de 2009 ont fait près de 200 morts et de nombreux blessés.

Depuis lors, le parti n’a cessé d’intensifier ses efforts pour tenter d’étouffer le mouvement séparatiste ouïghour. Pékin dit que les séparatistes sont motivés par l’islam radical et les blâme pour les émeutes et une série d’attentats.

« Beaucoup de gens sont partis », a déclaré un employé d’un bar de musique live autrefois populaire dans l’un des quartiers ouïgours d’Urumqi. Avec à peine une douzaine de clients un samedi soir récent, il a refusé d’expliquer où les gens étaient allés. « C’est politique. Je ne peux pas le dire », dit-il.

Quelques instants plus tard, trois hommes, dont l’un était équipé d’un appareil photo, sont entrés dans le bar et ont noté les numéros des cartes d’identité des clients ouïghours. L’employé a dit que les hommes avaient été envoyés par des fonctionnaires locaux et que ces inspections étaient de routine.

  • Urumqi a servi de ville de garnison pendant une grande partie de ses quelque 250 ans d’histoire, et les Ouïghours représentant environ 13% de la population de la ville.
  • Mais dans la seule année, 2017, la population officielle d’Urumqi a chuté de 15 %, passant de 2,6 millions à 2,2 millions, la première baisse depuis plus de trois décennies.
  • C’est cette année-là, en mai 2017, que la police municipale a commencé à rassembler les Ouïghours et à les emmener dans des camps de détention, ont dit les habitants.
  • À peu près à la même époque, les autorités d’Urumqi ont forcé les migrants ouïgours d’autres régions du Xinjiang à retourner dans leurs villes d’origine.
  • Dès que les Ouïghours ont été forcés de quitter la ville, l’argent du gouvernement a afflué.
  • L’an dernier, la ville a approuvé l’agrandissement de l’aéroport pour une valeur de 6 milliards de dollars et a lancé des projets de construction de 4 milliards de dollars dans les banlieues de la ville, dont un parc industriel.
  • Le total des investissements dans les infrastructures, les usines et les autres immobilisations a dépassé 202 milliards de yuans (30 milliards de dollars) en 2017, en hausse de 25% par rapport à l’année précédente, et a encore augmenté de 9% au cours des 10 premiers mois de 2018, selon les données officielles.
  • Le gouvernement d’Urumqi a également affecté 70 milliards de yuans (10 milliards de dollars) à la démolition et à la reconstruction des bidonvilles de la ville, qui abritaient un grand nombre de migrants ouïghours du sud du Xinjiang.
  • Les autorités considèrent les jeunes hommes migrants, le même groupe qui a fait cuire le nang de la ville, comme des instigateurs de violence et des cibles pour la radicalisation.

« Le vendredi, 5 000 à 10 000 personnes venaient pour la prière », explique M. Byler.

Lors d’une visite récente, les mosquées se tenaient encore à l’ombre des tours d’appartements, mais semblaient abandonnées. Alors qu’ils tentaient de les filmer, des journalistes ont été arrêtés et emmenés à un poste de police voisin.

Convoqué par la police, un responsable de la propagande du district a déclaré que le gouvernement avait pris soin de ne pas raser les mosquées. « Cela montre le respect du gouvernement pour l’Islam », a déclaré le fonctionnaire, un M. Xing.

La ville comptait plus de 400 mosquées jusqu’en 2015, selon les médias d’Etat. Plusieurs d’entre elles ont été fermées ou réaménagées au cours des dernières années, tandis que celles qui sont encore en service sont entourées de barbelés et de caméras de surveillance, ne comptant qu’un petit nombre de fidèles âgés.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.



Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz