Publié par Jean-Patrick Grumberg le 9 avril 2019
Devin Nunes

C’est une suite espérée et inespérée à la fois. L’affaire fabriquée de collusion entre la Russie et Trump n’a rien donné au bout de deux ans, mais elle a enfanté d’un boomerang qui se retourne maintenant contre ceux qui l’ont déclenchée. Même CNN n’a pas pu éviter d’en parler (1) étonné par ce coup détonant.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Le représentant Républicain californien Devin Nunes, qui présidait la Commission sur le Renseignement de la chambre des Représentants jusqu’aux élections de mi-mandat, a qualifié l’enquête Mueller de « mélange entre un maccarthysme contemporain et d’aspirants à une nouvelle affaire Watergate ».

Il vient d’ouvrir une nouvelle brèche dimanche, en déclarant qu’il va envoyer huit demandes au procureur général pour des Affaires criminelles toutes liées à Trump et l’enquête sur la Russie.

Nunes, qui a annoncé sa fracassante nouvelle dans « Sunday Morning Futures », a précisé que :

  • cinq des personnes visées par les poursuites criminelles sont des « références directes », c’est-à-dire des personnes nommément désignées pour des crimes précis qu’elles ont commises. Il leur reproche d’avoir :
    • menti devant le Congrès alors qu’ils témoignaient sous serment.
    • intentionnellement induit le Congrès en erreur,
    • laisser fuiter des informations classifiées.
  • Deux des personnes sont liées à un complot destiné à espionner le candidat Trump :
    • le premier, a dit M. Nunes, concerne « le fait d’avoir trompé la cour secrète FISA pour obtenir le droit de mettre un membre de la campagne Trump sur écoute et d’autres questions ».

« Nous croyons qu’il y a eu un complot pour mentir au tribunal de la FISA, l’induire en erreur, commis par de nombreuses personnes qui doivent toutes faire l’objet d’une enquête, et nous croyons que la loi est la loi, » a-t-il expliqué.

  • Le deuxième renvoi lié au complot concerne la manipulation d’informations des services de Renseignement »qui pourrait avoir des conséquences sérieuses sur beaucoup d’Américains », selon Nunes.

« Quand vous regardez la conspiration, cela peut atteindre une douzaine, une vingtaine, oui, une vingtaine de personnes », a-t-il dit.

  • Et la troisième recommandation de poursuites criminelles est ce que Nunes appelle une « recommandation globale contre les fuites ».

« Il y a environ une douzaine de fuites d’informations classifiées hautement sensibles qui ont été communiquées à quelques journalistes au cours des deux dernières années et demie », a-t-il dit. « Nous ne savons donc pas si des enquêtes sur ces fuites ont été ouvertes, mais nous croyons que nous avons des informations assez bonnes et une assez bonne idée de qui pourrait être derrière ces fuites. »

M. Nunes a ajouté qu’il ne connaît pas tous les noms qui se cachent derrière les fuites, car les sources sont souvent anonymes ou citées comme étant des « hauts fonctionnaires actuels ou anciens ».

Nunes a cité deux exemples de fuites associées au président Trump.

  • Il s’agit notamment de la conversation de Trump avec le Premier ministre australien et de son appel avec le président du Mexique.
  • Un autre exemple, a dit M. Nunes, est la fuite des transcriptions d’un appel téléphonique entre l’ancien conseiller à la Sécurité nationale Michael Flynn et Sergey Kislyak, l’ambassadeur de Russie aux États-Unis.

Nunes a refusé de fournir les noms de ceux qui figurent sur sa liste.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

  1. CNN

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz