Publié par Jean-Patrick Grumberg le 10 avril 2019

L’extrême gauche israélienne a son journal : Haaretz. Il est lu par environ 4% de la population. Mais il est la référence de 100% des médias étrangers.

Embed from Getty Images

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Comme les Arabes, qui disent une chose en anglais et en arabe une autre chose ; qui soutiennent la paix dans leurs discours en anglais, et appellent à égorger les israéliens dans leurs réunions publiques, Haaretz a publié à l’attention des médias étrangers – en anglais donc – un article (1) expliquant que la réélection de Bibi, et la montée en puissance de la droite, prouvent qu’Israël est devenu une dictature.

Vous pouvez être certain que des médias occidentaux respectables et respectés reprendront immanquablement les déclarations de ce quotidien marginal qui a, en Israël, moins de lecteurs que Dreuz !

L’auteur de l’article, Bradley Burston, explique en substance : « Avec la victoire de Nétanyahou, il est temps d’admettre qu’Israël est devenu une dictature ».

Pour sa démonstration, Burston avance une logique circulaire : « C’est l’élection elle-même qui a fourni la preuve la plus sûre qu’Israël, sous la direction de Nétanyahou, est passé à la dictature. »

Mais il y a un hic, dans le raisonnement du journaliste. Juste un « petit problème » : la date de son article.

Il est daté du 10 avril à 10h57 heure locale. C’est-à-dire après, les élections. Après l’annonce de la victoire du bloc de droite. Après l’échec de la gauche.

Que déduire des propos du gauchiste ? Voyons de plus près.

  • Si Israël était une dictature, Burston aurait dû le dénoncer avant les élections, pas après. Si Israël était une dictature, il aurait dû dissuader les gens d’aller voter, puisque dans une dictature, les dés sont pipés, les résultats truqués et décidés à l’avance, et qu’il ne sert à rien de voter. Mais il ne l’a pas fait : il espérait que la gauche l’emporterait.
  • Avant les élections, Israël n’était donc pas une dictature. Après les élections, Israël est une dictature. Que s’est-il passé entre avant et après ? La gauche a perdu.
  • Comme avec Trump, où la gauche américaine refuse encore d’admettre qu’il ait pu gagner par lui-même puisque la victoire devait revenir à Hillary, Burston refuse d’admettre que Netanyahu ait pu gagner par lui-même puisque pour lui, la victoire devait revenir à Gantz.. Si Netenayahu et Trump ont été élus, ça ne peut pas être pour eux. Ils ont forcément été aidés. Trump par les Russes, Bibi grâce aux mêmes méthodes qu’en Corée du Nord, où 99% des gens votent, et 100% élisent pour Kim.
  • Les Israéliens n’ont pas voté comme Burston voulait qu’ils votent, donc c’est une dictature. S’ils avaient donné leur vote à la gauche, alors le pays serait une démocratie. C’est à dire que pour un gauchiste, la démocratie n’est pas définie par la réalité du système électoral, mais par son résultat. S’il gagne, ça va. S’il perd, il y a eu triche.
  • La réalité renvoie à ce trait psychologique bien connu : la projection. Le dictateur, c’est Burston. Il exige que les gens votent comme lui considère qu’ils doivent voter. C’est la pensée d’un dictateur. Un dictateur sans pouvoir, donc inoffensif, mais un dictateur tout de même. Puisque les Israéliens n’ont pas voté comme il faut, alors le pays est bon à jeter dans les poubelles et à ajouter à la liste des déplorables.
  • La gauche, l’inconscient de Burston le révèle, considère que le pouvoir lui revient de plein droit. Toute autre option est une anomalie qui ne peut trouver son explication que dans de sombres conspirations. Il n’est pas pour elle possible qu’elle n’ait pas le pouvoir. Pourquoi ? Parce qu’elle incarne le Bien. Comment le Bien n’aurait-il pas le pouvoir ? La droite, c’est le Mal. Comme le Mal pourrait-il remporter le pouvoir autrement que par la tromperie, la force ou la malice.
  • En accusant Israël d’être une dictature, ce sont les électeurs que Burston insulte. Puisque voter à gauche est le seul choix qu’un cerveau normal puisse faire, c’est que les Israéliens sont soit lobotomisés, soit hypnotisés, soit profondément abrutis.

Et c’est Burston qui parle de dictature.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

  1. Haaretz

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

20
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz