Quantcast
FLASH
[17/09/2019] Election Israël: 1er ministre palestinien: « la différence entre Bibi et Gantz, c’est comme Pepsi et Coke »  |  Election Israël: 70% des résultats sont déjà comptés. Premiers chiffres à 22h (21h française)  |  Election Israël: le comité électoral a épinglé le parti de Gantz, de Netanyahou et de Shas pour diverses fraudes électorales  |  Election Israël: « Bibi est nazi » en grafitti sur le bord de mer à Tel Aviv  |  Election Israël: Les bureaux de vote des prisons ont fermé, avec un taux de participation de 70%  |  Election Israël: Le comité électoral a ordonné à Facebook de réactiver le chat de la page officielle de Netanyahou, qui l’a fermé sous pression des gauchistes  |  Election Israël: Un homme de 27 ans arrêté par la police pour avoir écrit des propos haineux contre Netanyahu à Tel Aviv  |  Election Israël: plus de 20 suspects arrêtés et 69 dossiers d’enquête ouverts pour des délits liés à l’élection  |  Election Israël: Le parti à prédominance arabe « Liste commune » minimise l’augmentation du taux de participation arabe  |  Election Israël: Selon Haaretz (ce qui veut dire que ce n’est pas forcément vrai), Facebook a fermé des faux comptes encourageant les Arabes à ne pas voter  |  Election Israël: Fraude électorale : des bureaux de vote de quartiers arabes ont été temporairement fermés ce mardi matin  |  Election Israël: Selon le Jerusalem Post, Netanyahou envisageait de repousser les élections par crainte d’une nouvelle guerre avec Gaza  |  Election Israël: A 18h, le taux de participation est de 53.3% (contre 52% en avril)  |  Election israélienne : des militants de gauche ont organisé des bus pour les bédouins, en violation de la loi électorale  |  Election israélienne : le comité électoral valide les bulletins qui ont subi des dégradations intentionnelles destinées à les faire rejeter  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 13 avril 2019
Devin Nunes

M. Nunes poursuit en justice McClatchy, l’agence de presse spécialisée sur la politique de Washington, et lui réclame 150 millions de dollars pour avoir tenté de mettre des bâtons dans les roues de l’enquête du Congrès sur l’implication d’Hillary Clinton dans la fabrication de la rumeur de collusion entre Trump et la Russie.

Devin Nunes, membre et ex-président du Comité sur le renseignement de la Chambre des représentants, a expliqué les raisons de son procès de 150 millions de dollars contre The McClatchy Company, accusant l’agence de presse d’être « le plus gros auteur de fausses nouvelles ».

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Nunes a expliqué sur « Fox & Friends » :

« Ce sont eux [McClatchy] qui ont dit que Cohen [l’ex-avocat de Trump soupçonné d’avoir servi d’intermédiaire entre Trump et la Russie pour remporter l’élection] s’était rendu à Prague [pour rencontrer les Russes], c’était n’importe quoi et ils doivent retirer ces faux reportages. »

Devin Nunes a intenté son action en justice devant le tribunal de l’État de Virginie, alléguant que l’un des journalistes de l’agence de presse avait conspiré avec un agent politique pour faire dérailler le travail de surveillance de M. Nunes dans la campagne Hillary Clinton et l’ingérence russe aux élections.

« Le procès représente une attaque sans fondement contre le journalisme local et la liberté de la presse. A l’heure où le journalisme local est confronté à des défis plus urgents et plus pressants, le procès est une distraction improductive et une mauvaise utilisation de la déclaration judiciaire », a déclaré The McClatchy Company dans un communiqué en réponse au procès de Nunes.

« Je suis absolument certain qu’ils ne veulent pas que nous découvrions qui sont leurs sources », a déclaré M. Nunes en réponse à la déclaration de McClatchy.

« Quelqu’un leur a donné les fausses informations selon lesquelles la National Rifle Association était impliquée dans la collusion avec la Russie, quelqu’un leur a donné les fausses informations selon lesquelles Cohen était à Prague alors qu’il ne l’était pas, quelqu’un leur a donné des fausses informations sur moi qu’ils ont répétées en long en large et en travers sur toutes leurs plateformes [McClatchy possède une trentaine de journaux et de sites internet politiques] et m’ont accusé de crimes fédéraux. Ca n’est pas acceptable. »

Le mois dernier, Nunes a intenté une poursuite similaire de 250 millions de dollars pour diffamation contre Twitter et l’un de ses utilisateurs, la consultante républicaine Liz Mair. Dans sa plainte contre McClatchy, Nunes a de nouveau nommé Mair comme coaccusée, l’accusant cette fois-ci d’avoir conspiré avec la journaliste MacKenzie Mays de chez McClatchy pour répandre une variété de calomnies mensongères et trompeuses – y compris que Nunes « était impliquée dans des affaires de cocaïne et de prostitution de mineures » – en ligne et dans la presse.

La plainte cite un article publié en mai par le Fresno Bee (1) et écrit par Mays. Le même jour, Mays avait tweeté l’article, mentionnant Nunes.

« Nous avons poursuivi Twitter parce que je suis « shadow banned » [une action qui consiste à censurer un compte sans qu’il ne puisse s’en apercevoir], et qu’ils interdisent des conservateurs.

Maintenant, c’est au tour de McClatchy, mais nous allons en fait nous en prendre à plusieurs médias d’information », a déclaré Nunes.

Pour commentaire, Mair a publié un article d’opinion dans USA Today intitulé « La liberté d’expression signifie que je n’ai pas à être gentille avec Devin Nunes sur Twitter. Alors pourquoi me poursuit-il en justice ? »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

  1. Fresno bee
Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz