Publié par Pierre Rehov le 23 avril 2019

« J’ai pensé que les lecteurs de Dreuz voudraient prendre connaissance de l’excellent papier de Jason Greenblat paru aujourd’hui dans le New York Times » – Pierre Rehov.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Le Hamas maintient Gaza dans le désordre. La vie y est difficile, triste et anormale. Seuls les bâtiments dotés de génératrices maintiennent une puissance électrique constante. Le manque d’énergie affecte tout, de la conservation des aliments frais au traitement des eaux usées.

Le littoral, qui dans de nombreux autres endroits de la Méditerranée serait rempli de stations balnéaires, est couvert d’eaux usées brutes et de débris.

Si une personne tombe malade à Gaza, il est probable qu’elle trouvera des professionnels de la santé qualifiés incapables de l’aider en raison du manque d’équipement et de médicaments. Les gens qui s’y trouvent – même les personnes talentueuses et instruites – ne peuvent pas trouver d’emploi. Le littoral, qui dans de nombreux autres endroits de la Méditerranée serait rempli de stations balnéaires, est couvert d’eaux usées brutes et de débris provenant des guerres successives. Le coût du conflit se fait sentir dans tous les aspects de la vie à Gaza.

Si vous demandez pourquoi de telles difficultés existent à Gaza, la réponse sera presque toujours la même : les Israéliens.

Vraiment ?

  • Les Arabes d’Israël mènent généralement une vie normale et, dans de nombreux cas, prospèrent. En fait, les citoyens arabes d’Israël vivent librement par rapport aux Arabes de nombreux autres pays de la région.
  • Les Palestiniens de Cisjordanie progressent largement dans des villes et des communautés stables.
  • Les travailleurs instruits trouvent des emplois (bien qu’il y ait beaucoup de place pour l’amélioration – quelque chose avec lequel l’administration Trump a essayé d’aider les Palestiniens, mais qui a été bloqué par l’Autorité palestinienne).
  • Le commerce avec Israël et avec l’étranger offre des emplois et des possibilités.
  • L’infrastructure s’est progressivement améliorée.
  • L’électricité est disponible 24 heures sur 24 dans la plupart des collectivités.

Pourquoi d’autres vont-ils de l’avant alors que Gaza sombre de plus en plus dans le désespoir et le désarroi ?

Parce que le Hamas, le dirigeant de facto de la bande de Gaza, a fait des choix. Le Hamas professe la violence et la destruction d’Israël comme une méthode pour obtenir une vie meilleure pour les Palestiniens. Cette « défense » des Palestiniens a conduit aux problèmes que nous connaissons aujourd’hui :

  • une économie décimée,
  • des centaines de morts dans la violence chaque année et
  • un des taux de chômage les plus élevés du monde.

Le Hamas est responsable de cette situation à Gaza.

Les pays du monde ont tenté d’aider la population de Gaza à plusieurs reprises depuis 2007, année où le Hamas s’est violemment emparé du pouvoir des mains du gouvernement dirigé par le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Les donateurs ont proposé de construire l’infrastructure et l’économie, mais ils reculent de plusieurs années chaque fois que le Hamas et d’autres organisations terroristes tirent des roquettes sur Israël. Le Hamas a déclenché trois guerres avec Israël depuis 2007, laissant à chaque fois son infrastructure dans un plus grand désarroi.

La communauté internationale a donné des fonds pour la reconstruction des maisons, mais le Hamas a détourné ces fournitures pour construire l’infrastructure de guerre au lieu des écoles et des hôpitaux.

Dans ces guerres, le Hamas et d’autres groupes terroristes ont lancé des milliers de roquettes. Chaque nouvelle attaque contre les communautés israéliennes force Israël à adopter des mesures plus restrictives sur les importations à Gaza pour empêcher le transfert illicite de biens qui pourraient être utilisés pour construire et étendre les arsenaux des militants. La communauté internationale a donné des fonds pour la reconstruction des maisons, mais le Hamas a détourné ces fournitures pour construire l’infrastructure de guerre au lieu des écoles et des hôpitaux.

Les exemples abondent.

  • Du ciment pour la construction de maisons, d’écoles et d’hôpitaux a été détourné pour construire et renforcer des tunnels sous la frontière entre Gaza et Israël que des groupes terroristes utilisent pour commettre des attaques.
  • Lorsque le béton était limité, des palettes en bois ont été utilisées à la place.
  • Des tuyaux ont été utilisés pour fabriquer des fusées au lieu d’améliorer les systèmes de distribution d’eau.
  • Les produits chimiques destinés à l’embouteillage et à la mise en conserve ont été détournés pour créer du carburant de fusée.
  • Des électrodes pour fusées auraient été introduites clandestinement dans des conteneurs de beurre et dissimulées dans des cargaisons de plaques de marbre.

Chaque fois que l’on découvre les utilisations néfastes du Hamas, Israël doit faire des ajustements pour empêcher les terroristes d’utiliser des articles comme outils de guerre. Chaque nouvelle mesure de sécurité ralentit ou, dans certains cas, empêche les affaires légitimes.

Récemment, les Gazaouis ont protesté contre leurs dirigeants du Hamas

Les personnes qui vivent dans ces conditions insupportables commencent à tenir le Hamas pour responsable de l’absence de services ou d’opportunités. La haine et la violence du Hamas ont conduit la population à des épreuves extrêmes. Lorsque les manifestants ont exprimé leur désapprobation quant à la manière dont le Hamas gouvernait, la première réaction du Hamas a été de diriger la violence – des coups vicieux et la torture – contre son propre peuple.

Le Hamas a plongé la population de Gaza dans la misère pour tenter de rester au pouvoir. Une reconnaissance de son échec lamentable et une évaluation honnête de la réalité pourraient ouvrir la voie à la reconnection de Gaza avec le monde qui veut l’aider. La situation n’a pas été causée par les États-Unis, mais par le Hamas. Les États-Unis ne veulent pas que cette situation perdure, mais nous ne pouvons y remédier.

Les Palestiniens attendent à nouveau de l’aide, mais les choix opérés par le Hamas, le Djihad islamique palestinien et d’autres groupes terroristes opérant à Gaza ont empêchée le monde de l’envoyer.

Nous devons être réalistes

Imaginez si le Hamas faisait passer le peuple de Gaza en premier. Imaginez si le Hamas choisissait la paix.

Que nous parvenions ou non à un accord de paix global entre Israël et les Palestiniens, l’avenir de Gaza ne peut être abordé, et la population de Gaza ne peut être aidée de manière significative tant que le Hamas ne sera pas sorti du tableau ou ne fera pas les choix nécessaires pour la stabilité et, finalement, la paix.

Pour parvenir à la paix – ou même à une certaine normalité à Gaza – le Hamas et d’autres doivent faire des choix difficiles, notamment renoncer à la violence et reconnaître Israël.

Imaginez si le Hamas faisait passer le peuple de Gaza en premier. Imaginez si le Hamas choisissait la paix.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

13
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz