Quantcast
FLASH
[14/10/2019] Kais Saied élu président de Tunisie avec 72.71%  |  [12/10/2019] Au moins 4 morts et 3 blessés dans une fusillade à New York  |  4 morts, nombreux blessés dans une fusillade à Brooklyn  |  Attentat par fusillade en Samarie illégalement colonisée par les Palestiniebs : des terroristes musulmans ont ouvert le feu à partir d’un véhicule – Pas de blessés  |  [11/10/2019] Attaque au couteau près du Capitol à Washington  |  Une explosion s’est produite ce matin (vendredi) sur un pétrolier iranien dans la mer Rouge, près de la ville portuaire de Djedda, en Arabie saoudite. L’Iran parle de 2 tirs de missiles  |  [09/10/2019] Le préfet de police de Paris porte plainte pour « apologie du terrorisme » après que des commissariats franciliens ont reçu des appels avec des chants islamistes de vidéos de propagande de Daesh  |  Allemagne-Fusillade: Au moins 2 morts à Halle dans ce qui paraît être un attentat #antisémite  |  [07/10/2019] Avant la visite programmée du président Trump, le syndicat de la police du Minnesota imprime un T-shirt « les flics pour Trump »  |  Les socialistes au pouvoir au Portugal remportent les élections mais n’obtiennent pas la majorité absolue  |  [06/10/2019] Fusillade dans le Missouri à Kansas City : 4 morts et 5 blessés  |  [05/10/2019] Tremblement de terre à San Francisco  |  Vendredi, 2 gardes protégeant une synagogue #Berlin ont arrêté un syrien qui tentait d’entrer dans le bâtiment avec un couteau  |  La semaine avait commencé avec la condamnation de #Zemmour, et terminé avec la tragique preuve qu’il avait raison  |  [04/10/2019] Grosse explosion entendue près de véhicules de #Tsahal à la frontière de #Gaza  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Thierry Ferjeux Michaud-Nérard le 24 avril 2019

Figarovox/Tribune, Pascal Bruckner : « Greta Thunberg qui veut jouer aux adultes et la dangereuse propagande de l’infantilisme climatique ». Il s’agit de répandre un discours de peur sur le climat pour créer une jeune génération terrifiée. Dans sa République (315 avant J.-C.), Platon met en garde contre la corruption de la démocratie qui consiste en une inversion des hiérarchies, par excès de liberté : quand le père traite son fils comme un égal, quand les maîtres flattent les disciples et quand les vieillards imitent la jeunesse.

« Nous y sommes. Quiconque a vu les manifestations de jeunes gens pour le climat en Europe, où l’on avait mobilisé jusqu’aux maternelles et jardins d’enfants, où d’adorables petites têtes brunes ou blondes récitaient pieusement les slogans que leurs parents (et leurs enseignants) leur avaient appris ne peut que s’inquiéter de ce véritable exercice de ventriloquie. Le scandale est double : on s’extasie de retrouver chez nos bambins les inquiétudes qu’on leur a inculquées et on se pâme devant cette écholalie infantile.

Sofiane Zaizoune s’extasie en conséquence sur ces leaders d’opinion ultra-précoces qui entraînent leur génération derrière elles : « Écologie, féminisme, éducation, les ados leaders d’opinion n’ont pas 20 ans ». Greta Thunberg, Zuriel Oduwole ou Hylde Lysiak sont encore des ados. Cela ne les empêche pas de lancer des manifestations de dizaines de milliers de personnes, de révéler des meurtres ou de s’exprimer à l’ONU. À seize ans, la Suédoise Greta Thunberg a lancé un mouvement de grèves scolaires pour le climat. D’abord chaque jour, puis une fois par semaine, le vendredi depuis le mois d’août dernier, elle fait l’école buissonnière pour aller manifester devant le parlement suédois. L’adolescente est propulsée dans la lumière. Son franc-parler et son initiative font des émules : des milliers de lycéens commencent à faire grève à leur tour.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

« En Belgique (la capitale de l’Église de Climatologie), Anuna de Wever et Kyra Gantois, 17 et 19 ans, mobilisent 70.000 personnes grâce à une page Facebook, Youth for climate (La jeunesse pour le climat).

« En Allemagne, près de 15.000 personnes se mobilisent chaque semaine. En France, en Australie ou en Ouganda, de nouveaux leaders de la mobilisation écologique émergent, tout juste sortis de l’enfance.

« Greta Thunberg, Zuriel Oduwole ou encore Malala Yousafzai : outre leur âge, ces jeunes filles ont en commun de s’adresser directement aux grands de ce monde. Des Nations Unies à Davos, en passant par les bureaux des chefs d’État, ces militantes précoces ont accès aux tribunes les plus prestigieuses. (!!!)

Figarovox/Tribune, Olivier Babeau : « Greta Thunberg, l’icône (manipulée) d’un écologisme naïf », est venue dire aux adultes qu’ils sont irresponsables et leur expliquer ce qu’ils doivent faire pour le climat. Olivier Babeau dénonce la marque d’un courant écologiste qui mise davantage sur l’idéologie que sur la science.

« Personne n’a pu échapper au visage enfantin de Greta Thunberg, cette jeune suédoise de 16 ans. L’image a fait le tour des médias et des réseaux sociaux, emportant l’adhésion quasi unanime. Elle est belle… Trop belle l’image de cette scène trop bien montée, cette omniprésence à toutes les manifestations à travers l’Europe, ces invitations dans les cénacles les plus fermés, jusqu’à l’Élysée ? On ne peut s’empêcher de soupçonner que tout cela est trop bien ficelé, trop efficace, pour ne pas être une forme de manipulation.

La mystification Greta Thunberg est un coup monté et un conte pour enfants. « Greta symbolise moins la fragile innocence d’enfants sacrifiés par l’inconséquence des hommes que l’impasse dans laquelle nous mène l’activisme climatique. L’effet des activités humaines sur le climat est un problème complexe qui ne supporte pas les réponses simplistes. Derrière la jeune fille, il n’y a que le sempiternel et puissant lobby de la décroissance verte. L’habileté à communiquer, l’utilisation des règles de notre société du buzz, les slogans-chocs : tout cela signe une stratégie très élaborée qui n’a rien de la croisade des enfants qu’on veut imposer.

Avec les prophéties les plus apocalyptiques et le catéchisme de la peur habituel chez les activistes du terrorisme climatique, « ils ont peint en vert les habits rouges de la terreur des révolutionnaires communistes :

« Nous exigeons de diviser par quatre notre consommation énergétique d’ici à 2050, une transition vers 100 % d’énergies renouvelables produites de manière décentralisée et la fin du nucléaire pour 2030 ».

Isabelle Attard : « Le capitalisme vert utilise Greta Thunberg ». Bientôt, on ira à la maternelle demander l’avis des enfants sur l’avenir de la planète. Qui peut croire que Greta Thunberg ait converti, à 9 ans, ses parents à l’écologie ? Suite à l’intervention très médiatisée de Greta, les étudiants du monde entier font grève contre le réchauffement ! Cette histoire paraît juteuse et « des millions de dollars » ont déjà été levés. Ce qui n’empêche pas de poser un regard attendri sur la jeune militante écologiste suédoise Greta Thunberg.

« Depuis cinq mois, la jeune suédoise, autiste Asperger de 16 ans, se retrouve sous les projecteurs médiatiques du monde entier. Elle fait la grève de l’école pour se faire entendre. Il s’agit pour elle de passer un message aux milliardaires, aux décideurs politiques, à Davos, afin qu’ils respectent leurs engagements sur le climat. Son dernier discours a ému quasiment tous les militants écologistes de la planète : « Je ne veux pas que vous soyez désespérés, je veux que vous paniquiez. Je veux que vous ressentiez « la peur qui m’habite » chaque jour et que vous agissiez, comme s’il y avait le feu, parce que c’est le cas. […] Il y a encore une petite chance de stopper les émissions de gaz à effet de serre afin d’éviter des souffrances pour une grande partie de la population de la planète. » Derrière ces moments forts, l’envers du conte de fées, un petit génie suédois des public-relations, Ingmar Rentzhog avec : « Greta Thunberg en grève devant le Parlement suédois. »

« La belle histoire de Greta Thunberg a été programmée par une famille de milliardaires qui investit et qui embauche Ingmar Rentzhog dans un Think Tank pour développer les thèmes de la croissance verte, de l’économie circulaire ($$$) ». Alors, chercher la fraude ! (librement adapté de Isabelle Attard).

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

« Tout a été finement programmé. Peu de place au hasard dans la rencontre à Stockholm sur le trottoir devant le Parlement entre Ingmar et Greta. La start-up We Don’t Have Time (Nous n’avons pas le temps) a l’ambition de créer un réseau social de plus de 100 millions de membres, qui influencera les hommes et femmes politiques et les chefs d’entreprise pour qu’ils agissent davantage contre le réchauffement climatique.

« Parmi les actionnaires de la start-up, on trouve les membres de deux familles interconnectées : les Persson, enfants du milliardaire Sven Olof Persson, qui a fait fortune, entre autres, dans la vente de voitures (Bilbolaget Nord AB) et les Rentzhog. Les deux familles d’investisseurs n’ont aucun lien avec l’écologie !

« Ce sont des spécialistes de la finance alliés pour promouvoir la croissance verte : « Sauver la planète tout en maintenant les profits de la croissance économique et en réclamant encore plus de mondialisation ! »

Entrée en scène de Claude Askolovitch, l’homme de gauche qui veut sortir Jeanne d’Arc des livres d’histoire ! Askolovitch, c’est aussi le porte-voix de cette gauche retranchée dans sa bien-pensance (le Salon beige). Claude Askolovitch est attaqué par Martine Gozlan dans Marianne : « On croit rêver, c’est à crever. La haine crève l’écran et ils ne veulent pas la voir ». Le règne de Patrick Cohen sur la Matinale de France Inter s’affichait comme clairement idéologique. La revue de presse caricaturale de Claude Askolovitch en est une sorte de symbole. Avec Claude Askolovitch, parti pris partisan partout, neutralité journalistique nulle part.

Askolovitch se lâche sur Slate : « Mais pourquoi Pascal Bruckner déteste-t-il Greta Thunberg ? » Le philosophe ne sait rien de Greta Thunberg, sinon qu’elle mérite d’être bousculée et qu’elle doit être châtiée.

« Pascal Bruckner, écrivain et philosophe français, vient d’insulter (???) dans les termes les plus vils  (???) une adolescente dont il réprouve la célébrité (???). Cette vilénie (???) nous renseigne sur l’inconscience de nos réactionnaires. (???) Greta Thunberg, cette jeune Suédoise incarne depuis plusieurs mois une révolte (manipulée et instrumentalisée par les milliardaires de la croissance verte) des enfants contre la catastrophe climatique en cours (???), inspire les grèves lycéennes pour la planète et interpelle. (???)

Le grand inquisiteur Askolovitch condamne sur Slate : « La vindicte et la méchanceté ». On a beaucoup et bien raconté son histoire, celle d’une enfant différente, autiste Asperger, qui ressentait la souffrance de la Terre avant d’entrer dans le combat, libérée des inhibitions de son âge. Elle même, parfois joliment, (mais qui) parle et (qui) écrit pour elle ? Et aussi de l’autisme, qui n’est pas un don, écrivait-elle, mais qui fut, après les souffrances, son « super-pouvoir ». (???) C’est parce qu’elle était différente (???) qu’elle osa s’engager… (???)

Askolovitch continue sur Slate : « Pascal Bruckner ne l’aime pas ». Sur le site Figaro Vox, il « pourfend » Greta et ce qui l’entoure. (???) Elle incarne cette « corruption de la démocratie » prophétisée jadis par Platon, quand dans une « inversion des hiérarchies » les vieillards se mettent à suivre les enfants. Nous subissons, par Greta, « la propagande de l’infantilisme climatique ». Et « Bruckner, la vilenie est ici », retient contre l’adolescente son handicap comme son apparence : « Outre son Asperger qu’elle affiche comme un titre de noblesse, son visage terriblement angoissant semble dire, si vous ne le faites pas pour la planète, faites-le pour moi. »

Askolovitch : « Soupèse-t-on la vindicte ? Saisit-on cette méchanceté ? Il ne s’agit plus de fustiger un emballement médiatique et politique, de regretter l’embrigadement de la jeunesse dans les luttes des adultes.

Askolovitch méprisant sur Slate : « Pascal Bruckner est une banalité septuagénaire. En 1983, dans un livre, Le sanglot de l’homme blanc, il décréta obsolètes et nuisibles nos culpabilités envers les peuples jadis colonisés, autant de manifestations perverses de la haine de soi (de la gauche bourgeoise bien-pensante).

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Le grand inquisiteur Askolovitch condamne sur Slate : « Bruckner a de la plume, même si l’Académie « se refuse encore à lui », lui qui a adoubé son vieux copain Alain Finkielkraut. Pascal Bruckner a la polémique jouissive sur moult médias et les pages opinions du Figaro et leur déclinaison internet, le Vox.

« Ceci n’est pas indifférent : « ces pages où campent Zemmour, Rioufol » (ceux pour qui Askolovitch le porte-voix médiocre de la gauche bobo bien-pensante éprouve seulement vilenie, haine et mépris !).

« L’idéologue n’a que faire de la dignité d’une fille, de l’honneur d’une personne handicapée. (???)

« Bruckner entre en guerre, il connait cela. Il bouscule alors Greta Thunberg, c’est le prix de la guerre.

Askolovitch en plein délire sur Slate : « Bruckner aime avilir l’ennemi. » (Pas toi, Askolovitch ?) La vérité n’est pas le sujet. Thunberg agace suffisamment nos coteries réactionnaires pour qu’il soit inutile de se gâcher l’ire dans un excès de précision. Causeur s’est fait un devoir d’informer en déclarant qu’elle était « une petite fille éteinte, sans passion, manipulée par des gens inquiétants ». Les haines d’Askolovitch con/vergent !

Laurent Alexandre qualifiait dans l’Express de « coup médiatique » la jeune Greta Thunberg au service des « ayatollahs éco-catastrophistes » (en réalité les milliardaires de la « profitation » de la croissance verte !).

Askolovitch encore en plein délire sur Slate : « Pascal Bruckner s’alarme que l’on entende et respecte les jeunes (que les médias manipulent sans honte), quand ces jeunes marchent pour le climat. L’autisme de Greta, quand Pascal Bruckner le considère, est son voile (???), son gilet jaune (???), son étrangeté (???). Nous vivons un temps où, pour les vigies de l’ordre mental, l’étrangeté est une circonstance aggravante. »

Francesca de Villasmundo MPI : « Même le pape François bénit Greta et sa grève pour le climat ». Il fallait s’y attendre : François pape est à la remorque de toutes les idéologies contemporaines, spécialement celle imputant prétendument à l’activité humaine le changement climatique. À Rome, place Saint Pierre, l’icône des écologistes et environnementalistes financiers, petit pion entre les mains des lobbys écologistes et altermondialistes, la jeune activiste suédoise Greta était là. Celle qui s’est donné comme mission universelle d’imposer aux politiciens et gouvernements mondiaux sa lecture climato-fanatique. Greta ado-écolo-activiste est sortie de l’anonymat grâce à une campagne médiatique mondiale orchestrée par des décideurs mondiaux apatrides. C’est elle qui enjoint aux jeunes de sécher leurs cours scolaires, leur devoir d’état le plus basique, pour « faire grève pour le climat », incarnation de ce « jeunisme » (manipulé) qui se veut maître du monde.

Greta Thunberg était (mise en scène) à Rome pour remercier le pape François pour ses batailles qui depuis le début de son pontificat ont porté fréquemment sur « la défense du climat ». « Join the climate strike » (Rejoins la grève pour le climat) est le slogan écrit sur la pancarte que l’activiste a montrée au pape François, lorsqu’ils se sont rencontrés après l’audience générale de ce mercredi 17 avril. La jeune écologiste a révélé à son soutien, le quotidien suédois Dagens Nyheter, que le pape lui aurait dit : « Continue Greta. » En résumé l’hôte du Vatican accepte cet endoctrinement climato-correct, dont Greta est le symbole le plus frappant, auquel est soumise, à travers les médias du système, la jeunesse contemporaine, et cela dès le berceau !

« Le Saint-Père a encouragé Greta Thunberg dans sa lutte pour la défense de l’environnement » a dit à

l’Agence de presse Adnkronos, Alessandro Gisotti, le directeur par interim de la salle de presse du Vatican. »

Au total, la mise en scène de Greta Thunberg est manipulée par le lobby de la croissance verte.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz