Publié par Magali Marc le 29 avril 2019
Le caricaturiste portugais n’en était pas à son premier dessin antisémite

Il semble que la communauté juive américaine, déjà secouée par la tuerie, il y a six mois, dans une synagogue de Pittsburgh, par les réflexions antisémites de la députée Ilhan Omar, et dernièrement par la fusillade dans la synagogue de Poway, en Californie, découvre enfin que les gauchistes antisémites, alliés du Parti Démocrate, ne leur veulent pas du bien.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit cet article de *Ira Stoll publié par The Algemeiner le 27 avril et repris par le Jerusalem Post.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

******************

Des leaders de la communauté juive américaine rejettent les excuses du New York Times concernant une caricature « profondément antisémite»

Une importante organisation juive refuse d’accepter les excuses du New York Times pour la publication d’une caricature décrivant le premier ministre d’Israël comme un chien.

La caricature montrant le visage de Netanyahou avec des oreilles de chien et un corps de chien, une étoile juive bleue et une laisse tenue par un Donald Trump portant une kippa, a été publiée dans le New York Times International Edition le jeudi 25 avril.

Le 27 avril, le Times a déclaré qu’il publierait une «note du rédacteur en chef» dans l’édition internationale de lundi, disant : « Une caricature politique dans l’édition imprimée internationale du New York Times de jeudi comprenait des tropes antisémites, représentant le premier ministre d’Israël comme un chien guide arborant une Étoile de David dirigeant le président des États-Unis, portant une calotte. L’image était offensante, et c’était une erreur de jugement de la publier. Elle a été fournie par le New York Times News Service et le Syndicat, qui l’ont depuis supprimée

Le Comité juif américain a répondu au Times en envoyant un tweet disant que « Les excuses ne sont pas acceptées. Combien de rédacteurs en chef du NY Times ont regardé une caricature qui n’aurait pas semblé déplacée sur un site Web suprématiste blanc et pensaient qu’elle respectait les normes éditoriales du journal ? Qu’est-ce que cela dit de vos processus ou de vos décideurs ? Comment allez-vous remédier à ce problème? »

Le PDG du Comité juif américain, David Harris, a tweeté : « Le dessin est plus que choquant. Antisémite à l’extrême. Non, s’excuser n’est pas suffisant. Au contraire, le NY Times doit aux lecteurs une explication sur la façon dont cela s’est passé – après tout, la décision de l’imprimer impliquait plus d’une personne – et ce que cela dit de la vision qu’a le journal d’Israël et des Juifs

Harris n’a pas voulu laisser tomber la question et a continué avec un autre tweet : « Plus je pense à cette caricature du NY Times, plus je suis consterné. Alors que l’antisémitisme augmente….les synagogues sont attaquées et les Juifs tués…la démocratie israélienne est diabolisée…Et les institutions juives sont forcées de renforcer la sécurité…Le journal de référence jette de l’huile sur le feu ».

Dans le Jerusalem Post, Seth Frantzman écrit: « Je ne croyais pas que la caricature était réelle quand je l’ai vue pour la première fois. Beaucoup de mes collègues n’y croyaient pas non plus. J’ai passé toute la journée de samedi à essayer de trouver une copie papier….. Et puis je l’ai trouvée. Elle m’a regardé fixement : Cette image horrible d’un président américain aveugle, Donald Trump, avec une kippa conduite par un chien avec le visage du Premier ministre Benjamin Netanyahou. Pire, le chien portait une étoile de David comme collier. »

Selon Frantzman, « des excuses après coup pareil ne suffisent pas…. cette caricature n’était pas seulement un peu antisémite. …Elle était profondément antisémite. »

Je dirais respectueusement que quiconque est choqué ou surpris par la publication de cette caricature dans le Times n’a pas prêté attention aux thèmes et aux images anti-israéliens et anti-juifs que je documente depuis plus de trois ans maintenant dans l’Algemeiner.
Parmi les problèmes les plus flagrants :

  • Le Times a publié et attribué un ruban d’or « Choix du NYT» à un commentaire de lecteur décrivant Netanyahou comme un «voyou parasite» qui « aime contrôler le Congrès américain ».
  • Le Times a par la suite supprimé le commentaire et a prétendu que la publication avait été une erreur – la même stratégie qu’il essaie de nouveau avec cette caricature.
  • Le Times a publié un éditorial qui accusait des milliardaires juifs d’essayer d’entraîner l’Amérique dans une guerre avec l’Iran.
  • Le Times a également accusé des Juifs religieux et des écoles juives d’avoir propagé la rougeole, tout en ignorant les éclosions d’oreillons dans des institutions non juives telles que la Temple University et l’Indiana University.
  • Le Times a également consacré beaucoup d’espace et de ressources d’enquête à la promotion d’une accusation non fondée selon laquelle des soldats israéliens auraient commis un crime de guerre.
  • Et le journal a applaudi les efforts des ennemis d’Israël afin d’imposer un boycott à Israël.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source:

*Ira Stoll était rédacteur en chef de The Forward et rédacteur en chef nord-américain du Jerusalem Post. Ses critiques des médias sont publiées régulièrement par The Algemeiner.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz