Publié par Gaia - Dreuz le 9 avril 2019

Source : Rtl

Deux hommes âgés de 20 ans qui projetaient d’attaquer une école maternelle et des policiers ont été mis en examen à Paris, a-t-on appris mercredi 3 avril.

Deux hommes, nés en 1998, ont été interpellés en Seine-et-Marne et placés en garde à vue le 25 mars 2019, indique le parquet de Paris mercredi 3 avril. Ils ont été mis en examen pour avoir projeté d’attaquer une école maternelle et des policiers.

À l’issue de leur garde à vue, les deux suspects ont été déférés et présentés à un juge d’instruction dans le cadre d’une information judiciaire ouverte le 29 mars. Ils ont été mis en examen du chef « d’association de malfaiteurs terroriste criminelle » et placés en détention provisoire conformément aux réquisitions du parquet.

L’un des deux individus, connu de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), est considéré comme le principal auteur de ce projet d’attentat. En garde à vue, il a reconnu les faits. Selon BFMTV, il a raconté avoir voulu entrer dans une école, s’en prendre physiquement aux enfants, puis les prendre en otages en attendant l’arrivée des policiers. Il avait ensuite prévu de tuer les membres des forces de l’ordre. 

Admirateur de Mohamed Merah

Interpellé à son domicile de Seine-et-Marne, le jeune homme a évoqué Mohamed Merah, considérant l’auteur des tueries de Toulouse et Montauban en 2012 comme son mentor. Selon une source proche de l’enquête, il présente « une très forte instabilité psychiatrique » et une « tendance suicidaire » qui aurait pu le pousser à passer à l’acte. Cependant, il n’a jamais été hospitalisé pour cela, selon nos informations. 

En garde à vue, il a mêlé des propos narcissiques, suicidaires et dépressifs, indique une source proche de l’enquête à RTL. Il a clairement émis l’intention de s’en prendre à des enfants, ce que les enquêteurs ont lié à des souffrances subies pendant l’enfance du suspect. 

Un profil atypique

L’homme présente un profil troublant. Il était en effet surveillé depuis 2015 par la DGSI pour avoir manifesté son attirance pour une forme d’islam radical. Il s’en était ensuite éloigné et les services de renseignement n’avaient plus détecté de contact avec les mouvances jihadistes ou salafistes. Inscrit malgré tout par précaution au fichier FSPRT (Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste) en 2017, il a été arrêté en raison de son passage à l’acte imminent et non pas pour radicalisation.

C’est lorsqu’il a commencé à vouloir se procurer des armes il y a quelques jours que la justice a été saisie et que le parquet a décidé de son interpellation, a expliqué une source. « Il n’y a pas eu d’acte de préparation, pas de repérage« , a souligné une source proche de l’enquête, indiquant qu’il évoquait « ses projets à l’oral ». 

Le deuxième homme, l’un de ses amis, est moins impliqué. Il est soupçonné de complicité. 

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

12
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz