Publié par Albert Bertold le 13 avril 2019
Trump signe un ordre exécutif pour protéger la liberté d’expression des conservateurs dans les universités

Le Décodex affirme que Dreuz « diffuse un nombre significatif de fausses informations et/ou d’articles trompeurs ». Nous avons examiné de près les « preuves » qu’ils versent à leur dossier d’accusation. Les deux journalistes mentent.

Laurent et Sénécat ne sont pas neutres : ce sont des journalistes de gauche. Ils militent contre les médias qui ne sont pas d’accord avec eux, les médias de droite. Et ils détestent particulièrement Dreuz. Ils ne vont pas dire « nous détestons Dreuz, mettons-lui une pastille rouge dans le Décodex ». Alors ils nous ont inventé des Fake News.

En appui de leur condamnation, ils ont dressé une liste des 10 articles de Dreuz qui sont des Fake News.

Je suis allé les regarder de près. Ce sont des calomnies * : ils mentent sur Dreuz. Et ils le savent. Et je le démontre.

Voici les 10 références qui prouvent -selon le Décodex – que Dreuz publie des articles trompeurs :

  1. http://www.lexpress.fr/actualite/politique/wikistrike-quenelle-liberte-tv-dans-la-nebuleuse-des-sites-de-vraie-information_1628541.html
  2. http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/03/30/le-web-se-dechaine-contre-hollandouille-ier_3150860_823448.html
  3. http://www.francetvinfo.fr/decouverte/noel/non-les-enfants-d-une-ecole-de-montargis-ne-sont-pas-prives-de-pere-noel-a-cause-de-familles-musulmanes_772955.html
  4. http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/09/22/la-fausse-rumeur-des-7-millions-d-algeriens-en-france_5001751_4355770.html
  5. http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/05/10/non-le-secours-islamique-britannique-n-est-pas-lie-au-djihadisme-international_4916991_4355770.html
  6. https://crosscheck.firstdraftnews.com/checked-french/fiche-s-supremaciste-blanc-rumeurs-tireur-grasse/
  7. http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/11/16/la-fausse-histoire-du-sapin-de-noel-massacre-par-des-musulmans_5032248_4355770.html
  8. http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/05/04/emmanuel-macron-premiere-victime-des-intox-pendant-la-campagne-presidentielle_5122337_4355770.html
  9. http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/10/02/las-vegas-comment-l-alt-right-a-jete-en-pature-le-nom-d-un-homme-qui-n-etait-pas-le-tireur_5195040_4355770.html
  10. http:/www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/12/14/intox-sur-des-patients-algeriens-soig

Nous avons analysé les « preuves », et elles prouvent … que nous ne diffusons pas de fausses informations.

  • L’auteur du papier est … Adrien Sénécat, qui m’avait interviewé. La seule mention de Dreuz de tout l’article est ma réponse :

Nous serons ravis de vous répondre quand les journalistes auront renoncé à la pensée unique. Rendez-vous dans cinquante ans, ironise André Bertold de Dreuz.info, un site proche de l’extrême droite ».

Quelle est la fausse information de Dreuz ?

Vous pouvez la chercher dans l’article, vous ne la trouverez pas. Aucun fait ne nous est reproché. Aucune Fake News. C’est un article d’opinion, signé pour l’Express par l’un des rédacteurs du Décodex. Qui écrit que Dreuz est « proche de l’extrême droite ».

Je passe sur le fait que c’est une fausse information, car Dreuz n’est pas proche de l’extrême droite, et pour tout dire, nous sommes très éloignés de leurs thèses. Pour Sénécat donc, être proche de l’extrême droite est synonyme de diffuser des fausses informations. On ne peut pas rêver d’aveu plus explicite que le Décodex est un outil politique contre l’extrême droite.

2


La seconde « preuve » … ne présente aucune preuve

  • Tiens, cette fois, l’article est signé … Samuel Laurent ! Quelle info non sourcée avons-nous diffusée ? De quelle Fake News nous sommes-nous rendons coupables ? Réponse : aucune. Rien.

Samuel Laurent écrit : « Autre vivier, certains sites d’une droite assumée, parfois proche des extrêmes, déjà existants (comme Dreuz. info ou Nouvelles de France) »

Ainsi, comme Adrien Sénécat, Samuel Laurent considère que le simple fait de faire partie de la « droite assumée » nous classe en site de fausse information. Educatif.

3


les enfants de Montargis privés de père Noël.

Cette fois, le Décodex pointe vers un article de France Info du 16 décembre 2015 qui affirme : « Non, une école de Montargis n’est pas privée de père Noël à cause des musulmans » et assure que c’est une rumeur, que Dreuz a reprise.

  • Ce que le Décodex ne dit pas, et pourtant les malhonnêtes Sénécat et Laurent l’ont lu, c’est qu’au 2e paragraphe, France Info reconnaît que la fausse rumeur a été lancée par … La République du Centre, Le Parisien, et … France info lui-même le 5 décembre 2012.

L’article dit (1) :

La visite du père Noël à l’école reprogrammée après une polémique. La maternelle du Grand-Clos invoque des problèmes financiers, certains parents d’élèves dénoncent la pression de familles musulmanes. L’annulation de cette animation destinée aux enfants avait provoqué une polémique, relayée mercredi 5 décembre par plusieurs médias, dont le quotidien régional La République du Centre et Le Parisien.

(1) Francetvinfo

Si maintenant, reprendre Le Parisien et France Info, c’est diffuser des fausses rumeurs, qui doit figurer sur le banc des accusés ?

  • Il est donc reproché à Dreuz d’avoir repris une information publiée dans trois médias : La République du Centre, Le Parisien, et France Info.
  • Et si Dreuz diffuse de fausses informations publiées par ces médias, pourquoi ne sont-ils pas, eux, pointés du doigt par le Décodex ?
  • Mais il y a pire. En réalité, France info, dans l’article cité par le Décodex pour prouver notre mauvaise fois, a supprimé les témoignages de parents et de la directrice de l’école qu’il avait publiés dans son article précédent, lesquels témoignages confirment la pression des familles musulmanes.
  • Heureusement, Dreuz avait conservé des copies d’écran de RTL et du Parisien. Les voici, avec les témoignages surlignés :
Le Parisien, 10 décembre 2015
Courrier de la directrice, supprimé du dernier article de France info
Copie d’écran du site de RTL

4


La fausse rumeur des « 7 millions d’Algériens en France »

L’histoire est partie d’un sondage commandé à l’IFOP et publié par Le JDD, qui conclut qu’il y aurait 3 millions de musulmans en France. Et « cette étude n’a pas été du goût d’internautes et de sites d’extrême droite » dit Sénécat.

Avant d’entrer dans le fond, notons ce que le fourbe Sénécat ne dit pas : 70% des Français pensent qu’il y a trop d’immigrés. La ligne de rupture est très établie entre les extrémistes du Monde, et le consensus qu’il y a trop de musulmans en France. Aussi, les uns se méfient à juste raison des autres qui minimisent les chiffres pour faire croire que les premiers sont xénophobes, qu’ils « voient des Arabes partout ».

Sur le fond, Dreuz cite le site France-Algérie, qui relayait, en février 2015, des propos prêtés à Bernard Emié, ambassadeur de France en Algérie, et affirmait qu’il y a 7 millions d’Algériens en France. L’ambassade a démenti, et déclaré que l’ambassadeur n’a jamais dit cela.

On ne peut pas exclure que les propos prêtés par le site France-Algérie à l’ambassadeur aient été inventés. Cependant, les chiffres avancés sont plus proche de la réalité que ceux, totalement fantaisistes, de l’IFOP.

Le Pew Research center, qui a une réputation de sérieux irréprochable chez nous aux Etats-Unis, arrivait à des chiffres très proches de ceux que l’ambassadeur aurait avancé : 8,8% de la population française, soit près de 6 millions.

Fausse information de Dreuz ? Fausse d’un million, mais beaucoup moins fausse que celle de l’IFOP, qui divise par deux le chiffre de Pew, et qui ne reçoit les flèches scélérates de Sénécat.

5


 » le secours islamique britannique n’est pas lié au jihadisme international » – Vraiment ?

Les deux gogos du Décodex ont eu tort de croiser le fer avec nous sur un sujet qu’ils ne connaissent pas et pour lequel nous avons une grande expertise. Adrien Sénécat s’est engagé sur une planche glissante en affirmant, suite à notre article très documenté, que « L’ONG Islamic Relief (l’équivalent britannique du Secours islamique) est accusée, sans preuve, de lien avec le djihad.

Car des preuves, solides, sérieuses, documentées, il n’en manque pas, mais Sénécat ne les connaît pas. Un gogo, ça ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnaît, et Sénécat est bien trop flemmard (ou trop emmanché ?) pour se renseigner. Et parce qu’il est incapable de consulter les sources que nous avons mentionnées, il nous accuse d’avoir publié un article trompeur.

  • Les deux seuls arguments de Sénécat, en défense de l’ONG sont :
    • « le rapport d’un cabinet d’audit commandé par Islamic Relief fin 2014 n’avait mis en évidence aucun lien avec le terrorisme », et
    • le fait que la fermeture par l’UBS de leur compte en Suisse serait « due à la méfiance de la banque face à ses activités dans des pays à risques, selon le directeur financier d’Islamic Relief« .

Sénécat oublie – comme c’est facile :

  • Que la banque UBS n’est pas la seule à avoir pris ses distances. Le Sunday Times a indiqué que HSBC, en janvier 2016, a fermé les comptes de l’ONG lorsque la banque acquit les preuves que les fonds « humanitaires » d’Islamic Relief pouvaient servir à financer le terrorisme.
  • Sénécat ne semble pas savoir que le 15 novembre 2014, le Times londonien rapportait que les Emirats avaient placé Islamic Relief sur la liste des organisations terroristes.
  • Ni qu’en 2002, les services de sécurité de la Fédération russe ont accusé Islamic Relief de faire partie d’un réseau d’organisations radicales, et d’apporter un soutien financier aux terroristes de Tchétchénie.
  • Qu’en 2008, les comptes d’Islamic Relief International font apparaître un don de £13,437 de l’organisation yéménite Al-Eslah — une branche des Frères musulmans dont l’un des leaders est le Sheikh al-Zindani, que le gouvernement américain a désigné comme « Global Terrorist. »
  • Que le Président du conseil d’administration de la branche américaine d’Islamic Relief, Mohamed Amr Attaiwa, qui était sur la liste des Frères musulmans de Nouvelle Angleterre sur un annuaire téléphonique de 1991, a également été vice-président de la Muslim American Society, qui a été désignée par les procureurs fédéraux américains comme “le bras armé des Frères musulmans en Amérique.”
  • Qu’en 1999, Islamic Relief avait accepté un don de $50.000 d’Osama Bin Laden, rapporte le Center for Security Policy, par l’intermédiaire de l’ONG Human Concern International, qu’Osama bin Laden avait établie, selon son témoignage dans un quotidien égyptien en 1995, afin de financer l’autre organisation terroriste écran d’al-Qaeda, Blessed Relief.
  • Le Los Angeles Times confirma le don de $50,000 de Ben Laden à Islamic Relief.
  • En 2008, Human Concern fit un autre don de £25,000 à Islamic Relief.
  • Sénécat ne sait pas qu’Osama Ben laden, par l’intermédiaire de son ONG Human Concern, fonda la Global Relief Foundation. Ni qu’elle fut interdite et fermée par le gouvernement américain parce qu’elle finançait al-Qaeda. Sénécat ne sait pas non plus qu’elle avait des liens avec les talibans. Et surtout, l’imbécile de Sénécat qui ne sait pas grand-chose, ne sait pas qu’en 2009, la fondation International Development and Relief Foundation, qui finançait la Global Relief Foundation de Ben Laden, fit un don de £200,000 à Islamic Relief.

Pauvre Sénécat, quand on ne sait pas, on se tait. Surtout que je n’ai pas fini…

  • Sur ses comptes de 2004, 2007 et 2009, Islamic Relief International indique avoir reçu des dons de plusieurs dizaines de milliers de Livres Sterling de la Charitable Society for Social Welfare [CSSW], fondée par un terroriste d’Al Qaeda ainsi qu’un loyaliste de Bin Laden, Abdul Majeed Al-Zindani. (Source Washington Post)
  • Et cerise sur le gâteau, notons que parmi les invités des conférences d’Islamic Relief s’est trouvé :
    • le Dr. Muzammil Siddiqi, président de l’Islamic Society of North America (ISNA), co-conspirateur accusé dans le procès de 2007 de la Holy Land Foundation for Relief and Development pour son soutien au Hamas.
    • Suhaib Webb, l’ex-Imam de la société islamique de Boston, liée aux attentats du Marathon de Boston, ou encore,
    • l’Imam Siraj Wahaj, reconnu comme un des complices non inculpés des attentats de 1993 du World Trade Center.

Quant à l’argument frelaté de Sénécat sur le cabinet d’audit qui aurait certifié les comptes d’Islamic Relief, un journaliste sérieux ne recopie jamais les communiqués de presse d’une organisation accusée de terrorisme, c’est la base du métier, sans quoi, on usurpe son titre de journaliste.

Voilà ce que le très sérieux NGO Monitor,
un ami de Dreuz.info, conclut de son étude
sur Islamic Relief IRW (Secours islamique britannique) :

 » les informations fournies par IRW concernant son audit interne sont insuffisantes et ne permettent pas d’établir la véracité de ce qu’elle affirme. Les conclusions de l’audit sont impossibles à vérifier, et elles montrent une sérieuse absence de transparence.
Elle n’a pas publié le rapport complet de son audit, et n’a même pas révélé le nom de la société qui a conduit l’audit.
Le public est donc incapable de vérifier l’étendue de l’audit, ou d’analyser la méthodologie et les process par lesquels l’audit est arrivé à ses conclusions et ses résultats ».

Sur Islamic Relief, je crois sans exagérer que le petit Sénécat se fait clouer le bec. Et qu’il est bien mal placé pour nous dire que l’accusation est fausse.

6

Fusillade au lycée Alexis-de-Tocqueville

Le coupable s’appelait Kylian B., 17 ans, fils d’un élu. Nous avions rapporté qu’il était musulman, ce qui était inexact. Dreuz s’est totalement loupé et mérite le label rouge du Décodex.

Quoi que… attendez … que vois-je, quelques minutes après le premier Tweet (qui a été immédiatement supprimé) :

Al les voyous ! Le site Crosscheck qui nous accuse de diffuser des rumeurs ne dit pas que le premier tweet a été supprimé, et qu’un autre a été publié dans les minutes qui ont suivi.

Comment peut-on être assez malhonnête pour accuser Dreuz de diffuser des rumeurs, si nous nous donnons la peine de les faire taire quelques minutes plus tard, après avoir observé notre erreur de bonne foi ?

Conclusion

Je m’arrête là. Le reste est de la même veine. Les Décodeurs ne sont pas là pour vérifier les fausses informations, mais pour tenter de reprendre le contrôle sur l’information.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Albert Bertold pour Dreuz.info.

*Vous me direz : « pourquoi ne les poursuivez-vous pas en justice ? ». Je vous rappelle que nous sommes un site américain, que la liberté d’expression est inscrite dans la Constitution, et que les gens ont la liberté de dire ce qu’ils veulent. Nous n’avons pas de censure pour « incitation à la haine », ce fourre-tout qui permet de censurer à peu près n’importe quoi. C’est quelques fois difficile, mais c’est un petit prix à payer pour vivre dans une grande démocratie.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

20
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz