Quantcast
FLASH
[17/09/2019] Election Israël: Le taux de participation en Judée Samarie serait faible  |  Election Israël: 1er ministre palestinien: « la différence entre Bibi et Gantz, c’est comme Pepsi et Coke »  |  Election Israël: 70% des résultats sont déjà comptés. Premiers chiffres à 22h (21h française)  |  Election Israël: le comité électoral a épinglé le parti de Gantz, de Netanyahou et de Shas pour diverses fraudes électorales  |  Election Israël: « Bibi est nazi » en grafitti sur le bord de mer à Tel Aviv  |  Election Israël: Les bureaux de vote des prisons ont fermé, avec un taux de participation de 70%  |  Election Israël: Le comité électoral a ordonné à Facebook de réactiver le chat de la page officielle de Netanyahou, qui l’a fermé sous pression des gauchistes  |  Election Israël: Un homme de 27 ans arrêté par la police pour avoir écrit des propos haineux contre Netanyahu à Tel Aviv  |  Election Israël: plus de 20 suspects arrêtés et 69 dossiers d’enquête ouverts pour des délits liés à l’élection  |  Election Israël: Le parti à prédominance arabe « Liste commune » minimise l’augmentation du taux de participation arabe  |  Election Israël: Selon Haaretz (ce qui veut dire que ce n’est pas forcément vrai), Facebook a fermé des faux comptes encourageant les Arabes à ne pas voter  |  Election Israël: Fraude électorale : des bureaux de vote de quartiers arabes ont été temporairement fermés ce mardi matin  |  Election Israël: Selon le Jerusalem Post, Netanyahou envisageait de repousser les élections par crainte d’une nouvelle guerre avec Gaza  |  Election Israël: A 18h, le taux de participation est de 53.3% (contre 52% en avril)  |  Election israélienne : des militants de gauche ont organisé des bus pour les bédouins, en violation de la loi électorale  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Magali Marc le 15 mai 2019

Après l’attentat terroriste perpétré au Sri Lanka en avril dernier, le premier ministre, Justin Trudeau a dit que « Le Canada condamne fermement ces attentats haineux perpétrés dans des hôtels et contre des Chrétiens lors de la prière dans les églises. Les lieux de culte sont sacrés, et tous devraient y être en sécurité. Personne ne devrait être ciblé en raison de ses croyances.» Mais il s’est bien gardé de prononcer les mots « djihad » ou « terroristes islamiques ».

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit cet éditorial du Comité de rédaction du Toronto Sun, paru le 13 mai.


Trudeau doit cesser de se plier au politiquement correct et lutter contre le terrorisme

Quand le premier ministre Justin Trudeau va-t-il faire passer la sécurité des Canadiens avant le politiquement correct, la politique identitaire et le léchage de bottes sur la question du terrorisme mondial ?
Au cours des derniers mois, à cause du lobbying constant de certains membres des minorités, le gouvernement Trudeau a supprimé rétroactivement toute référence à l’extrémisme sikh, chiite, sunnite et islamiste du Rapport public de 2018 concernant la menace terroriste au Canada.

Nous lisons à présent dans le National Post que quelques jours avant sa visite officielle en Inde au début de 2018, des représentants canadiens ont exhorté la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, d’assurer les responsables de la sécurité en Inde que « le Canada prend l’extrémisme sikh au sérieux et respecte la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Inde ».

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les notes de briefing de Mme Freeland, obtenues dans le cadre d’une demande d’accès à l’information, contenaient des paragraphes supplémentaires sur la façon dont le Canada réagissait au «terrorisme sikh» qui avaient été expurgés.

Malgré les efforts déployés pour améliorer les relations avec le gouvernement indien, qui s’était dit préoccupé par la mollesse du Canada face à l’extrémisme sikh, le voyage de Trudeau en Inde a été un fiasco.

L’une des raisons en est que Jaspal Atwal, reconnu coupable de tentative de meurtre sur la personne d’un ministre indien en 1986, a été invité à un événement du Parti Libéral lors de la visite de Trudeau.

L’ancien analyste du Service canadien du renseignement de sécurité, Phil Gurski, qui travaillait également à Sécurité publique du Canada, a été cité ce mois-ci par Global News qui décrivait les messages contradictoires du gouvernement Trudeau concernant l’extrémisme comme ressemblant à une comédie d’erreurs, « le politiquement correct et l’électoralisme devenu fou. L’incapacité de nommer une menace la rend plus difficile à identifier et à neutraliser. »

Ujjjal Dosanjh, ancien ministre libéral fédéral et premier ministre néo-démocrate de la Colombie-Britannique, un opposant de longue date à l’extrémisme sikh, a déclaré à Anthony Furey du Toronto Sun, le mois dernier, que la suppression de la référence à l’extrémisme sikh dans le rapport sur le terrorisme était « un cas extrême de démagogie politique de la part de M. Trudeau » qui « sape les efforts des services canadiens du renseignement ou du moins leur indépendance lorsqu’il s’agit d’identifier les menaces ».

Identifier les extrémismes sikh, sunnite, chiite et islamiste ne signifie pas que tous les sikhs et musulmans sont extrémistes, tout comme identifier les «suprématistes blancs» ne signifie pas que tous les blancs sont racistes.

Cela signifie que dans chacune de ces communautés, il y a une petite minorité prédisposée au terrorisme.
Pour les combattre efficacement, il faut les identifier comme telles.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : EDITORIAL: Stop pandering and fight terrorism

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz