Quantcast
Publié par Christian Larnet le 17 mai 2019

Le porte-parole du gouvernement britannique a déclaré que l’assimilation de l’islamophobie au racisme demande à être examinée.

Le Premier ministre britannique Theresa May a rejeté une définition de l’islamophobie choisie par un groupe parlementaire, parce qu’elle doit faire l’objet d’un « examen plus approfondi », a déclaré un porte-parole du gouvernement.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

La décision du gouvernement fait suite aux commentaires de la police britannique selon lesquels la définition risquait d’entraver son travail antiterroriste.

Le Groupe parlementaire multipartite sur les musulmans britanniques (APPG BM), composé de députés de toutes les tendances politiques, a été créé après l’attentat terroriste de Finsbury Park, qui a fait un mort parmi les musulmans à Londres.

Ce que conclut son rapport

L’islamophobie est enracinée dans le racisme et c’est un type de racisme qui cible l’expression musulmane ou sa perception. »

Les groupes musulmans ont massivement soutenu cette définition et la considèrent comme une mesure nécessaire pour contrer la montée de la haine anti-musulmane au Royaume-Uni. Ils ne proposent rien de concret pour contrer la montée terroriste islamique.

Bien que la définition ait été acceptée par les députés de l’opposition travailliste, de la gauche démocrate et conservatrice écossaise, la droite écossaise s’est fortement opposée aux affirmations selon lesquelles cela mettrait en danger le droit de critiquer l’Islam en tant que religion.

Le plus grand organisme musulman du Royaume-Uni, le Muslim Council of Britain (MCB), a déclaré que la décision du gouvernement de ne pas adopter la définition reflète un désintérêt pour le bien-être des musulmans.

Le rejet d’une définition de l’islamophobie qui a le soutien de 750 organisations musulmanes britanniques et qui a été largement acceptée par les partis politiques envoie le message que ce gouvernement n’est pas intéressé par la protection des droits des musulmans britanniques et que le droit fondamental des musulmans de définir leur propre oppression a été nié, » a déclaré un porte-parole du MCB à TRT World, ajoutant :

« De plus, ceux qui choisissent d’épouser un sentiment islamophobe se sentiront plus forts maintenant que leur droit à la discrimination contre les musulmans a été validé, alors que l’islamophobie structurelle reste incontestée.

Au cours des dernières années, le parti conservateur du premier ministre a fait l’objet de vives critiques pour sa position sur l’islamophobie.

  • L’ancien ministre des Affaires étrangères Boris Johnson a comparé les femmes musulmanes qui portaient le niqab à des boîtes aux lettres.
  • L’ancien candidat à la mairie de Londres en 2016, Zac Goldsmith, avait axé sa campagne en présentant son rival musulman et vainqueur final, Sadiq Khan, comme un « extrémiste caché dans un placard ».

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz