Quantcast
Publié par Christian Larnet le 24 mai 2019

Les services de renseignements indiens ont déposé une fiche d’inculpation pour recrutement de terroristes et confirme la présence d’ISIS en Inde.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Bien que l’État islamique du Jammu-et-Cachemire (ISJK) ait été considéré comme inspiré par ISIS, c’est la première fois que l’Agence nationale d’enquête (NIA) revendique l’existence d’un lien direct entre les deux groupes.

Pour la première fois, l’Agence nationale d’enquête a confirmé les liens de l’ISJK avec l’ISIS, organisation terroriste interdite basée en Asie occidentale.

Dans l’acte d’accusation qu’elle a déposé dans une affaire de terrorisme contre quatre membres de l’État islamique du Jammu-et-Cachemire (ISJK), la NIA a déclaré :

L’enquête a mis au jour une conspiration plus large de ces éléments terroristes qui propagent l’idéologie panislamique d’ISIS en recrutant et radicalisant des jeunes Cachemiris vers le Jihad et en prenant pour cibles les forces de sécurité ».

Les quatre accusés ont été inculpés dans le cadre d’une attaque perpétrée le 24 novembre dernier au centre d’accueil touristique de Srinagar. Le jour de l’attentat, la police avait arrêté trois membres présumés du groupe terroriste – Tahir Ahmad Khan, Haris Mushtaq Khan et Asif Suhail Nadaf.

Au cours de la perquisition, deux pistolets, 14 balles réelles et trois grenades à main ont été retrouvés en leur possession ainsi qu’un drapeau ISIS. L’affaire a été reprise par la NIA le 13 décembre 2018 « , précise la déclaration de la NIA.

Après avoir pris en charge l’affaire, la NIA a arrêté un autre accusé, Asif Majid Khan, qui aurait été impliqué dans « l’hébergement d’autres coaccusés ».

Selon l’agence, trois autres personnes – Ishfaq Ahmad Sofi, Pervez Ahmad Bhat et Asif Nazir Dar – ont participé au complot, mais elles ont été tuées au cours de rencontres.

Cyber-terrorisme

Ce jeudi, la police du Karnataka a confirmé une attaque informatique sur son site par un groupe Pro-ISIS.

Un groupe de pirates informatiques islamiques (IS), l’armée de la cyber vengeance, a fait tomber le site Web de la police dans l’État du Karnataka, au sud de l’Inde, le 21 mai, déclarant une « cyberguerre », a rapporté un responsable de la police.

C’est le début de notre cyberguerre contre vous, infidèles, et ce piratage est en représailles pour les soldats de Daesh et leurs soutiens tués », peut-on lire sur le site avant sa restauration.

Quelques heures plus tard, le site a été restauré, a ajouté un fonctionnaire de la police du Karnataka.

Même si le monde arrivait à totalement se débarrasser d’ISIS, Al Qaïda, Al-Shabaad, le Hezbollah, le Hamas, le Fatah, le Jihad islamique et Boko Haram, peu aurait été accompli du fait que l’éradication de ces groupes terroristes ne touche en rien à la racine du mal : le coran et les hadith.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz