Quantcast
FLASH
[14/07/2019] L’aviation militaire aérienne israélienne serait en opération entre le Liban et la frontière avec la Syrie  |  Paris: violences sur les Champs-Élysées. Les forces de l’ordre semblent en difficulté face aux casseurs – qui sont toujours les mêmes genre de racailles  |  #Trump dépasse Reagan ! 94 % de popularité au sein du Parti républicain, un record historique. Ronald Reagan était de 87 %  |  [13/07/2019] Médias : « Alex Acosta doit démissionner! ». Acosta a démissionné. Médias : « il n’y a pas de Latinos dans l’Administration #Trump! »  |  [12/07/2019] Nihiliste. Miley Cyrus dit qu’elle n’aura pas d’enfants parce que « la terre est en colère »  |  Les Démocrates ont mis sur Twitter une photo d’enfants migrants en cage pour tenter de blâmer Trump sur la crise frontalière. Problème : la photo a été prise sous l’administration Obama-Biden !  |  [08/07/2019] Alerte danger Iran: Les forces navales de la coalition ont déjoué une tentative d’attaque contre un navire commercial en mer Rouge par un groupe Houthi financé par l’Iran  |  [07/07/2019] Le premier candidat gay à la présidence tunisienne, Mounir Baatour, a déclaré: «Je vous ai dit que la normalisation [avec Israël] n’était pas une trahison. La normalisation est dans l’intérêt de la Tunisie en termes d’économie et de relations internationales  |  Sondages de sortie des urnes en Grèce : le parti conservateur de la nouvelle démocratie remportera 40 % des suffrages, battant l’extrême gauche de Tsipras  |  [05/07/2019] L’Iran menace de saisir un pétrolier britannique après que les Royal Marines aient saisi un pétrolier iranien transportant du pétrole vers la Syrie  |  [04/07/2019] 6 terroristes recherchés ont été arrêtés durant la nuit dernière en Judée Samarie  |  [02/07/2019] Après avoir comparé les camps de migrants aux camps nazis, Edward Mosberg, survivant de l’Holocauste, demande qu’Ocasio-Cortez soit retirée du Congrès, et les médias refusent d’en parler  |  [01/07/2019] #Israël a mené sa plus grande vague de frappes sur des cibles liées à l’Iran en #Syrie depuis plusieurs mois – ciblant une base près de #Homs & ~10 installations à l’extérieur du #Damascus. + de 15 personnes ont été tuées  |  [29/06/2019] Kamala Harris lève plus de 2 millions de dollars en 24 heures après avoir fait entendre que Joe Biden est rac site durant le débat Démocrate  |  La république du Kosovo désigne le Hezbollah “organisation terroriste”  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Manuel Gomez le 25 mai 2019
1963. Face à Léon Zitrone, Alain Peyrefitte, Ministre de l’information

Suite à notre article d’hier, avec le témoignage de Jean-Pierre Chevènement, voici ce qui s’est réellement passé il y a un demi-siècle, en Algérie, ce que, peut-être, vous n’avez jamais su, car on s’est bien gardé de vous le dire.

En 1962, le gouvernement de la France était persuadé que les harkis, des Français musulmans, ne pourraient jamais s’intégrer à la société française.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Alain Peyrefitte, nommé ministre délégué chargé des Rapatriés, expliquait que l’arrivée des harkis en France n’était pas souhaitable car ils étaient trop nombreux, 1.100.000, selon lui, en tenant compte du coefficient familial appliqué aux familles musulmanes.

Cet afflux de réfugiés, disait-il, provoquerait un grave traumatisme et ôterait toute retenue à la bête hideuse du racisme, que la présence déjà de 400.000 musulmans en France n’était pas loin de lâcher.

Et de conclure : « Voulant être humain, on serait inhumain. »

Inhumain ! Le sort des harkis l’a été bien davantage qu’inhumain !

Sur ces 1.100.000 harkis et leurs familles, 50.000 ont pu être rapatriés entre 1962 et 1965 et c’est le premier ministre, Georges Pompidou, qui en avait pris l’initiative, le 19 septembre 1962.

40.000 environ ont pu regagner la France grâce à des filières clandestines, avec l’aide d’ex officiers des SAS (Section administrative spécialisée).

En réalité les harkis n’étaient pas les bienvenus sur le sol français et quand on sait comment ont été accueillis les Pieds Noirs on peut se douter de l’accueil qui leur a été réservé.

Le 16 mai 1962, Louis Joxe, ministre, se prononce devant le comité des affaires algériennes :

Il faut combattre une infiltration qui sous prétexte de bienfaisance aura pour effet de nous faire accueillir des éléments indésirables. »

Pierre Vidal-Naquet, historien et intellectuel nettement classé à gauche, n’a pas hésité à écrire : 

Les harkis se sont fait piéger par le général de Gaulle. Ils ont été abandonnés à leur sort. Les harkis étaient menacés et l’Etat français aurait dû les protéger, mais de Gaulle ne voulait pas qu’il y ait trop d’Algériens en France. Il est temps de reconnaître sa responsabilité dans ce qui s’est passé. »

Ce qui s’est passé serait trop long et trop affreux à décrire. En voici juste un bref aperçu :

  • Des massacres généralisés dans des villages entiers. Des milliers de harkis promenés habillés en femmes, nez, oreilles et lèvres coupés, émasculés, enterrés vivants dans de la chaux ou même du ciment, brûlés vifs à l’essence.

Et pas seulement des harkis, 5 maires musulmans et un conseiller général de l’arrondissement d’Akbou, qui avaient choisi la France, enterrés vivants, le 7 août 1962, leurs têtes hors du sol et recouvertes de miel. Une agonie qui dura plusieurs heures, les visages mangés par les abeilles et les mouches.

A quelques kilomètres de là, des harkis crucifiés sur des portes, d’autres nus et frappés au fouet en tirant des charrues ou les muscles arrachés avec des tenailles.

Selon le général Faivre, pourtant resté fidèle à De Gaulle, entre 50.000 et 70.000 Français musulmans auraient été tués en Algérie entre mars 62 et la fin des années 1966.

Et pendant ce temps-là l’armée française restait l’arme au pied sur ordre : « Il ne faut procéder en aucun cas à des opérations de recherche de harkis et de leurs familles dans les douars. »

Pierre Mesmer, ministre, a déclaré au magazine Le Point :

Au mois de juin 1962 j’ai demandé au général de Gaulle une intervention de l’armée à trois endroits différents pour faire cesser les exactions commises par le FLN. Le général m’a répondu « Il n’en est pas question. Vous n’allez pas recommencer la guerre d’Algérie ! » J’ai estimé qu’il avait raison. »

Tout est dit, n’est-ce-pas !

Il s’avère donc que dans les années 62/66 il était impensable que des Algériens puissent s’intégrer à la France, et ils n’étaient que 400.000 à l’époque.

Aujourd’hui ils sont 8 millions, et il en arrive tous les jours.

Non seulement ils s’intègrent parfaitement, paraît-il ! (Voir la toute récente pénétration en force de femmes en « burkinis » dans une piscine municipale de Grenoble, les prières de rues, les zones et les quartiers de « non droit » sous la protection de leurs dealers) mais en plus, et nous venons de l’apprendre grâce à la récente liste UDMF (Union des Démocrates Musulmans Français), ce sont eux qui « ont fait la France ».

De quoi nous plaignons-nous ?

Une question toute simple : y a-t-il des harkis, ou des descendants de harkis, dans leur liste ?

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz