Quantcast
FLASH
[15/11/2019] Cette nuit #Israël a bombardé les cibles terroristes du Jihad islamique en réponse aux dernières attaques de roquettes de #Gaza  |  [13/11/2019] Les partisans de Quaido envahissent l’ambassade du Venezuela au Brésil et annoncent la nomination d’un nouvel « ambassadeur »  |  Isère : 20 et 12 ans de prison requis contre le couple salafiste  |  #Israël/ #Gaza: la France condamne les tirs de roquettes terroristes sur l’Etat juif  |  #Israël : une roquette terroriste a percuté une maison d’Ashkélon, au sud du pays, lors du dernier tir de roquettes de #Gaza  |  L’armée de l’air israélienne vient de « BOUM » une escouade de terroristes du Jihad islamique qui tentaient de tirer des roquettes sur #Israël  |  Afghanistan: 7 morts dans l’explosion d’une voiture piégée près du ministère de l’intérieur à Kaboul  |  Après une nuit calme, les terroristes musulmans de Gaza ont tiré plusieurs roquettes sur des civils Israéliens du sud et de la région de Jérusalem #Gaza  |  [12/11/2019] Qui ? Le challenger de Trump, Mark Sanford quitte les primaires présidentielles du GOP  |  Les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa revendiquent la responsabilité d’attaques contre plusieurs sites près de la frontière #Gaza  |  Les FDI affirment que 190 roquettes ont été tirées depuis ce matin sur Israël. 50% sont tombées dans des espaces ouverts et le taux d’interception du Iron Dome est de 90%. #Israël #Gaza  |  Israël: Le ministre de la Défense Naftali Bennet a annoncé l’état d’urgence dans toutes les villes israéliennes à moins de 80 km de la frontière #Gaza. Ceci sera en vigueur pour les prochaines 48 heures  |  Journée de combats : Une roquette de Gaza frappe Kerem Shalom – Nouvelle vague d’attaques aériennes israéliennes de représailles sur #Gaza  |  Le Jihad islamique palestinien confirme la mort d’un autre de ses terroristes, Zaki Adnan Mohammed Ghannam. Il a été tué par une attaque aérienne des FDI aujourd’hui. #Gaza #Israël  |  L’armée israélienne affirme avoir attaqué des sites souterrains palestiniens du Djihad islamique pour le stockage et la production d’armes et un camp d’entraînement  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Mireille Vallette le 28 mai 2019

La prohibition de l’adoption, de même que l’interdiction d’épouser un non-musulman provoquent des discriminations difficilement acceptables dans les sociétés égalitaires. Récit et témoignage.

De nombreux musulmans crient aux discriminations religieuses dans nos pays, mais n’ont pas le moindre état d’âme envers celles qui s’exercent depuis 1400 ans au nom de leurs textes dans les pays musulmans. La Loi céleste est inscrite dans les lois humaines. 1) Des injustices que les services consulaires de nos sociétés respectent.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Amar Bouberguig, d’origine algérienne, est en Suisse depuis l’âge de 22 ans. Il est confronté à plusieurs de ces iniquités millénaires. «Mon épouse est américaine. Notre fille Tamia possédait les trois nationalités: suisse, algérienne et américaine. Elle a épousé un Suisse, et a reçu ses nouveaux passeports, suisse et américain. Mais pas l’algérien: l’Algérie refuse de reconnaitre son mariage, parce que son mari ne s’est pas converti à l’islam.»

«Et ne donnez pas d’épouses aux infidèles tant qu’ils n’auront pas la foi.» (Coran, S2, V221)

Vous le savez, le Coran, donc la charia, autorisent un musulman à épouser une femme non musulmane (juive ou chrétienne seulement), mais interdit à une femme musulmane d’épouser un non-musulman. Dans les pays arabo-musulmans, ce genre de mariage n’est simplement pas reconnu. Louer une chambre d’hôtel par exemple peut être refusé, car seul le mariage (musulman) autorise des relations sexuelles entre conjoints. De plus, la femme non-musulmane d’un mariage mixte ne peut hériter d’un musulman. Selon un analyste, «les oulémas musulmans sont unanimes pour dire que le non-musulman n’hérite pas d’un musulman. Par contre un musulman peut hériter d’un non-musulman.»1)

Dans nos sociétés, l’obligation de conversion est exigée par les pratiquants et leurs imams. Une femme qui transgresse risque d’être rejetée par sa famille et par sa communauté. Conséquence: pour pouvoir épouser l’élue, de très nombreux hommes se convertissent à la religion des soumis. Contraints et forcés.

L’adoption interdite

Une autre discrimination frappe la famille d’Amar: «Nous avons adopté un garçon en Algérie, alors qu’il n’avait que trois jours. Il avait été abandonné à la naissance par sa mère biologique. Il possède aujourd’hui la nationalité suisse, mais les autorités algériennes refusent de l’inscrire sur notre livret de famille. L’adoption est interdite par le droit islamique, elle est remplacée par un statut qui limite les droits de l’enfant.»

Cette discriminations qui perdure depuis Mahomet, a pourtant une origine extravagante: Allah a interdit l’adoption afin que Mahomet puisse légalement satisfaire son appétit sexuel.

Selon la tradition musulmane, Zaïd était le fils adoptif de Mahomet qui l’avait marié à Zaïnab. Lors d’une visite impromptue, le prophète aperçoit sa belle-fille légèrement vêtue et est foudroyé par sa beauté. Bien qu’il ait déjà quatre épouses et que le mariage avec la femme d’un enfant adoptif soit considéré comme un inceste, Zaynab est répudiée et Mahomet l’épouse. Pourtant, il avait lui-même déclaré: «Zaïd est mon fils, il hérite de moi et j’hérite de lui». Le désir du prophète lui fait ainsi récuser ces paroles, renier l’adoption de Zaïd et rétablir les liens du sang pour la filiation.

Les grands juristes de l’islam ne pouvaient remettre en question un comportement du saint prophète. C’est ainsi que depuis le VIIe siècle, l’adoption pleine et entière est interdite . Recueillir un orphelin ou un enfant abandonné est autorisé, mais ces enfants ne peuvent pas porter le nom de leurs «parents adoptifs», ni en hériter, ni figurer sur le livret de famille. Malgré quelques allégements, ce statut ne crée pas seulement des discriminations vis-à-vis des enfants, mais de nombreuses difficultés administratives aux «parents d’accueil» dans nos pays.2)

Amar Bouberguig: «Notre fils est exclu des droits que donne la filiation. Mon épouse étant américaine, notre fille et nos petits-enfants ont reçu la nationalité américaine. Mais notre fils adoptif n’y a pas droit, car il n’a pas les papiers algériens nécessaires. Ces enfants sont stigmatisés toute leur vie. Si le père de famille agit avec égalité et considère l’enfant sur le même pied que ses autres enfants biologiques, le Coran le traite de menteur.»

Deux exemples de versets confirmant l’interdiction:

«Il [Allah] n’a point fait de vos enfants adoptifs vos propres enfants. Ce sont des propos [qui sortent] de votre bouche. Mais Allah dit la vérité et c’est Lui qui met [l’homme] dans la bonne direction. » (Coran, S 33, V 4 )

«Appelez-les du nom de leurs pères: c’est plus équitable devant Allah. Mais si vous ne connaissez pas leurs pères, alors considérez-les comme vos frères en religion ou vos alliés.»[S33, V5].

Et deux hadiths:

«L’enfant qui se réclame d’un père autre que son père biologique, aura sur lui la malédiction d’Allah, des anges et de tous les êtres humains ». (Mouslim)

«Tout homme qui prétend sciemment être issu d’un autre père que le sien, relève de la mécréance.» (Al Bukhari et Mouslim)

Allah a-t-il à cette occasion pris conscience que devant une belle femme légèrement vêtue, un musulman ne peut résister… jusqu’à risquer de l’obliger à changer sa Loi? Toujours est-il que c’est durant le mariage de son prophète avec Zaïnab qu’il révèle le verset sur le voile. Et c’est ainsi que les femmes musulmanes doivent pour l’éternité aider les hommes à maitriser leur désir en dissimulant leur corps, des chevilles aux cheveux.

Au XXème siècle, dans leur 7ème session, les membres de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI) confirment cette touchante unanimité en votant une «charte» sur les droits de l’enfants en islam» : «L’enfant à filiation inconnue ou assimilé a droit à la prise en charge et à la protection, à l’exclusion de l’adoption». (art.VII)

Qu’en disent les intéressés?

Amar le Vaudois s’indigne que «les mosquées comme celles de l’Union Vaudoise des Associations Musulmanes, l’UVAM, enseignent ces discriminations dans le cadre de l’apprentissage, la mémorisation et la récitation du Coran» et soient néanmoins dans un processus de reconnaissance étatique. Il est révolté aussi que ces discriminations s’appliquent sur les terres démocratiques par le biais des consulats. La Commission fédérale contre le racisme (CFR) affirme pourtant dans son site que «l’interdiction de la discrimination en droit international public protège les individus contre toute distinction, exclusion, restriction ou préférence fondée sur la race, la couleur, l’ascendance ou l’origine nationale ou ethnique, qui a pour but ou pour effet de détruire ou de compromettre la reconnaissance, la jouissance ou l’exercice, dans des conditions d’égalité, des droits humains et des libertés fondamentales…»

Il a interpellé lors de débats publics des responsables musulmans de l’UVAM. Ces derniers ont fait mine de ne rien savoir, fidèles à leur vision totalement acritique de leur religion. Quant à la présidente de la CFR Martine Brunschwig Graf, elle a admis oralement ces discriminations.

Amar a aussi écrit à ce petit monde. Seule la Conseillère d’Etat Béatrice Métraux lui a répondu. A propos de l’application du droit de la famille par le consulat algérien: «Il ne m’est pas possible de prendre position face à un Etat souverain en la matière». Et par rapport à l’UVAM: «Une reconnaissance ne donne strictement aucun droit de déroger à l’ordre juridique suisse, notamment en matière de discrimination ou de racisme». L’État a cinq ans pour vérifier.

En Algérie, Amar Bouberguig a baigné corps et âme dans l’islam. Il a été brièvement mobilisé pour le conflit israélo-arabe de 1967. «J’ai grandi au milieu des moudjahidines, aujourd’hui appelés djihadistes. En 1967, pour moi comme pour mes amis, la guerre relevait du djihad que tout musulman doit mener dans le cadre de la guerre contre les juifs.»

Bénéficiaire d’une bourse scientifique, il est arrivé en Suisse en 1968 et y est resté. Il a vécu la «décennie noire» (1992-2001) dans l’angoisse pour sa famille en Algérie, et ces atrocités ont ébranlé ses certitudes. Il a peu à peu été convaincu que l’islam représente un grand danger pour les démocraties comme pour le monde musulman.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Mireille Vallette pour Dreuz.info.

1)Mustapha Oukacha: «La protection juridique des non-musulmans au Maghreb»
2) Long papier commenté sur le droit, les problèmes et les remèdes à ce statut. Les difficultés (regroupement familial, etc.) sont exclusivement attribuées à la France. Jamais à cette l’interdiction de la part du Maroc et de l’Algérie.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz