Quantcast
FLASH
[16/11/2019] C’est reparti. Les foules de Téhéran crient « Mort au Dictateur » et « Reza Shah repose en paix. »  |  Syrie : Une grosse explosion frappe un terminal de bus à Al-Bab sous contrôle turc. 10 civils auraient été tués, milices Kurdes soupçonnés  |  Regime répressif de Macron contre les Gilets Jaunes : 24 interpellations et plus de 2000 contrôles avant la manif de Paris  |  [15/11/2019] Cette nuit #Israël a bombardé les cibles terroristes du Jihad islamique en réponse aux dernières attaques de roquettes de #Gaza  |  [13/11/2019] Les partisans de Quaido envahissent l’ambassade du Venezuela au Brésil et annoncent la nomination d’un nouvel « ambassadeur »  |  Isère : 20 et 12 ans de prison requis contre le couple salafiste  |  #Israël/ #Gaza: la France condamne les tirs de roquettes terroristes sur l’Etat juif  |  #Israël : une roquette terroriste a percuté une maison d’Ashkélon, au sud du pays, lors du dernier tir de roquettes de #Gaza  |  L’armée de l’air israélienne vient de « BOUM » une escouade de terroristes du Jihad islamique qui tentaient de tirer des roquettes sur #Israël  |  Afghanistan: 7 morts dans l’explosion d’une voiture piégée près du ministère de l’intérieur à Kaboul  |  Après une nuit calme, les terroristes musulmans de Gaza ont tiré plusieurs roquettes sur des civils Israéliens du sud et de la région de Jérusalem #Gaza  |  [12/11/2019] Qui ? Le challenger de Trump, Mark Sanford quitte les primaires présidentielles du GOP  |  Les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa revendiquent la responsabilité d’attaques contre plusieurs sites près de la frontière #Gaza  |  Les FDI affirment que 190 roquettes ont été tirées depuis ce matin sur Israël. 50% sont tombées dans des espaces ouverts et le taux d’interception du Iron Dome est de 90%. #Israël #Gaza  |  Israël: Le ministre de la Défense Naftali Bennet a annoncé l’état d’urgence dans toutes les villes israéliennes à moins de 80 km de la frontière #Gaza. Ceci sera en vigueur pour les prochaines 48 heures  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 30 mai 2019

Lors d’une courte conférence de presse, qui a duré 9 minutes, l’enquêteur spécial sur la collusion de Trump avec la Russie a confirmé mot à mot les conclusions de son rapport : Trump n’est coupable d’aucun des crimes qui lui sont reprochés : pas de collusion avec la Russie pour voler l’élection de 2016, et pas d’obstruction à la justice.

La publication de son rapport, après deux ans d’enquête conduite par 19 avocats majoritairement pro-Hillary Clinton enragés contre le président Trump, a clairement indiqué que Robert Mueller a totalement échoué non seulement à trouver que Donald Trump aurait commis un crime, mais surtout à l’existence d’un crime.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

C’est ce que Robert Mueller a répété lors de sa conférence de presse, où il a annoncé qu’il refermait le dossier, qu’il fermait le bureau de l’enquête, qu’il ne souhaitait pas témoigner devant le Congrès car « tout ce qu’il dirait se trouve dans son rapport », et qu’il démissionnait et retournait à la vie civile.

Mueller a précisé, alors qu’il n’avait pas à le faire, que le ministre de la Justice William Barr s’est comporté de toute bonne foi dans la façon dont il a géré la publication de son rapport de 400 pages, coupant court aux accusations des journalistes et de la chef de file du parti Démocrate à la chambre, Nancy Pelosi, que Barr et Trump sont impliqués dans un « cover-up » une dissimulation des faits.

Cependant, Robert Mueller ne s’est pas contenté de préciser que le président est innocent. Il est allé plus loin, et a redonné vie aux Démocrates qui depuis longtemps veulent engager une procédure d’impeachment contre Trump, essentiellement parce qu’ils ne l’aiment pas, et qu’ils n’aiment pas sa politique.

Précisons qu’aucune preuve nouvelle – et cela aurait été bien surprenant après deux ans d’enquête – n’a été apportée durant cette curieuse conférence de presse, où Mueller a refusé de répondre aux questions des journalistes. Tout ce que nous avons appris de nouveau est :

  • Mueller ne veut pas témoigner devant le Congrès car tout est dans son rapport,
  • Il démissionne et retourne à la vie civile,
  • Le ministre de la Justice Bill Barr a été de parfaite bonne foi.

Et pourtant, immédiatement après la fin de sa conférence, les médias, plusieurs candidats Démocrates à la présidence, les membres Démocrates de commissions d’enquête du Congrès ont d’une seule voix appelé à déclencher une mesure d’impeachment contre Trump. Pourquoi ? Que s’est-il passé ?

Il s’est produit ce que j’appelle un « effet Comey inversé »

Vous vous souvenez peut-être qu’en juillet 2016, James Comey, alors directeur du FBI qui enquêtait sur l’affaire du serveur d’email privé qu’Hillary Clinton avait illégalement installé dans sa salle de bain et utilisé pour conduire les affaires de l’Etat, avait fait une conférence de presse. Il y faisait la liste des crimes et fautes pénales commis par la Secrétaire d’Etat, pour ensuite conclure qu’il ne recommandait pas de la poursuivre en justice, parce qu’à son avis, aucun procureur n’aurait retenu de charges contre elle.

Robert Mueller vient de faire exactement l’inverse.

Il a d’abord rappelé que Donald Trump n’a commis aucun crime, qu’il n’a pas conspiré avec les Russes pour remporter la présidence, et qu’il n’a pas fait obstruction à la justice.

Et dans un retournement digne du corrompu Comey, il en conclut avec une syntaxe parfaitement choisie que le Congrès peut engager des procédures pour faire destituer le président… pour des crimes qu’il n’a pas commis, et qui d’ailleurs n’existent pas !

Voilà ce que vous ne lirez pas dans les médias. Surpris ?

Vous ne lirez pas non plus dans les médias que l’enquête sur les coupables, au sein de l’Administration Obama, d’avoir fabriqué le hoax de la collusion russe, avance à grands pas, et que les ex-dirigeants de la CIA, du FBI et d’autres Services de renseignements de l’Administration Obama sont déjà en train de s’accuser mutuellement pour sauver leur peau…

Juste un dernier mot. Joe Biden, en tête de 20 points sur ses concurrents Démocrates pour la course à la présidentielle, est resté totalement silencieux sur l’impeachment : il sait que le retour de flamme serait violent, un désastre pour les Démocrates en 2020.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz