Quantcast
FLASH
[18/11/2019] Horrible nouvelle – La majorité des Américains ne veut pas de destitution, 76 % ne font pas confiance aux démocrates et croient que les médias font pression pour la destitution  |  [17/11/2019] La zone verte fortifiée de Bagdad, qui abrite des ambassades et des bâtiments gouvernementaux, a été touchée par une roquette. Pas de victime  |  Deux croix gammées ont été découvertes dans les toilettes d’une école du Maryland  |  Tout va mieux avec Macron : 7 Français sur 10 préfèrent avoir froid plutôt qu’allumer le chauffage  |  Netanyahou dimanche matin « Notre politique de sécurité n’a pas changé, pas même légèrement. Nous avons gardé toute notre liberté d’action et nous porterons atteinte à ceux qui veulent nous atteindre”  |  [16/11/2019] C’est reparti. Les foules de Téhéran crient « Mort au Dictateur » et « Reza Shah repose en paix. »  |  Syrie : Une grosse explosion frappe un terminal de bus à Al-Bab sous contrôle turc. 10 civils auraient été tués, milices Kurdes soupçonnés  |  Regime répressif de Macron contre les Gilets Jaunes : 24 interpellations et plus de 2000 contrôles avant la manif de Paris  |  [15/11/2019] Cette nuit #Israël a bombardé les cibles terroristes du Jihad islamique en réponse aux dernières attaques de roquettes de #Gaza  |  [13/11/2019] Les partisans de Quaido envahissent l’ambassade du Venezuela au Brésil et annoncent la nomination d’un nouvel « ambassadeur »  |  Isère : 20 et 12 ans de prison requis contre le couple salafiste  |  #Israël/ #Gaza: la France condamne les tirs de roquettes terroristes sur l’Etat juif  |  #Israël : une roquette terroriste a percuté une maison d’Ashkélon, au sud du pays, lors du dernier tir de roquettes de #Gaza  |  L’armée de l’air israélienne vient de « BOUM » une escouade de terroristes du Jihad islamique qui tentaient de tirer des roquettes sur #Israël  |  Afghanistan: 7 morts dans l’explosion d’une voiture piégée près du ministère de l’intérieur à Kaboul  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 1 juin 2019

Les titres de l’essentiel de la presse israélienne sont féroces, ceux de la presse européenne le sont tout autant. Seul le quotidien Israel Hayom en Israël se montre plus positif. Aux Etats-Unis, c’est quasiment la même chose.

Binyamin Netanyahou trouve peu de défenseurs. Il en a fort heureusement. Meyer Habib. Israel is Forever. Quelques commentateurs, dont Caroline Glick. 

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Il se trouve présenté de tous côtés comme un homme avide de pouvoir et désireux de rester en place à tout prix, comme un corrompu cherchant essentiellement à éviter la prison et prêt pour cela à toutes les vilenies et à toutes les compromissions. Avigdor Lieberman, qui est l’unique responsable de la situation présente et d’un inutile et coûteux retour aux urnes des Israéliens, se trouve décrit comme un homme courageux et intègre. 

Disons ce qui doit l’être en ce contexte : 

  1. Traiter un homme qui a fait pour son pays tout ce que Binyamin Netanyahou a fait pendant sa longue et remarquable carrière politique est, de la part de nombre de journalistes et commentateurs israéliens, abject et ignoble. 
  2. Les journalistes et commentateurs européens et américains qui se joignent à la meute sont tout aussi abjects et ignobles, et ont juste l’excuse sordide d’être des ennemis d’Israël qui détestent Binyamin Netanyahou en raison précisément de ce qu’il a accompli pour son pays. Les journalistes et commentateurs israéliens qui crachent sur Binyamin Netanyahou devraient se demander pourquoi ils se retrouvent en compagnie d’ennemis d’Israël. C’est apparemment une compagnie qui leur plaît.
  3. Ne pas voir que Binyamin Netanyahou entend mener à bien aussi loin que possible ce qu’il a mis en œuvre depuis des années, et tout particulièrement depuis que Donald Trump est Président, est se comporter comme si on ne comprenait rien à la situation actuelle du monde et à celle du Proche-Orient : si c’est délibéré, c’est une attitude crapuleuse, si ce n’est pas délibéré, cela relève de la stupidité crasse.
  4. Ne pas voir que les adversaires politiques de Binyamin Netanyahou sont porteurs d’idées ineptes et/ou irresponsables est aussi se comporter comme si on ne comprenait rien à la situation actuelle du Proche-Orient. Et si c’est délibéré, c’est là encore une attitude crapuleuse, si ce n’est pas délibéré, cela relève là encore de la stupidité crasse.
  5. Ne pas voir que les ennuis judiciaires qu’on fait peser sur Binyamin Netanyahou sont spécieux, largement diffamatoires et relèvent avant tout de la façon dont la gauche se comporte dans la plupart des pays du monde occidental, et qui consiste à tenter d’obtenir par des moyens non démocratiques ce qu’on ne peut obtenir par des moyens démocratiques. Implique d’être complice de ce recours nauséabond à des moyens non démocratiques ou d’être complètement idiot (l’un n’exclut pas l’autre). 
  6. Ne pas voir qu’Avigdor Lieberman est un opportuniste de bas étage mû surtout par la haine de Binyamin Netanyahou implique d’ignorer tout de la piètre carrière politique d’Avigdor Lieberman. Et le présenter comme ce qu’il n’est pas relève, chez ceux qui le font, de l’imposture la plus sordide.

Binyamin Netanyahou est dans une phase de négociations complexes et ardues qui concernent très directement le plan de paix préparé par l’administration Trump, et ces négociations impliquent outre les Etats-Unis, la Russie, l’Egypte, l’Arabie Saoudite, les émirats du Golfe, la Jordanie, la Turquie, ainsi, bien sûr que les ennemis d’Israël, l’Iran en tête. Déstabiliser Binyamin Netanyahou en ce moment précis est nuire gravement à ces négociations, cruciales pour Israël, et donc nuire gravement à Israël. Nul ne peut douter sans une vomitive mauvaise foi qu’en voulant absolument former un gouvernement et éviter de nouvelles élections, Binyamin Netanyahou pensait aux négociations en cours et à Israël, pas à son intérêt personnel. Ce n’est certainement pas l’attelage hétéroclite et opportuniste Gantz-Lapid (qui semble d’ailleurs sur le point de se défaire) qui pourrait reprendre les choses en main au stade où elles en sont. Et je n’évoque même pas ce qui reste de la gauche israélienne ou Avigdor Lieberman. Ce qui est en jeu, c’est la paix régionale, le futur de Gaza, celui de la Judée-Samarie, la question «palestinienne», la menace iranienne, les relations d’Israël avec le monde arabe sunnite, et bien davantage encore. Seul un diplomate hors pair peut faire le nécessaire. 

Quiconque examine un tant soit peu les motifs évoqués de mise en examen de Binyamin Netanyahou (essentiellement cigares, champagne, et conversations avec Noni Mozes, du journal de gauche Yedioth Ahronoth) voit que ces motifs sont futiles, ont des allures de prétextes, ne tiennent souvent pas debout, et relèvent avant tout de l’intention de nuire (que des gens tels qu’Avichai Mandelblit y contribuent me mène à m’interroger non pas sur Binyamin Netanyahou mais sur Avichai Mandelblit, qui a dans un passé récent affiché des positions «pro-palestiniennes» étranges de la part d’un Juif religieux). Le moins qu’on puisse dire est que la présomption d’innocence doit jouer en faveur de Binyamin Netanyahou, et l’immunité dont Binyamin Netanyahou veut disposer existe dans toutes les grandes démocraties du monde. Les ennemis de Binyamin Netanyahou le savent et font les ânes en espérant avoir du foin. 

En refusant tout compromis et en présentant des exigences démesurées, en prenant la posture de l’intransigeance absolue, Avigdor Lieberman ne défend pas une position laïque (il a montré voici peu qu’il pouvait s’allier à des ultra-orthodoxes et il sait que la question de la conscription des ultra-orthodoxes est en voie de résolution) : il utilise un prétexte de manière cynique et opportuniste pour tenter d’obtenir ce que ses performances électorales ne peuvent lui permettre d’obtenir, et pour nuire à Binyamin Netanyahou, quelles que soient les conséquences. Ce qui est l’attitude d’un irresponsable sans le moindre scrupule. 

Il est regrettable que Binyamin Netanyahou n’ait pas obtenu en avril une majorité plus large et ait été placé à la merci des sombres manœuvres d’Avigdor Lieberman. Si Naftali Bennet et Ayelet Shaked avaient obtenu le nombre de voix requis pour avoir des élus, la situation aurait été différente. 

Que de nouvelles élections doivent avoir lieu en septembre à cause d’un seul homme (et quel homme !) est lamentable. Si cela devait offrir l’opportunité à Binyamin Netanyahou de disposer d’une majorité plus large, ces nouvelles élections serviraient au moins à quelque chose. Si cela pouvait éliminer Avigdor Lieberman de la vie politique israélienne, ce serait un bienfait. Il semble, hélas, que si Binyamin Netanyahou a des chances de pouvoir disposer d’une majorité plus large, Avigdor Lieberman, lui, va trouver l’opportunité d’accroître le nombre des élus dont il disposera, ce qui fera, le cas échéant, mentir le vieil adage disant que le crime ne paie pas. 

On peut espérer dans le contexte actuel que l’absence d’un gouvernement stable ne nuira pas trop gravement aux négociations en cours. 

On peut espérer aussi que ceux qui cherchent à abattre Binyamin Netanyahou par des moyens non démocratiques ne parviendront pas à leur fin, que Binyamin Netanyahou disposera de délais supplémentaires, et qu’il pourra pleinement mener à bien ce qu’il a mis en œuvre depuis des années. 

On dit aux Etats-Unis à propos de Donald Trump que rarement un homme qui fait autant de bien se trouve aussi maltraité. On pourrait dire la même chose de Binyamin Netanyahou.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz