Quantcast
FLASH
[04/12/2019] Fatigué des blabla, #Trump annule la dernière conférence de l’Otan et rentre à Washington  |  [30/11/2019] Le terroriste du #LondonBridge était un proche de l’infâme prédicateur islamiste Anjem Choudary  |  La Bolivie rétablit ses liens diplomatiques avec #Israël  |  Près de 3 000 faux permis de conduire américains envoyés par la Chine ont été interceptés par la douane américaine  |  Le terroriste islamiste du pont de Londres avait demandé de l’aide pour être déradicalisé, selon son avocat  |  [29/11/2019] Alerte rouge: tir de roquettes à l’instant dans le sud d’#Israël  |  Evacuation de la #garedunord de Paris après la découverte d’un engin explosif dans un sac  |  Les talibans disent qu’ils sont prêts à reprendre les pourparlers de paix après la visite impromptue de #Trump pour thanksgiving  |  Le Premier ministre irakien déclare qu’il remet sa démission au Parlement  |  [28/11/2019] La Bolivie rétablit ses relations diplomatiques avec #Israël, qu’elle avait rompues en 2009 sous la direction du président de gauche Evo Morales, qui estimait qu’Israël n’avait pas le droit de se défendre contre les tirs de roquettes depuis #Gaza  |  La Reine d’Angleterre envisage d’abdiquer du trône d’ici 18 mois  |  [27/11/2019] Effet #Trump: Le PIB américain a augmenté de 2,1% au 3ème trimestre, plus que prévu  |  [26/11/2019] Le Hamas, le Fatah, l’OLP ont organisé une « journée de rage » en réponse à la décision américaine de soutenir les communautés juives en Judée et en Samarie. Entre 200 et 500 terroristes ont assisté à chaque émeute  |  L’Etat d’urgence de la Maison-Blanche a été décrété, puis rapidement levé, à la suite d’une « violation de l’espace aérien »  |  13 militaires français morts au #Mali, dans un accident d’hélicoptère lors d’une opération antiterroriste  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 4 juin 2019

Ryan Cleckner, avocat spécialiste des armes : « Quand un politicien vous dit que vous n’avez pas besoin d’une arme, c’est précisément là que vous avez besoin d’une arme. »

Les médias adoooorent parler des mensonges du président Trump. Concernant ceux de Barack Obama, ils sont très peu intéressés. C’est même très étrange, pour des journalistes qui clament leur totale neutralité en matière d’informations qu’ils rapportent. J’aimerais entendre leurs explications. Je sais, je rêve, elles ne viendront pas.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous à notre fil Twitter, puis retweetez-nous. C’est ainsi que les idées que vous défendez circulerons !

Dans le cas qui nous intéresse, Barack Obama n’a pas menti une fois, mais sept !

Le 30 mai, l’ancien déplorable président était l’un des principaux orateurs d’un événement, la journée VTEX, le plus grand événement d’innovation numérique en Amérique latine.

Répondant aux questions de l’animateur, Obama, à son habitude, a craché sur l’Amérique, et a parlé en termes très négatifs des lois américaines sur les armes à feu.

Il a dit :

Nos lois sur les armes à feu aux États-Unis n’ont pas beaucoup de sens. N’importe qui peut acheter n’importe quelle arme, n’importe quand, sans beaucoup de réglementation, voire aucune. Ils peuvent même acheter des mitraillettes sur Internet. »

Et dans cette déclaration, il y a sept mensonges. Sept mensonges ! Et aucun journaliste en vue pour les relever. Ah quel beau métier, celui qui consiste à se cacher la tête dans le sable pour ne pas voir ce dont on ne veut pas parler.

1

er mensonge : « N’importe qui peut acheter une arme à feu »

C’est faux.

Il existe trois restrictions fédérales sur les personnes qui peuvent acheter des armes à feu (sans compter les nombreuses restrictions imposées par les États et les autorités locales).

  1. La première restriction est fondée sur l’âge. Les personnes de moins de 21 ans ne peuvent pas acheter d’armes de poing à un marchand d’armes et les personnes de moins de 18 ans ne peuvent pas acheter de carabines ni de fusils de chasse.
  2. La deuxième concerne les « personnes interdites ». Cette catégorie comprend, entre autres :
    1. Les criminels,
    2. Les personnes reconnues coupables de violences familiales,
    3. Les consommateurs illégaux de substances réglementées,
    4. Les étrangers en situation irrégulière,
    5. Ceux qui font l’objet de certaines ordonnances restrictives,
    6. Les personnes jugées déficientes mentales ou internées dans des établissements psychiatriques,
    7. Les fugitifs,
    8. Les anciens combattants expulsés de l’armée.
  3. La troisième catégorie comprend les citoyens non américains.

Par-dessus tout ça, diverses lois locales et de certains États interdisent aux personnes d’acheter des armes à feu à moins qu’un permis ou une licence spéciale ne soit délivré par cet État. Par exemple, le Massachusetts exige la possession d’une carte d’identité de propriétaire d’arme à feu valide pour acheter une arme à feu.

2

e mensonge : « on peut acheter n’importe quelle arme à feu »

Faux encore.

  • Selon la loi fédérale, les mitrailleuses fabriquées après 1986 ne peuvent pas être achetées par des civils.
  • En outre, la loi sur les armes à feu de 1934 (NFA) réglemente les autres armes à feu qui peuvent être achetées.
  • Diverses lois étatiques et locales interdisent l’achat de catégories entières d’armes à feu, que ce soit par leurs caractéristiques ou par leur nom.
    • Par exemple, les fusils de type AR-15 ne peuvent pas être achetés dans le Connecticut.
    • Les armes à feu qui ne figurent pas sur une liste spécifique ne peuvent pas être achetées en Californie.

3

ème mensonge : « on peut acheter une arme à feu n’importe quand »

Toujours faux.

  • Lorsque vous achetez une arme à feu d’un marchand d’armes titulaire d’un permis fédéral (FFL), il doit préalablement vérifier vos antécédents. Dans la plupart des cas, cela comprend une vérification auprès du Système national de vérification instantanée des antécédents criminels (SNSJC) du gouvernement fédéral. Et de nombreux États utilisent leur propre système de vérification des antécédents.
  • Si une vérification des antécédents est requise, l’arme à feu ne pourra être achetée que pendant les heures d’ouverture du système de vérification des antécédents.
  • Les vérifications d’antécédents fédérales ne peuvent être effectuées qu’entre 8 h et 1 h du matin.
  • Les systèmes de l’Est et certains États, comme le Tennessee par exemple, fonctionnent entre 8 h et 22 h.
  • Pour certaines catégories d’armes à feu, comme les carabines à canon scié, l’acheteur doit attendre que certains documents soient approuvés par le Bureau of Alcohol, Tobacco, Firearms, and Explosives (ATF).
  • Ce temps d’attente peut souvent aller jusqu’à 10 mois.
  • De plus, certains États ont des périodes d’attente obligatoires avant certains achats.

4

– Dans son énoncé, Obama sous-entend aussi qu’une arme à feu peut être achetée n’importe où. Ca aussi c’est faux.

Par exemple, beaucoup d’armes de poing ne peuvent être achetées que dans l’État de résidence d’une personne.

Si une personne veut acheter une arme de poing alors qu’elle n’est pas dans son État d’origine, elle ne pourra légalement pas le faire.

5

e mensonge : « il n’y a pas beaucoup de réglementations qui régissent l’achat des armes à feu.

Toujours faux.

Les paragraphes qui précèdent montrent qu’il existe de nombreuses règles sur l’achat et la possession d’armes à feu.

6

e mensonge : « on peut acheter une arme à feu sur Internet »

Totalement faux.

Obama veut que les gens pensent qu’une arme à feu peut être achetée en ligne et expédiée directement chez l’acheteur comme n’importe quel autre objet banal. Ce n’est pas vrai.

Techniquement, les armes à feu peuvent être commandées sur internet.

Mais si le commerçant se trouve en dehors de l’État de l’acheteur, l’arme à feu doit d’abord être expédiée à un détaillant agréé local (FFL). Là, l’acheteur devra se présenter en personne, il devra remplir les documents requis par le gouvernement fédéral, et satisfaire aux exigences de vérification des antécédents.

7

e mensonge : « N’importe qui peut acheter une mitrailleuse »

Archi faux.

  • Tout d’abord, voir le mensonge n° 2 ci-dessus. « N’importe qui » ne peut pas acheter une arme à feu, encore moins une mitrailleuse.
  • Deuxièmement, les mitrailleuses fabriquées après 1986 ne peuvent être ni achetées ni possédées par un civil ordinaire.
  • Ces mitrailleuses ne peuvent être achetées ou possédées que par des négociants agréés (FFL) ou des entités gouvernementales.
  • Les mitrailleuses fabriquées avant 1986 ne peuvent être achetées qu’après les nombreux documents et délais d’attente qui accompagnent tous les achats d’armes à feu mentionnés dans la loi de 1934 (NFA).
  • Enfin, certaines lois locales interdisent totalement la possession de toute mitrailleuse.

Pas facile de prendre l’ex-président au sérieux avec tant de mensonges pour vendre sa salade progressiste… Pas facile non plus d’avoir confiance dans les médias, qui ne font leur travail que pour taper sur Trump.

Pire qu’Obama, la candidate Démocrate à la présidentielle Kamal Harris a déclaré le 15 mai dernier :

Si je suis élue présidente des Etats-Unis, je ferais totalement interdire l’importation des fusils d’assaut AR-15.

Petit problème : les AR-15 sont fabriqués aux Etats-Unis par la firme Colt. Ils ne sont pas importés ! Des variantes sont fabriquées par environ 500 sociétés différentes.

Autre petit problème, aux Etats-Unis, la plupart des assassinats de masse sont commis avec des armes de poing, pas des fusils d’assaut.

Les propos de Barack Obama ont été tenus quelques semaines à peine après que le président brésilien Jair Bolsonaro a signé un décret assouplissant les restrictions sur les importations d’armes à feu, et augmentant la quantité de munitions qu’une personne peut acheter.

En janvier, M. Bolsonaro a signé un décret qui permet aux Brésiliens de garder plus facilement leurs armes chez eux sans avoir à prouver au préalable qu’ils ont besoin d’en posséder une.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Cet article est librement inspiré d’un compte rendu publié sur The Federalist par Ryan Checkner.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz