Quantcast
FLASH
[19/06/2019] Les médias disent que les électeurs Républicains ont perdu leur enthousiasme, alors ils cachent que Trump a reçu 24,8 millions $ de dons en 24 h!  |  Les islamistes ne se reposent jamais : nouvelle tuerie dans des villages du centre du Mali, 38 morts et de nombreux blessés  |  [18/06/2019] Guerre de propagande. La Russie met en garde les Etats-Unis contre une tentative de « provoquer la guerre » avec l’Iran  |  Les partisans de Trump font la queue depuis 40 heures pour assister au lancement de sa campagne de réélection – contre 2000 personnes pour le meeting de Joe Biden  |  #Allemagne (Prenzlauer Berg), encore un incident antisémite : un homme non identifié par les médias a insulté et craché sur un #juif portant une kippa  |  Le Bureau de la sécurité diplomatique a cité 15 fonctionnaires pour avoir mal manipulé des informations classifiées concernant le scandale des emails d’Hillary Clinton. L’examen interne est en cours  |  [17/06/2019] Les partisans de #Trump commencent à faire la queue près de deux jours avant le coup d’envoi de la campagne de réélection massive d’Orlando, mardi soir  |  [16/06/2019] Dr Michael Evans (conférence Jerusalem Post – New-York): « Le président Trump est plus sioniste que beaucoup de juifs américains de gauche »  |  Dr Michael Evans : « la gauche tue l’âme, les terroristes tuent le corps »  |  [12/06/2019] Yemen : les rebelles attaquent un aéroport saoudien, 26 blessés  |  Hong Kong: la manifestation vire à l’affrontement avec la police  |  [11/06/2019] L’Alabama signe un projet de loi qui exige qu’une personne coupable d’infraction sexuelle avec une mineure de moins de 13 ans subisse une castration chimique avant d’être libérée de prison  |  [10/06/2019] Bel aveu de biais anti-israélien : Le porte-parole de l’organisation israélienne controversée Breaking the Silence, a pris le poste de porte-parole du chef de la liste arabe Hadash-Ta’al  |  [05/06/2019] Sondage : #Biden a + de 10 points devant #Trump dans les Etats clé. Ca vous rappelle les sondages sur Clinton ?  |  [04/06/2019] Paris : Un homme armé d’un couteau a attaqué des policiers, il a été neutralisé par balle  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 7 juin 2019

Au vu des propos souvent odieux que j’ai pu entendre à la radio et à la télévision françaises, au vu des articles que j’ai pu lire dans la presse française, au vu de la façon méprisable dont Donald Trump se trouve traité dans un pays où je suis né, j’ai tenu à traduire le discours prononcé par Donald Trump le 6 juin. C’est une traduction rapide, imparfaite. Je la peaufinerai pour la placer en appendice d’un prochain livre, mais je voulais donner immédiatement accès à ceux qui ne lisent pas l’anglais au superbe discours d’un très grand Président des Etats-Unis, sans déformations ni falsifications. Ce discours montre non seulement qui est Donald Trump. Il montre aussi ce qu’est l’esprit américain dans ce qu’il a de plus grand, de plus noble et de plus généreux.

Guy Millière

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.


Président Macron, Madame Macron, peuple français, Première Dame des États-Unis, membres du Congrès des États-Unis, éminents invités, anciens combattants et compatriotes américains.

Nous sommes rassemblés ici sur l’autel de la liberté, sur ces rives, sur ces falaises. En ce jour, il y a 75 ans, 10 000 hommes ont versé leur sang et des milliers de personnes ont sacrifié leur vie pour leurs frères, pour leur pays et pour la survie de la liberté.

Aujourd’hui, nous nous souvenons de ceux qui sont tombés et nous honorons tous ceux qui se sont battus ici même en Normandie. Ils ont reconquis ces terres pour la civilisation.

Vous, 170 anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale qui vous joignez à nous aujourd’hui, vous faites partie des plus grands Américains qui vivront et ont vécu. Vous êtes la fierté de notre nation. Vous êtes la gloire de notre République. Et nous vous remercions du fond du cœur.

Vous, les 60 anciens combattants qui ont débarqué le jour J, notre dette envers vous est éternelle. Aujourd’hui, nous exprimons notre gratitude éternelle. Quand vous étiez jeune, vous étiez de ces hommes qui ont risqué leur vie dans une grande croisade – l’une des plus grandes de tous les temps. Votre mission est l’histoire d’une bataille épique et d’une lutte éternelle et féroce entre le bien et le mal. Le 6 juin 1944, vous avez fait partie d’une force de libération d’une puissance impressionnante et d’une envergure à couper le souffle.

Après des mois de préparation, les Alliés ont choisi cette côte pour organiser leur campagne en vue de vaincre la terrible tyrannie de l’empire nazi de la surface de la terre.

La bataille a commencé dans les cieux au-dessus de nous. Dans des heures intenses, juste après minuit, 1 000 aéronefs se sont envolés, 17 000 soldats alliés ont sauté en parachute dans l’obscurité, juste derrière ces arbres. Puis est venue l’aube. L’ennemi qui occupait ces hauteurs a vu arriver la plus grande armada navale de l’histoire du monde.

À quelques kilomètres au large des côtes, 7 000 navires transportaient 130 000 guerriers. Ils étaient des citoyens de nations libres et indépendantes, unis par leur devoir envers leurs compatriotes et des millions d’enfants à naître.

Il y avait les Britanniques, dont la noblesse et le courage leur ont permis de traverser les pires moments, Dunkerque et le London Blitz. La violence et la fureur nazies ne pouvaient rivaliser avec le sens de l’honneur britannique. Je les remercie.

Il y avait les Canadiens, dont le solide sens de la loyauté les a conduits à prendre les armes aux côtés de la Grande-Bretagne, dès le début.

Il y avait des combattants Polonais de combat, des Norvégiens et des Australiens. Des membres d’un commando français s’apprêtant à rejoindre des milliers de leurs braves compatriotes, et prêts à écrire un nouveau chapitre de la longue histoire du courage français.

Et enfin, il y avait les Américains.

Ils venaient des fermes des grandes plaines, des rues de villes scintillantes, des usines de grandes villes industrielles. Avant la guerre, nombre d’entre eux ne s’étaient jamais aventurés au-delà de leurs lieux d’existence. Ils venaient maintenant donner leur vie à des milliers de kilomètres de chez eux.

Cette plage, baptisée Omaha, a été défendue par les nazis avec une puissance de feu monstrueuse, des milliers et des milliers de mines et des pics enfoncés dans le sable. Des dizaines de milliers d’Américains sont arrivés ici. Les soldats qui sont montés à bord des péniches de débarquement ce matin-là savaient qu’ils portaient sur leurs épaules non seulement le devoir d’un soldat, mais aussi le destin du monde.

Le colonel George Taylor, dont le 16e régiment d’infanterie a fait partie de la première vague de ceux qui ont débarqués, s’est vu demander ce qui se passerait si les Allemands les arrêtaient et les empêchait d’aller plus loin. Ce grand Américain a répondu : « Le 18ème régiment d’infanterie arrivera juste derrière nous, le 26ème régiment d’infanterie aussi. Puis viendront le 2e régiment d’infanterie, et le 9e régiment, la 2e division blindée et la 3e division blindée, et tous les autres. Peut-être que le 16ème régiment d’infanterie n’y arrivera pas. Mais d’autres y arriveront. »

L’un des hommes du 16e régiment était le soldat Ray Lambert. Ray n’avait que 23 ans, mais il avait déjà remporté trois Purple Hearts et deux Silver Stars au combat en Afrique du Nord et en Sicile, où lui et son frère Bill avaient servi côte à côte. Tôt le matin, les deux frères ont pris place sur le pont de l’USS Henrico avant d’embarquer dans deux péniches de débarquement Higgins.

« Si je ne réussis pas », dit Bill, « s’il te plait, prends soin de ma famille. » Ray demanda à son frère de faire de même.

Sur les 31 hommes qui se trouvaient à bord de la péniche de débarquement de Ray, seuls Ray et six autres sont arrivés jusqu’à la plage, ici même en dessous de là où nous sommes. Ray est retourné dans l’eau plusieurs fois. Il a traîné un homme blessé, puis un autre. Il a été touché au bras, sa jambe a été déchirée par un éclat d’obus, son dos a été brisé, il s’est presque noyé. Il était sur la plage depuis des heures, blessé et a sauvé des vies quand il a fini par perdre conscience. Il s’est réveillé le lendemain sur un lit à côté d’un autre soldat grièvement blessé. Il a regardé et a vu son frère Bill. Ils l’ont fait. Ils ont réussi. Ray a 98 ans, et il est avec nous aujourd’hui avec son quatrième Purple Heart et sa troisième Silver Star. Ici à Omaha, Ray, le monde libre vous salue. Merci, Ray.

Pendant deux heures, les tirs incessants depuis ces falaises ont immobilisé les Américains sur la plage, maintenant rouge de sang.

Puis, à quelques centaines de mètres de là où je me trouve, une percée a eu lieu. La bataille a changé de tournure et avec elle, l’histoire elle-même.

Le capitaine Joe Dawson, fils d’un prédicateur du Texas, a conduit la compagnie G à travers un champ de mines, vers un repli de la colline, là, sur ma droite.

Le capitaine Dawson a suivi ce chemin et s’est glissé jusqu’à une mitrailleuse ennemie, puis a lancé ses grenades. Les troupes américaines ont pu charger grâce à la percée de Dawson. Quel travail remarquable il a accompli. Quelle bravoure il a montré. Le lieutenant Spaulding et les hommes de la compagnie E ont pu, grâce à lui, écraser la place forte de l’ennemi de l’autre côté de ce cimetière, et arrêter le massacre sur la plage en contrebas.

Un nombre incalculable d’Américains se sont disséminés sur cette terre, dans la campagne. Ils ont rejoint leurs compagnons américains d’Utah Beach et leurs alliés de Juneau, des patriotes français et des soldats parachutés.

Le soldat de première classe Russell Pickett, du célèbre 116e Régiment d’infanterie de la 29e division, a été blessé lors de la première vague qui est arrivée à Omaha Beach. Envoyé dans un hôpital en Angleterre, blessé, le soldat privé Pickett a promis de retourner au combat. « Je vais revenir », a-t-il dit. « Je vais revenir. »

Six jours après le jour J, il a rejoint sa compagnie. Les deux tiers avaient déjà été tués, et beaucoup avaient été blessés dans les 15 minutes qui ont suivi le débarquement. 19 de ceux qui ont été tués venaient de la petite ville de Bedford, en Virginie. Peu de temps après, une grenade a blessé gravement le soldat Pickett.

Une fois encore, il a choisi de retourner au combat. C’était son devoir. Il a été blessé une troisième fois et est resté inconscient pendant 12 jours. Les médecins pensaient qu’il allait mourir. Ils pensaient qu’il n’avait aucune chance. Russell Pickett est le dernier survivant de la légendaire compagnie A. Et aujourd’hui, croyez-le ou non, il est revenu une fois de plus ici pour être avec ses camarades.

Soldat Pickett, vous nous honorez tous de votre présence. Vous êtes un dur à cuire.

Lors de la quatrième semaine d’août, Paris a été libéré.

Certains de ceux qui sont arrivés ici sont allés jusqu’au cœur de l’Allemagne. Certains ont fait tomber les portes des camps de concentration nazis pour libérer les Juifs qui avaient subi les horreurs insondables de l’Holocauste.

Certains sont tombés sur d’autres champs de bataille, et reposent sur le sol de France pour l’éternité.

Avant que ce lieu ne soit dédié à l’histoire, le terrain appartenait à un fermier français, membre de la Résistance française. C’était un homme formidable. C’était un homme fort. Sa femme, le jour J, s’était réfugiée dans une maison voisine avec leur petit bébé.

Le lendemain, un soldat est arrivé. « Je suis américain », a-t-il déclaré. « Je suis ici pour vous aider ». La jeune française a été émue et a pleuré. Quelques jours plus tard, elle a déposé des fleurs sur les tombes américaines, tout juste creusées. Aujourd’hui, sa petite-fille Stéphanie sert de guide dans ce cimetière. Cette semaine, Stéphanie a conduit pour la première fois Marion Wynn, 92 ans, de Californie, vers la tombe de son frère Don. Marion et Stéphanie sont toutes les deux avec nous aujourd’hui. Et nous les remercions de garder vivants les souvenirs de nos précieux héros. Je les remercie.

9.388 jeunes Américains reposent sous les croix blanches et les étoiles de David alignées sur ce terrain. Chacun d’eux a été adopté par une famille française qui le considère comme l’un des siens. Ils viennent de toute la France pour s’occuper des tombes. Ils s’agenouillent, ils pleurent, ils prient, ils déposent des fleurs et ils n’oublient jamais. Aujourd’hui, l’Amérique embrasse le peuple français et le remercie de rendre hommage à nos morts bien-aimés. Je le remercie.

À tous nos amis et partenaires, notre alliance a été forgée au cœur de la bataille, mise à l’épreuve par la guerre et s’est renforcée dans les bienfaits de la paix. Le lien qui nous lie ne peut être brisé.

Les Américains viennent en cet endroit comme s’il faisait partie de notre âme même. Nous ne venons pas seulement à cause de ce que nos soldats ont accompli ici, nous venons en raison de qui ils étaient. C’étaient de jeunes hommes qui avaient toute leur vie devant eux. C’étaient des maris qui ont dit au revoir à leurs jeunes épouses et ont fait leur devoir. C’étaient des pères qui n’ont pas vu grandir leurs fils et leurs filles parce qu’ils avaient une tâche à accomplir, et Dieu m’en est témoin, ils l’ont accomplie.

Ils sont venus sans poser de questions, sans hésitation et sans se plaindre. Plus puissante encore que la force des bras américains fût la force des cœurs américains. Ces hommes ont traversé les flammes de l’enfer, poussés par une puissance qu’aucune arme ne pourrait détruire : le patriotisme farouche d’un peuple libre, fier et souverain.

Ils ont lutté non pour le contrôle et la domination, mais pour la liberté, la démocratie et la souveraineté. Ils ont été mus par l’amour de leur pays, par l’esprit qui imprègne les rues, les cours d’école, les églises et les familles d’Amérique qui ont donné des hommes comme eux. Ils ont été soutenus par la certitude que l’Amérique peut tout accomplir, car nous sommes une nation noble, dotée d’un peuple vertueux, priant un Dieu juste. Leur force exceptionnelle provenait d’un esprit exceptionnel. L’intensité de leur courage est née de l’intensité de leur foi.

Les grandes actions de notre armée sont venues des profondeurs de l’amour de nos soldats. Les soldats américains se sont placés dans la paume de la main de Dieu. Les combattants qui sont ici derrière vous diront qu’ils ne sont que des hommes chanceux, et ils ajouteront, comme le disait récemment l’un d’eux : « Tous les héros sont enterrés ici. » Mais nous savons ce que ces combattants ont fait, nous savons à quel point ils ont été courageux. Ils sont venus ici et ont sauvé la liberté, puis sont rentrés chez eux et nous ont montré à tous ce qu’est la liberté.

Les fils et filles de l’Amérique qui ont vu la victoire ont été extraordinaires une fois la paix venue. Ils ont construit des familles, des entreprises, une culture qui a inspiré le monde entier au cours des décennies qui ont suivi. L’Amérique a vaincu le communisme, garanti les droits civiques, révolutionné la science, envoyé un homme sur la Lune, puis relevé de nouveaux défis- et aujourd’hui, l’Amérique est plus forte que jamais.

Il y a sept décennies, les soldats du jour J ont combattu un ennemi sinistre qui parlait d’un empire millénaire. En affrontant le mal, ils ont créé un héritage qui durera, non seulement 1 000 ans, mais pour l’éternité – tant que les âmes humaines connaîtront le sens du devoir et de l’honneur, et tant que la liberté sera chère au cœur de l’humanité.

Je dis aux hommes qui sont assis derrière moi et à ceux reposent dans le terrain qui est devant moi, votre exemple ne vieillira jamais. Votre légende ne mourra jamais, votre esprit, courageux, inflexible et vrai, ne mourra jamais.

Le sang de tous ont versé, les larmes que tous ont versés, les vies que ceux qui sont morts ont donné, le sacrifice qu’ils ont accepté, n’ont pas simplement permis de gagner une bataille et n’ont pas simplement permis de gagner une guerre.

Ceux qui se sont battus ici ont conquis un avenir pour notre pays. Ils ont permis la survie de notre civilisation et ils nous ont montré le chemin pour aimer, chérir et défendre notre mode de vie pendant de nombreux siècles.

Aujourd’hui, alors que nous sommes sur cette terre sacrée, nous nous engageons à ce que nos nations soient toujours fortes et unies. Nous serons toujours ensemble, notre peuple sera toujours audacieux, nos cœurs seront toujours fidèles, et nos enfants et leurs enfants seront toujours et toujours libres.

Que Dieu bénisse nos combattants, que Dieu bénisse nos alliés, que Dieu bénisse les héros du jour J et que Dieu bénisse l’Amérique. Je vous remercie. Merci beaucoup.


© Traduction et adaptation de Guy Millière pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz