Quantcast
FLASH
[21/07/2019] 4 terroristes recherchés arrêtés en Judée-Samarie – matériel saisi au Mont du Temple  |  [19/07/2019] Preuve de plus que le Boycott d’Israël est de l’antisémitisme déguisé : c’est Ilhan Omar, antisémite non-repentie, qui demande une loi au Congrès pour boycotter Israël  |  [18/07/2019] On nous prendrait pas pour des cons des fois ? L’ensemble des résultats de datation met en évidence pas moins de dix périodes pendant lesquelles les glaciers étaient moins étendus que maintenant  |  Indécrottables médias ! 8 000 personnes en Caroline du Nord hier pour #Trump, 400 pour Biden dans l’Iowa, et il va « écraser Trump à la présidentielle » !  |  [17/07/2019] Sondage @YouGov: 90 % des Républicains approuvent les tweets de @realDonaldTrump disant aux 4 Démocrates qui n’aiment pas l’Amérique d’aller réparer leur pays de naissance  |  En plein délire TDS (#Trump derangement syndrome) Whoopi Goldberg compare les Démocrates qui attaquent Trump à des « patriotes debout face à la tyrannie » comme dans la guerre d’indépendance  |  Selon l’OMS, le virus Ebola du Congo est maintenant un problème mondial après qu’il ait été détecté dans une ville de 2 millions d’habitants  |  Le GoFundMe d’Andy Ngo (journaliste tabassé par des Antifas) atteint 200 000 dollars  |  [16/07/2019] 10 marins turcs ont été pris en otage au large des côtes du Nigeria  |  [14/07/2019] L’aviation militaire aérienne israélienne serait en opération entre le Liban et la frontière avec la Syrie  |  Paris: violences sur les Champs-Élysées. Les forces de l’ordre semblent en difficulté face aux casseurs – qui sont toujours les mêmes genre de racailles  |  #Trump dépasse Reagan ! 94 % de popularité au sein du Parti républicain, un record historique. Ronald Reagan était de 87 %  |  [13/07/2019] Médias : « Alex Acosta doit démissionner! ». Acosta a démissionné. Médias : « il n’y a pas de Latinos dans l’Administration #Trump! »  |  [12/07/2019] Nihiliste. Miley Cyrus dit qu’elle n’aura pas d’enfants parce que « la terre est en colère »  |  Les Démocrates ont mis sur Twitter une photo d’enfants migrants en cage pour tenter de blâmer Trump sur la crise frontalière. Problème : la photo a été prise sous l’administration Obama-Biden !  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 11 juin 2019

Kim Jong Nam, assassiné en Malaisie en 2017, rencontrait régulièrement des agents de la CIA.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Kim Jong Nam, le demi-frère assassiné du dirigeant nord-coréen, était une source de l’Agence centrale de renseignement, qui a rencontré à plusieurs reprises des agents de l’Agence, a déclaré une personne intimement liée au sujet.

Kim, le demi-frère du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, a été tué à l’aéroport international de Kuala Lumpur en Malaisie en février 2017, lorsque deux femmes lui ont enduit le visage avec un agent neurotoxique, le VX. Les responsables américains et sud-coréens ont blâmé la Corée du Nord pour cette attaque, ce qu’elle a toujours nié, et le contraire serait surprenant.

M. Kim s’est rendu en Malaisie en février 2017 pour rencontrer son contact de la CIA, même si ce n’était peut-être pas le seul but de son voyage.

La police a témoigné au cours du procès des deux femmes que M. Kim avait passé plusieurs jours sur l’île de Langkawi, où il avait rencontré un Coréen-américain inconnu dans un hôtel.

En mai, la Malaisie a libéré de prison une Vietnamienne, Doan Thi Huong, qui a été accusée du meurtre de M. Kim. Sa coaccusée, Siti Aisyah d’Indonésie, a été libérée en mars.

Après le meurtre de M. Kim, son fils Kim Han Sol – qui est le neveu du dirigeant nord-coréen – et d’autres membres de sa famille ont été exfiltrés de Macao par un groupe de dissidents nord-coréens connu sous le nom de Cheollima Civil Defense, a déclaré le groupe à The Wall Street Journal. L’emplacement actuel de Kim Han Sol n’est pas connu.

La CIA s’intéresse depuis longtemps à la Corée du Nord, bien que sa culture totalitaire et l’absence d’ambassade des États-Unis en font l’une de ses cibles les plus difficiles. En mai 2017, l’agence d’espionnage a annoncé qu’elle avait créé un centre de mission en Corée pour intégrer le travail de suivi des programmes de missiles balistiques et d’armes nucléaires du Nord.

Joel Wit, ancien fonctionnaire du département d’État et haut responsable du groupe de réflexion du Centre Stimson, a déclaré que la CIA disposait de sources utiles parmi les transfuges nord-coréens, qui ont fourni des informations sur des sujets comme le programme d’armement du pays et les exportations de missiles.

J’ai eu l’expérience que la CIA a toujours pensé qu’elle avait des sources bien placées en Corée du Nord, des sources humaines, qui savaient vraiment ce qui se passait…. Ces sources ont le plus souvent prouvé qu’elles ne savaient pas ce qui se passait » a expliqué Wit.

Au cours de la dernière décennie, les responsables du renseignement américain ont rencontré secrètement leurs homologues nord-coréens par un canal utilisé pour communiquer pendant les crises. C’est par ce canal que le président Trump a obtenu la libération de détenus américains et que le premier sommet de M. Trump avec Kim Jong Un à Singapour, en juin 2018, a été organisé.

La CIA a également essayé de glaner tout ce qu’elle pouvait sur Kim Jong Un, qui a pris ses fonctions avant l’âge de 30 ans, après le décès de son père, Kim Jong Il, en 2011.

Les services de renseignement et les responsables militaires américains ont conclu dans une évaluation de 2017 que le dirigeant nord-coréen, bien que brutal et impétueux, est un acteur rationnel, ce qui le rend plus dangereux encore pour sa population opprimée.

Kim Jong Nam était le fils aîné de Kim Jong Il et, pendant un certain temps, il a semblé qu’on le préparait à lui succéder. Mais il est tombé en disgrâce au début des années 2000.

De nombreux détails sur la relation de M. Kim avec la CIA sont encore flous. Ils ne le resteront pas longtemps maintenant qu’une fenêtre a été ouverte sur cette collaboration. Plusieurs anciens responsables américains ont déclaré que le demi-frère, qui vivait à l’extérieur de la Corée du Nord depuis de nombreuses années et n’avait pas de base de pouvoir connue à Pyongyang, n’était probablement pas en mesure de fournir des détails sur le fonctionnement interne du régime communiste.

Ils ont également dit que M. Kim – qui résidait principalement dans l’enclave chinoise de Macao – était presque certainement en contact également avec les services de sécurité d’autres pays, notamment ceux de la Chine. La CIA a refusé de commenter. Les autorités chinoises n’ont pas non plus répondu à une demande de commentaires.

Le fait que la CIA ait eu des réunions avec le demi-frère exilé du dirigeant nord-coréen illustre les efforts que les services de renseignements américains déploient pour recueillir des informations sur ce pays hermétique au monstrueux bilan humanitaire.

S’il n’avait pas de pouvoirs politiques en Corée du nord, pourquoi le courtiser ?

D’anciens responsables et analystes américains ont émis l’hypothèse que des pays étrangers, dont la Chine, considéraient Kim Jong Nam comme un successeur possible de Kim Jong Un si le pouvoir de ce dernier se retrouvait un jour en danger. Les services de renseignement américains, en revanche, ont conclu que Kim Jong Nam n’était pas en mesure de remplir un tel rôle, ont déclaré plusieurs anciens responsables américains, mais qu’il était important de conserver le contact avec lui.

La nouvelle des relations de la CIA avec Kim Jong Nam arrive alors que la diplomatie nucléaire entre les États-Unis et la Corée du Nord est au point mort à la suite d’un sommet tenu en février à Hanoi entre Kim Jong Un et le président Trump qui s’est terminé sans accord, durant lequel Trump, suite aux erreurs des présidents précédents, a refusé de lever la moindre sanction économique.

Au début, les agents des services de renseignement américains étaient soulagés que l’interaction de la CIA avec M. Kim n’ait pas été révélée immédiatement après son assassinat, a déclaré la personne au courant de la situation. Mais trois mois après sa mort, en mai 2017, le journal japonais Asahi Shimbun a rapporté qu’alors qu’il était en Malaisie, Kim Jong Nam a rencontré un Coréen-américain que les autorités malaisiennes soupçonnaient d’être un agent du renseignement américain.

Le rôle de M. Kim en tant que source de la CIA est également décrit dans un livre sur Kim Jong Un, « The Great Successor« *, écrit par un journaliste du Washington Post et qui doit être publié cette semaine, selon des reportages citant des extraits du livre.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

*En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz