Quantcast
Publié par Gaia - Dreuz le 17 juin 2019

Source : Fides

Dans la ville de Jenin, au nord de Naplouse, sur 70.000 habitants, les chrétiens ne sont que 130, presque tous des catholiques de rite latin.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

A Tubas, autre ville arabe du nord de la Cisjordanie, les habitants sont 40.000 dont 45 chrétiens appartenant à l’Eglise grecque orthodoxe. A Burqin, village palestinien des environs de Jenin, les chrétiens sont moins de 70 pour une population totale de 7.500 habitants.

Les communautés de baptisés présentes dans les centres de Jalameh et Kafr Koud sont, elles aussi, composées de quelques dizaines de personnes alors que dans le village de Deir Ghazaleh, qui comptait une forte minorité chrétienne jusqu’à 10 ans en arrière, le nombre des baptisés est de 4 sur 1.200 habitants. Le phénomène de la diminution de la population chrétienne dans de vastes territoires de la Cisjordanie soumis à l’autorité palestinienne ressort en termes objectivement impressionnants des chiffres exposés dans une brève contribution due à Hanna Issa, membre du Conseil du Fatah et Secrétaire général du Conseil islamo-chrétien palestinien pour Jérusalem et les Lieux saints.

Le texte, repris par le site Internet abouna.org, fait mention de « facteurs politiques et économiques » à l’origine des flux migratoires qui réduisent au minimum la présence chrétienne en Cisjordanie. Le projet national palestinien – remarque le représentant du Fatah – se base sur la reconnaissance d’une pleine égalité entre citoyens de religions différentes mais l’instabilité politique se traduit par une instabilité sociale et économique. C’est pourquoi – conclut Hanna Issa – il faut préserver l’identité arabe palestinienne face à tous les conditionnements qui peuvent générer des situations de discriminations au sein de la société palestinienne et de marginalisation de sa composante chrétienne. 

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz