Publié par Christian Larnet le 22 juin 2019

Alors qu’un être humain peut monter entre 300 et 500 briques par jour, Sam en pose 800 à 1200.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Sam veut dire : maçon semi-automatique. Il peut poser 800 à 1200 briques par jour. Créée par la société new-yorkaise Construction Robotics, SAm est prêt et disposé à poser 3000 briques par jour, en utilisant sa combinaison de convoyeur à bande, bras robotisé et pompe à béton.

Pour de nombreuses raisons différentes, l’industrie de la construction a été lente à adopter l’innovation et le changement », a déclaré Zachary Podkaminer, directeur de la construction.

Comparez un chantier de construction aujourd’hui à une photo d’il y a un an et, à l’exception de quelques outils, il n’a vraiment pas beaucoup changé. Maintenant, il semble que l’industrie évolue enfin et nous essayons d’en faire partie en apportant la technologie sur les chantiers de construction. »

A environ 500 000 $, Sam n’est pas bon marché, mais c’est un outil potentiellement transformateur pour révolutionner les futurs chantiers de construction.

Sam travaille déjà sur des chantiers de construction aux États-Unis et a récemment reçu une mise à jour de SAM OS 2.0. Il préfigure la nouvelle révolution industrielle… qui effraie certains, rassurent d’autres, et rend caduque le concept de besoin de travailleurs immigrés.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.


Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz