Quantcast
Publié par Gaia - Dreuz le 11 juillet 2019

Source : Lefigaro

Quelques heures seulement après la révélation de «l’affaire des dîners», le ministre de l’Écologie est à nouveau épinglé pour avoir fait réaliser de coûteux travaux dans son appartement ministériel, toujours financés par de l’argent public. Il se défend dans un long message publié sur Facebook.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les temps sont durs pour François de Rugy. Au lendemain des révélations concernant l’organisation de fastueux dîners à l’hôtel de Lassay, financés par de l’argent public, une nouvelle affaire touche le ministre de la Transition écologique. Toujours selon les informations de Mediapart, François de Rugy et son épouse auraient fait réaliser plus de 63.000 euros de travaux, dont un dressing à près de 17.000 euros, entre fin 2018 et début 2019 dans les appartements privés du ministère de l’hôtel de Roquelaure, aux frais des contribuables. Le média d’investigation comptabilise ainsi 35.390 euros de peinture, 4639 euros pour les sols, 6057 euros pour les salles de bains et 16.996 euros pour le dressing. Les journalistes pointent du doigt «des travaux de confort» qui n’ont pas été réalisés par «les prestataires les moins onéreux».

Dans une déclaration publiée sur son compte Facebook, le ministre de l’Écologie tient à justifier le coût de ces travaux. «Si le montant des différents travaux réalisés est important, il est lié au caractère très particulier des lieux où ils ont été effectués: l’Hôtel de Roquelaure, comme d’autres ministères, est un élément du patrimoine français, construit au début du XVIIIème siècle», écrit le ministre, soutenant avoir donné pour instruction de «solliciter systématiquement plusieurs devis, auprès de plusieurs prestataires». François de Rugy déplore, par ailleurs, «la présentation déformée, partielle et tendancieuse» faite par Mediapart de ses déclarations. Il publie également l’intégralité des réponses apportées, sur près de 10 pages, aux questions posées par les journalistes.

Ces révélations, qui surviennent au lendemain de «l’affaire des dîners», tombent au plus mal pour François de Rugy, dont plusieurs députés demandent d’ores et déjà la démission. Mercredi, Mediapart révélait que la directrice de cabinet du ministre, Nicole Klein, avait conservé, pendant 12 ans, un logement HLM sans y habiter. À la demande de François de Rugy, cette dernière a quitté ses fonctions. L’Élysée a toutefois réitéré son soutien au ministre, ce mercredi. Pour combien de temps?

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz